Les principales Bourses européennes ont ouvert en baisse vendredi, dans un contexte d'aversion au risque sur les marchés après la frappe militaire des Etats-Unis en Syrie qui ravive les tensions géopolitiques dans la région.

A Paris, l'indice CAC 40 recule de 0,33% à 5103 points vers 10h20 GMT.

Seul secteur à surnager en Europe, le compartiment du pétrole et du gaz gagne 0,15%.

A Paris, Total (+0,48%) et TechnipFMC (+0,1%) figurent parmi les rares progressions du CAC 40, dans le sillage de la nette progression des cours du brut.

Le baril de Brent de la mer du Nord se traite à plus de 55 dollars et le baril de brut léger américain au-dessus de 52 dollars. En effet, l'intervention militaire américaine en Syrie laisse présager d'éventuelles difficultés d'approvisionnement au Moyen-Orient.

Par ailleurs, l'annonce des frappes militaires américaines a provoqué sur les marchés un vif mouvement vers les actifs jugés les plus sûrs, comme l'or. En Bourse, le groupe minier Rangold signe une des plus fortes hausses du Stoxx 600 (+2,5%) vendredi, dopé par la progression de l'once d'or à près de 1.264 dollars.

Donald Trump a annoncé jeudi soir avoir ordonné une frappe militaire ciblée sur une base aérienne en Syrie, ce qui constitue la mesure militaire américaine la plus directe depuis le début de la guerre dans le pays il y a six ans. Cette décision accroît le risque d'une confrontation avec la Russie et l'Iran, les deux principaux alliés du président syrien Bachar al Assad.

Le président russe Vladimir Poutine a dénoncé vendredi une "agression" américaine contre la Syrie et l'Iran a condamné fermement les frappes de missiles américain.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : La plus vieille centrale nucléaire de France est un peu plus proche de sa fermeture

Comment Starbucks vous fait subtilement dépenser de l'argent