Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Coronavirus : la BCE lance un plan d'urgence colossal pour acheter de la dette en Europe et rassurer les marchés

Coronavirus : la BCE lance un plan d'urgence colossal pour acheter de la dette en Europe et rassurer les marchés
La présidente de la BCE, Christine Lagarde. © Bloomberg/Getty Images

Face à l'ampleur de la crise sanitaire mais aussi économique provoquée par la pandémie de coronavirus, la Banque centrale européenne (BCE) a fini par sortir l'artillerie lourde dans la nuit de mercredi à jeudi. L'institution monétaire a dévoilé un nouveau programme de rachat d'actifs d'un montant de 750 milliards d'euros, qui s'ajoute aux 120 milliards déjà annoncés le 12 mars. Cette mesure permet de racheter encore plus de dettes des Etats et des entreprises, et d'injecter des liquidités dans l'économie. Elle doit inciter les banques à maintenir leurs prêts pour soutenir la production et les ménages.

"Le Conseil des gouverneurs est tout à fait disposé à augmenter la taille de ses programmes d'achat d'actifs et à en adapter la composition, par autant que nécessaire et aussi longtemps que nécessaire. ll explorera toutes les options et toutes les éventualités pour soutenir l'économie face au choc qu'elle traverse", a précisé la BCE un communiqué. Ce programme sera réalisé d'ici la fin de l'année 2020 et pourra intégrer des emprunts grecs, inéligibles jusqu'ici. Il ne s'arrêtera pas tant que la "phase de crise du coronavirus Covid-19" n'est pas terminée, et dans tous les cas pas avant la fin de l'année, ajoute l'institution.

"Des circonstances extraordinaires exigent des mesures extraordinaires. Il n'y a pas de limites à notre engagement envers l'euro. Nous sommes déterminés à utiliser tout le potentiel de nos outils, dans le cadre de notre mandat", a tweeté dans la foulée la présidente de la BCE, la Française Christine Lagarde.

Ces mesures fortes de soutien à l'économie annoncées par la Banque centrale européenne doivent aussi permettre de réduire le stress financier et la panique sur les marchés. Pour le moment, cela semble fonctionner. Ce jeudi, la Bourse de Paris a ouvert dans le vert et le CAC 40 grimpe de 3,65% à 9h23. Ce rebond n'est toutefois pas surprenant après une nouvelle chute de 5,94% la veille et une dégringolade d'environ 37% depuis mi-février. Les prochains jours permettront de constater si l'hémorragie cesse bel et bien.

L'annonce de nouveaux rachats d'actifs a aussi entraîné une détente sur le marché des emprunts d'Etats. Les rendements à dix ans des bons du Trésor français, allemands mais aussi italiens s'affichent ainsi en forte baisse.

Une mesure 'tardive' mais 'judicieuse'

Les dirigeants européens ont réagi favorablement à l'annonce de la BCE. Cette mesure "est tardive, bien sûr, mais maintenant qu'elle est là, on doit tous la saluer. Elle est massive, elle est judicieuse, et elle vient maintenant au bon moment", a déclaré ce jeudi Bruno Le Maire sur France Inter, rapporte l'AFP.

"C'est un plan qui va avoir un impact politique majeur et permettre d'éviter la fragmentation dans la zone euro, de réduire ce qu'on appelle les spreads, ces écarts de taux d'intérêts qui peuvent exister entre la dette française, italienne, espagnole ou allemande", a assuré le ministre de l'Economie et des Finances. "C'est l'énorme risque qui pesait sur la zone euro, cette fragmentation, voire un éclatement de la zone euro à cause des écarts de taux d'intérêts payés par chacune des dettes de chaque nation membre de la zone euro", a-t-il ajouté.

À lire — Le gendarme des marchés financiers est 'clairement' opposé à une fermeture de la Bourse de Paris

Business Insider
Découvrir plus d'articles sur :