Covid-19 : 20,5 millions d'années de vie ont été perdues par rapport à l'espérance moyenne

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Covid-19 : 20,5 millions d'années de vie ont été perdues par rapport à l'espérance moyenne
Aracely Iraheta touche le cercueil de son mari, Jose Agustin Iraheta, mort du Covid-19 à Malden, Massachusetts. © Brian Snyder/Reuters

L'espérance de vie moyenne dans le monde est de 73 ans. Mais la pandémie a raccourci cette durée pour plus d'un million de personnes, selon une nouvelle étude. Les chercheurs ont comparé l'âge des personnes décédées des suites du Covid-19 à leur espérance de vie moyenne. Lorsqu'une personne mourait prématurément, l'écart entre les deux était considéré comme des années de vie perdues à cause de la pandémie.

Les résultats, publiés jeudi dans la revue Scientific Reports, montrent que plus de 20,5 millions d'années de vie au total pourraient avoir été perdues dans le monde à cause du Covid-19. En moyenne, chaque personne qui est morte du coronavirus a perdu 16 années de vie. Près de 45% de ces années perdues concernaient des personnes âgées de 55 à 75 ans. Les personnes âgées de plus de 75 ans représentaient 25% des années perdues, bien que la majorité des décès concerne cette tranche d'âge. Les personnes de moins de 55 ans représentaient environ 30% des années perdues.

À lire aussi — Le coronavirus va être injecté à des jeunes en bonne santé pour les besoins d'une étude

Les chercheurs ont écrit que ces données devraient susciter une "prise de conscience accrue" du fait que les politiques de santé publique durant la pandémie devraient également protéger les jeunes. Les chercheurs ont également suggéré que les pays devraient accorder plus d'attention à la réduction du nombre de décès chez les hommes, dont le taux de décès liés au Covid-19 est plus élevé que chez les femmes.

Les hommes ont perdu 44% d'années de vie de plus que les femmes

Un homme lit le journal à Lisbonne le 20 mai 2020.  Horacio Villalobos/Corbis/Getty Images

Les chercheurs à l'origine de cette nouvelle étude — qui viennent de Finlande, d'Allemagne, d'Espagne, du Royaume-Uni et des États-Unis — ont examiné les données concernant plus de 1,3 million de personnes qui sont mortes du Covid-19 dans 81 pays jusqu'au 6 janvier. Seules 274 000 personnes d'entre elles ont atteint leur pleine espérance de vie avant de mourir de la maladie.

Les hommes ont été plus durement touchés que les femmes : l'étude a révélé que les hommes ont perdu 44% d'années de vie de plus que les femmes en raison des décès prématurés dus au Covid-19. En moyenne, les hommes de l'étude ont vécu jusqu'à 71 ans, contre 76 ans pour les femmes.

Une autre étude a révélé en décembre que les hommes ont presque trois fois plus de chances que les femmes d'avoir besoin d'un traitement en soins intensifs pour le Covid-19, et 1,4 fois plus de chances de mourir de la maladie.

À lire aussi — 7 nouveaux variants du coronavirus découverts aux États-Unis, les scientifiques inquiets de leur contagiosité

Les scientifiques ne savent toujours pas expliquer pourquoi. Certaines recherches suggèrent que les femmes développent une réponse plus forte des lymphocytes T au coronavirus, ce qui aide leur système immunitaire à identifier et à détruire l'agent pathogène. Mais dans certains pays, les hommes fument également plus de cigarettes que les femmes et présentent des taux plus élevés de problèmes de santé préexistants, ce qui pourrait les rendre plus susceptibles de développer des formes grave du Covid-19.

Mais le rapport entre le nombre d'années de vies perdues chez les hommes et chez les femmes n'est pas le même dans tous les pays. Dans les pays à faibles revenus comme Cuba, la République dominicaine et le Pérou, les hommes ont perdu beaucoup plus d'années que les femmes, alors que dans les pays à revenus élevés comme la Finlande et le Canada, les chiffres sont relativement similaires entre les genres.

Un médecin vérifie les signes vitaux d'un patient en soins intensifs au Providence Cedars-Sinai Tarzana Medical Center à Tarzana, en Californie, le 3 janvier 2021. Apu Gomes/AFP via Getty Images

Cela pourrait simplement être dû au fait que les pays à revenus élevés disposent souvent de ressources médicales plus importantes, mais il est également possible que les décès de femmes soient moins susceptibles d'être enregistrés ou attribués directement au Covid-19 dans les pays à faibles revenus. Dans certains endroits, les femmes n'ont pas accès à des moyens de transport pour se rendre à l'hôpital ou ne peuvent pas quitter leur famille pour recevoir des soins médicaux.

En général, il y a eu plus de vies perdues chez les jeunes dans les pays à faibles et moyens revenus.

Des études antérieures ont attribué cette tendance à un niveau plus élevé de surpeuplement résidentiel dans les villes à faibles revenus, ou à une incidence plus élevée de conditions préexistantes parmi les populations hors personnes âgées dans les pays en développement. Un autre facteur pourrait être que les jeunes de ces pays sont plus souvent contraints d'occuper des emplois présentant un risque élevé d'exposition au coronavirus.

Plus d'années de vie perdues que pour la grippe saisonnière

Les gens font la queue pour recevoir des tests gratuits de dépistage au coronavirus à Silver Spring, dans le Maryland, le 18 novembre 2020.  Toni L. Sandys/The Washington Post via Getty Images

Il est maintenant admis que le coronavirus est bien plus mortel que la grippe : il a tué plus de 2,4 millions de personnes dans le monde en 13 mois. Les maladies respiratoires causées par la grippe saisonnière, quant à elles, tuent généralement entre 290 000 et 650 000 personnes par an.

Mais la nouvelle étude a également déterminé que le coronavirus a réduit de façon considérable le nombre d'années de la durée de vie mondiale.

Dans les pays très développés qui ont été fortement touchés par la pandémie, la recherche a montré que le nombre d'années de vie perdues à cause du Covid-19 pourrait être de deux à neuf fois plus élevé que celui de la grippe saisonnière.

Bien entendu, la transmission du coronavirus se poursuit dans le monde entier, et certains pays n'ont pas fini de recueillir des données sur les décès dus au Covid-19 à partir de fin 2020. Ainsi, le nombre total d'années perdues à cause du Covid-19, écrivent les auteurs de l'étude, pourrait "augmenter considérablement dans les prochains mois".

Version originale : Aria Bendix/Insider

À lire aussi — Ces scientifiques travaillent sur des médicaments contre les futurs coronavirus

Découvrir plus d'articles sur :