Les cours du pétrole chutent à cause d’un tweet de Trump et du ralentissement de la croissance mondiale

REUTERS/Nick Oxford

Les cours du pétrole accélèrent leur chute, mardi 13 novembre, enchaînant une douzième séance de baisse d'affilée. La perspective d'un ralentissement de la croissance mondiale pèse notamment sur les cours, car elle pourrait entraîner une offre excédentaire de pétrole.

Dans son rapport mensuel, publié ce mardi, l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) a précisé anticiper une hausse de la demande mondiale de 1,29 million de barils par jour (bpj) en 2019, soit 70.000 de moins que sa prévision du mois dernier. 

L'offre des pays producteurs hors Opep, portée notamment par les Etats-Unis, le Canada, le Kazakhstan et la Russie, augmenterait de son côté de 2,23 millions de bpj, soit 120.000 de plus que prévu en octobre, selon l'Organisation.

Résultat, "le marché semble de plus en plus inquiet de la perspective d'une offre excédentaire", indique auprès de Reuters Norbert Rücker, responsable de la recherche sur la macroéconomie et les matières premières chez la banque suisse Julius Baer. 

Le contrat arrivant à échéance en janvier sur le baril de Brent de la Mer du Nord reculait encore de 3,74% à 18h04 mardi, à 67,50 dollars, après avoir plongé de plus de 4% dans l'après-midi pour atteindre un plus bas depuis début avril.

Il accuse ainsi un repli de plus de 22% depuis son pic à 86,74 dollars le 3 octobre, qui constituait un plus haut depuis novembre 2014, souligne Reuters. 

Le contrat à échéance décembre sur le baril de brut léger américain (WTI) chute de 4,25% dans le même temps, à 57,38 dollars. Il est en recul de plus de 25% depuis son pic de début octobre à 76,90 dollars.

Un autre facteur est venu troubler le marché et a accéléré le mouvement de ventes à partir de lundi soir. Il s'agit d'un tweet du président américain, Donald Trump, appelant l'Opep à ne pas diminuer sa production, afin de favoriser une baisse du prix du pétrole.


 "On peut espérer que l'Arabie saoudite et l'Opep ne réduiront pas leur production de pétrole. Les prix du pétrole devraient être nettement plus bas si on se base sur (le niveau de) l'offre", a-t-il estimé sur son compte Twitter.

A la Bourse de Paris, les valeurs pétrolière ont clôturé dans le rouge mardi, Total reculant de 1,41% et TechnipFMC de 2,84%. L'indice Stoxx européen des entreprises liées au pétrole et au gaz a aussi fini en baisse de 1,79%.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Le gérant de la Bourse de Paris lance son premier indice regroupant les 40 entreprises aux meilleures performances environnementales — et Total et Peugeot en font partie

VIDEO: L'Airbus du futur dispose d'un spa et d'une salle de sport, mais manque de fenêtres