Publicité

Contracter le variant Delta doublerait les risques d'hospitalisation par rapport au variant Alpha

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Contracter le variant Delta doublerait les risques d'hospitalisation par rapport au variant Alpha
Ces soignants intubent un patient infecté par le Covid-19. © Mario Tama/Getty Images
Publicité

Les personnes qui contractent le variant Delta du Covid-19 ont deux fois plus de risques d'être hospitalisées que celles qui attrapent le variant Alpha, selon une étude britannique. Des scientifiques de l'université de Cambridge et de Public Health England (l''autorité de santé britannique, ndlt), qui ont dirigé l'étude, ont déclaré vendredi 27 août dans un communiqué que le variant Delta pourrait constituer une "charge plus importante" pour les services de santé que le variant Alpha, "en particulier chez les personnes non vaccinées et les autres populations vulnérables".

L'article, publié dans la revue médicale The Lancet Infectious Diseases vendredi, a analysé 43 340 cas de Covid-19. Environ 74% des cas concernaient des personnes non vaccinées, tandis que moins de 2% concernaient des personnes totalement vaccinées. Le reste était des personnes partiellement vaccinées.

À lire aussi — Covid-19 : les vaccinés guérissent plus vite du variant Delta, selon une étude

Le variant Delta est plus virulent et augmente le risque d'hospitalisation

Globalement, un peu plus de 2 % des personnes ayant contracté le Covid-19 ont été hospitalisées dans les 14 jours suivant le test positif. Les chercheurs ont constaté que le risque d'être hospitalisé était 2,26 fois plus élevé pour les personnes qui ont attrapé le variant Delta que pour le variant Alpha. Il ont pris en compte des facteurs qui peuvent affecter la propension d'une personne à développer un Covid-19 sévère, comme l'âge, le sexe, l'origine ethnique et des facteurs socio-économiques. Les antécédents médicaux, eux, n'ont pas été considérés pour l'étude.

Les conclusions de l'analyse portent sur les risques encourus par les personnes non vaccinées et partiellement vaccinées. Les auteurs ont déclaré qu'ils n'étaient pas en mesure de tirer des conclusions définitives quant à l'augmentation du risque d'hospitalisation chez les personnes vaccinées, car il n'y avait pas suffisamment de personnes vaccinées admises à l'hôpital pendant la période d'étude.

D'autres recherches ont montré que les personnes entièrement vaccinées bénéficiaient d'une forte immunité et évitaient les formes graves, même si elles attrapaient le variant Delta. Ce dernier est au moins 50 % plus infectieux que le variant Alpha, qui a submergé les hôpitaux britanniques à Noël, et présente des mutations supplémentaires qui l'aident à éviter la réponse immunitaire.

Cette étude est la plus importante à ce jour et la première à examiner le code génétique du virus en laboratoire pour identifier un variant : la technique la plus précise pour l'instant. Le variant Delta a été détecté au Royaume-Uni en mars et est devenu le variant dominant en juin. La proportion des tests identifiant le variant Delta est passée de 20 % à 74 % au cours de la période d'étude, qui s'est étendue du 29 mars au 23 mai, ont indiqué ses auteurs. Au total, les scientifiques de l'Université de Cambridge ont examiné 8 682 cas de Delta et 34 656 cas d'Alpha.

L'étude confirme des données antérieures recueillies en Écosse en juin, selon lesquelles le variant Delta augmentait le risque d'hospitalisation par rapport à l'Alpha. Les chercheurs écossais ont utilisé une mesure de substitution pour déterminer le variant à l'origine du Covid-19.

À lire aussi — Variant Delta : les vaccinés par deux doses et déjà infectés seraient les mieux protégés

Les vaccins sont 'essentiels'

Le Dr Anne Presanis, qui fait partie des principaux auteurs de l'étude, a déclaré vendredi dans un communiqué que la vaccination complète était "cruciale" pour se protéger du variant Delta. "Aussi pour réduire le risque d'infection symptomatique et surtout pour diminuer le risque de maladie grave et d'hospitalisation d'un patient atteint", a-t-elle précisé. Le Dr David Strain, maître de conférence clinique à l'université d'Exeter, a déclaré dans une déclaration au Science Media Centre vendredi que l'étude confirmait "ce qu'il observait dans la pratique clinique". David Strain n'a pas participé à l'étude.

"En plus d'être plus contagieux et virulent que la première souche du Covid-19 ou le variant Alpha, le variant Delta provoque également des maladies plus graves au sein de populations qui, auparavant, n'auraient souffert que d'infections légères", a-t-il déclaré.

Version originale : Dr. Catherine Schuster-Bruce/Business Insider

À lire aussi — L'efficacité du vaccin Pfizer décline plus rapidement qu'AstraZeneca face au variant Delta

Découvrir plus d'articles sur :