L'effondrement du PS aux législatives 2017 pourrait créer un trou de plusieurs millions d'euros dans les finances du parti

Le président du parti socialiste Jean-Christophe Cambadélis pointe son doigt en conférence, le 4 janvier 2017. REUTERS/Christian Hartmann

Le premier tour des élections législatives 2017, qui s'est tenu ce dimanche 11 juin 2017, s'est soldé par un raz-de-marée pour La République en Marche/Modem qui a obtenu 32,32% des voix, selon les résultats définitifs publiés par le Ministère de l'Intérieur

Le parti du Président de la République est ainsi bien parti pour occuper autour de 400 sièges sur les 577 en jeu.

Le scénario est inverse pour le Parti socialiste (PS).

Au premier tour des législatives, le PS a récolté seulement 7,44% des suffrages exprimés et n'aurait donc qu'entre 20 et 35 élus à l'Assemblée à l'issue du second tour, contre 295 lors des précédentes élections législatives de 2012. 

Ce score est historiquement bas — y compris par rapport à la débâcle des législatives de 1993 — pour le parti actuellement dirigé par Jean-Christophe Cambadélis, qui lui-même a été éliminé dans la 16e circonscription de Paris.

Et cette débâcle aura des conséquences pour les finances du parti. En effet, même si le financement d'un parti politique se fait en grande partie via les cotisations des adhérents et élus puis des dons privés, l'Etat leur accorde un budget en fonction de leurs résultats aux élections législatives. 

Comme le rappelle La Croix, ce montant dépend de deux choses: 

  • l'obtention par un parti d'au moins 1% des voix dans au moins 50 circonscriptions: chaque voix rapporte en moyenne 1,42 euro,
  • le nombre de députés obtenus, avec un montant qui s'élève à 37.280 euros par élu.

Or, à l'issue du second tour des législatives 2017, le PS pourrait perdre au moins 260 sièges par rapport aux élections législatives de 2012. Autrement dit, le parti pourrait se voir amputer de près de 9,7 millions d'euros par an (260 sièges x 37.280 euros) — sans compter les pertes en nombre de voix.

Une "chère soirée" comme l'a relevé le journaliste politique de Paris Match Eric Hacquemand dès hier soir sur Twitter:

En 2012, grâce à ses 295 élus à l'Assemblée, le PS avait pu compter sur environ 11 millions d'euros, sur un total de 21 millions d'euros de financement public.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Raz-de-marée pour La République En Marche: Les résultats du premier tour des législatives 2017

Votre taie d’oreiller contiendra plus de bactéries que la lunette des toilettes si vous ne la lavez pas assez souvent