Les deux Corées se sont engagées à mettre fin à la guerre qui les oppose depuis 68 ans

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un et le président de Corée du Sud Moon Jae-in lors du sommet du 27 avril 2018. Korea Summit Press Pool/Pool via Reuters

  • Les dirigeants de Corée du Sud et du Nord se sont engagés à "dénucléariser" la péninsule et à établir une paix "permanente" et "solide" entre les deux pays, qui sont techniquement en guerre depuis 1950.
  • Des discussions militaires seront engagées en mai et le président sud-coréen se rendra à Pyongyang cet automne.
  • "Il n'y aura plus de guerre dans la péninsule coréenne et une nouvelle ère de paix a débuté" selon le texte signé par les deux dirigeants à l'issue de leur rencontre ce vendredi 27 avril.

Le président sud-coréen Moon Jae-in et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un se sont engagés sur la voie de la réconciliation vendredi 27 avril, promettant la "dénucléarisation complète" de la péninsule coréenne et l'établissement d'une paix "permanente" et "solide" entre leurs pays toujours techniquement en guerre.

A l'issue d'une rencontre exceptionnelle dans le village de Panmunjom où fut paraphé l'arrêt des hostilités en 1953, Moon et Kim ont signé un communiqué commun scellant une nouvelle concorde et annonçant une série de mesures en vue d'une entente pacifique.

Cette rencontre au sommet entre les dirigeants sud et nord-coréens était la troisième après celles de 2000 et de 2007 qui n'avaient pas permis de rapprochement significatif entre les deux pays.

Voici ce que les deux dirigeants ont annoncé:

  • Séoul et Pyongyang se sont mis d'accord pour "cesser complètement" les activités militaires hostiles sur terre, mer et air. Le gouvernement nord-coréen dénonçait régulièrement les manoeuvres conjointes des armées sud-coréenne et américaine comme une menace pour la sécurité du pays.
  • "Il n'y aura plus de guerre dans la péninsule coréenne et une nouvelle ère de paix a débuté", selon le texte signé par Moon Jae-in et Kim Jong-un.
  • Leur objectif commun est de parvenir à une "dénucléarisation complète" de la péninsule après des années de tensions liées aux essais nucléaire et balistique menés par Pyongyang au nom de sa sécurité nationale.
  • Ils ont également pris l'engagement de transformer cette année l'armistice de 1953 en un accord de paix, mettant un point final à ce conflit.
  • Les deux pays ont promis de cesser toutes les activités de propagande par voie de diffusion audiovisuelle ou par largage de tracts.

"Nous allons nous efforcer d'obtenir de bons résultats en communiquant plus étroitement afin de nous assurer que l'accord signé aujourd'hui devant le monde entier ne se résume pas à un simple commencement comme les précédents", a déclaré Kim Jong-un.

Voici ce qui va se passer ensuite:

  • Un bureau de contact inter-coréen va être rétabli à Kaesong tandis que des réunions de familles séparées par la division du pays auront lieu le 15 août.
  • La zone démilitarisée (DMZ) séparant les deux pays va être transformée en "zone de paix" tandis qu'une zone maritime pacifiée sera créée près de la frontière occidentale de la frontière maritime du Nord pour éviter tout accident intempestif.
  • Confirmant cette détente dans la péninsule coréenne, Kim devrait rencontrer le président américain Donald Trump dans les prochaines semaines.
  • Des discussions militaires à haut niveau seront engagées au mois de mai.
  • Le président sud-coréen se rendra cet automne à Pyongyang.

Voici comment les chefs d'état du monde ont réagi:

  • Donald Trump a tweeté: "Après une année de lancements de missiles furieux et de tests nucléaires, une rencontre historique a lieu en ce moment entre les Corées du Nord et du Sud. De bonnes choses se produisent, mais seul l'avenir nous dira ce qui se passera!"
  • "LA GUERRE EN COREE VA SE TERMINER! Les Etats-Unis, et l'entièreté de son peuple INCROYABLE, devraient être très fiers de ce qu'il se passe en Corée!" a ajouté le président américain dans un second tweet
  • La Russie a salué ce sommet historique comme une très bonne nouvelle et le Kremlin a rappelé que Vladimir Poutine était partisan depuis de nombreuses années d'un dialogue entre Séoul et Pyongyang.
  • Le Premier ministre japonais Shinzo Abe a dit attendre de la Corée du Nord des mesures concrètes et a précisé qu'il restait en contact avec les dirigeants des deux Corées et avec les Etats-Unis.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Kim Jong-un a pris quelques libertés lors de sa rencontre avec le président sud-coréen — et cela pourrait avoir de grandes implications pour Trump

VIDEO: On a visité une fabrique traditionnelle d'huile d'olive en Italie, où une roue géante en granite écrase 5000 kilos d'olives par jour