Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Coronavirus : la bonne conduite à adopter en France en 6 questions-réponses

Coronavirus : la bonne conduite à adopter en France en 6 questions-réponses
© Photographer: Anita Pouchard Serra/Bloomberg via Getty Images

L'épidémie de coronavirus "est à nos portes", a annoncé le ministre de la Santé Olivier Véran, mardi 25 février au micro de RTL. Avant de fermer la vôtre à double tour par peur d'être contaminé, il peut être utile de relativiser, et de simplement suivre les recommandations du gouvernement et des professionnels de santé. Le coronavirus, renommé COVID-19 concerne déjà une quarantaine de pays, dont la France, où deux personnes sont décédées, et l'Italie, où le nombre de décès s'élève désormais à 11 personnes.

Pas de raison de céder à la panique, d'autant plus que le nombre de personnes guéries augmente désormais plus vite que le nombre de nouveaux cas détectés, comme le rappelle Statista. Mais face à la propagation géographique de l'épidémie, il est tout de même important d'adopter les bons réflexes d'hygiène au quotidien, ainsi que de prendre des précautions si vous avez ou devez voyager dans des zones à risques. Business Insider France fait le point.

Le gouvernement a également mis en place un numéro vert pour répondre aux questions des Français sur le coronavirus. Vous pouvez appeler gratuitement le 0 800 130 000 tous les jours de 9h00 à 19h00 (attention, il s'agit d'une plateforme téléphonique d'information, elle ne dispense pas de conseils médicaux. Si vous avez des signes d'infection respiratoire, appelez le 15.)

Voici la bonne conduite à adopter pendant l'épidémie de coronavirus en France.

Quelques règles d'hygiène de base

Getty Images

Pour vous protéger du coronavirus mais aussi de la grippe et autres réjouissances hivernales, le gouvernement recommande d'adopter des "mesures barrières".

La règle numéro 1 : se laver régulièrement les mains. Après avoir pris le bus, le métro, manipulé le cadis du supermarché ou touché la poignée de porte d'un lieu public, on pense à se laver systématiquement les mains, à l'eau et au savon ou avec du gel hydroalcoolique. Attention aux sèches-mains des toilettes, qui ne sont pas forcément hygiéniques.

Autre geste barrière efficace : tousser dans son coude. Le coronavirus se transmettant par les postillons (éternuements, toux), tousser dans son coude, ou a minima dans sa main (à condition de bien la laver derrière) permet de protéger les autres d'une éventuelle infection. Il est également recommandé de jeter son mouchoir juste après l'avoir utilisé.

Faut-il porter un masque ?

Dans les gares à Paris, de nombreuses personnes portent un masque. Mais est-ce vraiment nécessaire ? Getty Images/Laura Stevens/Bloomberg 

Si vous n'êtes pas malade, le port d'un masque n'est pas recommandé par les autorités françaises et son efficacité n'est pas démontrée pour vous éviter d'attraper le coronavirus. Les mesure "barrières" évoquées ci-dessus sont davantage efficaces.

En revanche, le port du masque chirurgical est recommandé par l'OMS pour toute personne ayant séjourné dans les zones à risque, soit la Chine, Singapour, la Corée du Sud et les régions de Lombardie et de Vénétie en Italie. Si vous avez récemment voyagé dans ces pays et régions, vous devriez donc porter un masque pendant les 14 jours suivants votre retour lorsque vous êtes en face d’une autre personne et lorsque vous devez sortir.

Le masque est également préconisé pour les personnes malades présentant des symptômes du COVID-19 (fièvre ou sensation de fièvre, toux, difficultés à respirer...) afin d'éviter de diffuser la maladie par voie aérienne.

Attention, les masques anti-pollution ne sont d'aucune efficacité contre le coronavirus. Si vous devez porter un masque, assurez-vous d'acheter un masque chirurgical, ou un masque filtrant de niveau FFP2 ou FFP3, et attention aux arnaques. Les masques chirurgicaux sont à usage unique et à changer régulièrement, car leur efficacité n'est garantie que 3 heures (contre 8 heures pour les masques filtrants).

Faut-il éviter les transports en commun ?

Unsplash/MEAX

Pour le moment, le gouvernement n'a pas mis en place de consignes particulières concernant les transports en commun. Si vous n'avez pas voyagé dans une zone à risque et que vous n'êtes pas malade, vous pouvez donc prendre le métro ou le bus sans problème, en pensant bien à vous laver les mains, et à tousser dans votre coude, comme pour la grippe.

Que faire si vous avez prévu un voyage à l'étranger ?

Getty Images/Anita Pouchard Serra/Bloomberg

Vous avez prévu de voyager en Chine, à Singapour, en Corée du Sud ou dans les régions de Lombardie ou de Vénétie en Italie : il est préférable d'annuler ou de différer votre voyage. Le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères et l'OMS déconseillent de se rendre dans les zones à risque, sauf raison impérative. Si vous êtes Français et vivez dans un de ce pays, il est préférable de différer votre retour si vous n'avez pas de raison essentielle d'y rentrer.

En Italie, dans les régions de Lombardie et de Vénétie, les commerces ont fermé et les manifestations publiques sont suspendues (comme le carnaval de Venise). Des mesures de restriction ont été mises en place et 11 communes italiennes ne sont plus accessibles par les moyens de transport public (Codogno, Casapusterlengo, Castiglione d’Adda, Maleo, Fombio, Bertonico, Castelgerundo, Somaglia, San Fiorano, Terranova dei Passerini et Vo Euganeo).

Si vous ne pouvez pas différer votre voyage, ou si vous vous trouvez déjà à l'étranger dans un pays à risque, il est recommandé de :

  • Suivre les recommandations de prévention des autorités locales.
  • Éviter tout contact avec des animaux morts.
  • Éviter tout contact rapproché avec des personnes ayant de la fièvre et qui toussent.
  • Éviter de manger de la viande crue ou peu cuite.
  • Vous laver régulièrement les mains avec du savon ou du gel hydroalcoolique.

Que faire si vous avez voyagé dans une zone à risque ?

Business Insider France

Vous venez de voyager en Chine (Chine continentale, Hong Kong, Macao), à Singapour, en Corée du Sud, ou dans les régions de Lombardie et de Vénétie en Italie ? Il est essentiel de suivre les recommandations des autorités.

Dans les 14 jours suivant votre retour, vous devez, en plus du port du masque et des recommandations déjà évoquées :

  • Surveiller votre température deux fois par jour à l'aide d'un thermomètre.
  • Surveiller l’apparition de symptômes d’infection respiratoire (toux, difficultés à respirer…)
  • Eviter tout contact avec les personnes fragiles (femmes enceintes, malades chroniques, personnes âgées…)
  • Eviter de fréquenter des lieux où se trouvent des personnes fragiles (hôpitaux, maternités, structures d’hébergement pour personnes âgées…)
  • Eviter toute sortie non indispensable (grands rassemblements, restaurants, cinéma…)

Si votre employeur ou vos études le permettent, il est préférable de faire du télétravail pendant ces 14 jours, et d'éviter les contacts proches. Si vous avez voyagé avec un enfant, ne l'envoyez pas à la crèche, à l'école, au collège ou au lycée.

Que si vous avez des symptômes du coronavirus ?

Wikimedia Commons/Lionel Allorge

Si vous ressentez des symptômes comme de la fièvre, une sensation de fièvre, de la toux ou des difficultés et douleurs respiratoires, ce n'est pas forcément le coronavirus (la grippe provoque des symptômes similaires).

Cependant, si ces symptômes apparaissent dans les 14 jours après avoir voyagé dans une zone à risque, ou après avoir été en contact rapproché avec une personne malade ou revenant d'une zone à risque, appelez le Samu (15). Expliquez-leur vos symptômes et votre situation.

Il ne faut pas vous rendre chez votre médecin traitant ni aux urgences, pour éviter toute potentielle contamination.

Que prévoit le Code du travail ?

Unsplash/Helloquence

Si vous revenez d'un voyage dans un pays à risque, informez-en par mail ou téléphone votre employeur. Il devra prévenir la médecine du travail, qui décidera ou non si vous pouvez revenir sur votre lieu professionnel. Votre employeur pourra également vous proposer de faire du télétravail.

Si vous avez un déplacement professionnel prévu dans une des zones à risque, vous êtes en droit de le refuser, sans risque de sanction ni aucune retenue de salaire. Selon l’article L. 4131-1 du Code du travail, le travailleur peut se retirer de "toute situation de travail dont il a un motif raisonnable de penser qu'elle présente un danger grave et imminent pour sa vie ou sa santé ainsi que de toute défectuosité qu'il constate dans les systèmes de protection."

Découvrir plus d'articles sur :