Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Coronavirus : Les États-Unis accusent la Russie de propager de fausses rumeurs sur l'implication de la CIA

Coronavirus : Les États-Unis accusent la Russie de propager de fausses rumeurs sur l'implication de la CIA
© REUTERS/Kim Hong-Ji TPX IMAGES OF THE DAY

Des responsables américains disent avoir découvert une campagne de désinformation russe répandant des théories de conspiration sur le coronavirus. Les fonctionnaires ont déclaré à l'AFP que des milliers de faux comptes Twitter, Facebook et Instagram ont été découverts, répandant des théories selon lesquelles les États-Unis seraient à l'origine de l'épidémie du Covid-19. Les messages auraient prétendu que le virus était une tentative de "mener une guerre économique contre la Chine", qu'il s'agissait d'une arme biologique conçue par la CIA et qu'il avait été encouragé "pour faire passer des messages anti-Chine".

Selon un rapport produit par le Centre d'engagement mondial du Département d'Etat et vu par l'AFP, la campagne a été repérée à la mi-janvier, avec plusieurs milliers de comptes — dont beaucoup étaient auparavant liés à des activités russes — affichant des messages "quasi identiques" sur le coronavirus. Ces comptes seraient tenus par des opérateurs humains plutôt que par des robots, et publieraient dans plusieurs langues, dont l'anglais, l'espagnol, l'italien, l'allemand et le français. Les États-Unis pensent que leur objectif est de rendre plus difficile la lutte contre la propagation du virus, en particulier en Afrique et en Asie.

À lire aussi — Coronavirus : les Bourses européennes dévissent, prises de panique après plusieurs morts en Italie

"En répandant la désinformation sur les coronavirus, les acteurs malveillants russes choisissent une fois de plus de menacer la sécurité publique en détournant l'attention de la réponse sanitaire mondiale", a déclaré à l'AFP Philip Reeker, secrétaire d'Etat adjoint par intérim pour l'Europe et l'Eurasie. Ce mardi, l'Organisation mondiale de la santé a signalé plus de 78 800 cas de ce virus dans le monde. La grande majorité des cas se trouvent toujours en Chine continentale, épicentre de l'épidémie, mais l'OMS a averti vendredi 21 février que la fenêtre d'opportunité pour limiter sa propagation internationale "se rétrécit".

L'AFP n'indique pas clairement si Facebook et Twitter ont été alertés de ces campagnes, et aucune des deux entreprises n'était immédiatement disponible pour des commentaires lorsqu'ils ont été contactés par Business Insider US.

Version originale : Isobel Asher Hamilton/Business Insider US

Business Insider
Découvrir plus d'articles sur :