Coupe du monde 2019 : les paris sur internet s'emballent mais c'est incomparable avec les Bleus en 2018

Le parcours de la REUTERS/Lucy Nicholson

Les joueuses de l'équipe de France de foot affrontent ce vendredi 28 juin à 21 heures les Etats-Unis, à l'occasion de leur quart de finale de la Coupe du monde 2019. Beaucoup seront au Parc des Princes ou devant leur écran — peut être plus de 10 millions de téléspectateurs sur TF1 ce soir — à supporter les Bleues face aux championnes du monde en titre, et grandes favorites de l'épreuve. D'autres suivront l'évolution du score avec attention, pas tant par patriotisme sportif que par intérêt financier : les parieurs.

Les paris sur les plateformes de jeux en ligne sont en effet en hausse depuis le début de la compétition en France, et notamment lors des matchs des coéquipières d'Amandine Henry. "Ça marche très bien par rapport à la Coupe du monde 2015", nous fait savoir le PMU. Emmanuel de Rohan Chabot, patron fondateur de zebet.fr et président des l'association des entreprises de jeux en ligne (Afjel), s'attend pour France - Etats-Unis à un record sur le total record des mises, de plus de 3 millions d'euros, chez tous les opérateurs agréés. Ce volume de paris correspond à un gros match de Ligue 1 ou à un bon match de Ligue des Champions, nous précise-t-il.

Jusqu'à 8 fois moins que pour les matchs des Bleus en Russie en 2018

A l'instar de TF1 et à un degré moindre de Canal+, cet engouement naissant est une heureuse surprise. "Même si ce n'est pas avec cette compétition que les opérateurs vont gagner de l'argent : les équipes favorites l'emportent. Mais au moins, les gagnants rejouent", glisse Emmanuel de Rohan Chabot. Pourtant, si ces paris s'emballent, notamment pour les rencontres des Bleues, les mises restent incomparables avec la coupe du monde en Russie en 2018. "C'est jusqu'à huit fois moins de paris", estime un opérateur.

Le match de poules France - Pérou en juin 2018 avait ainsi généré 13,7 millions d'euros de paris à lui seul. "Il y a clairement deux compétitions : la générale et les matchs des françaises, avec six à trois fois fois moins de sommes engagées par rapport à 2018", souligne Emmanuel de Rohan Chabot. 

A lire aussi — Pourquoi la Coupe du monde féminine pourrait aider les footballeuses à devenir professionnelles

Le phénomène est logique : le foot féminin reste encore méconnu des parieurs en France qui se concentrent sur les compétitions où ils ont le plus de connaissance pour l'emporter ou tout du moins sur celles qui les inspirent. De facto, le profil des parieurs sportifs reste le même et ne semble pas s'être élargi : "on est resté sur un homme de 25 ans, de toutes catégories socio-professionnelles", explique le dirigeant de zebet.fr. En 2018, les paris sportifs ont généré 3,9 milliards d'euros de mises selon l'Arjel, dont 381 millions d'euros de paris en ligne pour la Coupe du monde de foot en Russie, sur les sites des 12 opérateurs.

D'ailleurs, le succès des paris en ligne suivant la courbe d'audience et l'intérêt des téléspectateurs pour le tournoi, une élimination prématurée de la France ce soir pourrait faire retomber ce soudain intérêt des parieurs pour la Coupe du monde de foot 2019.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Le PSG portera des maillots Nike jusqu'en 2032

Une nouvelle fonctionnalité de Facebook est détournée pour visionner des films piratés