Publicité

Covid-19 : les personnes infectées après avoir été vaccinées décrivent leurs symptômes légers

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Une personne recevant une injection du sérum développé par l'université d'Oxford et AstraZeneca. © Ben Stansall/AFP via Getty Images
Publicité

Karlee Camme était censée voir ses grands-parents pour la première fois depuis plus d'un an. Ils étaient tous vaccinés et prêts à partir, mais deux jours avant la visite, elle a perdu ses capacités gustatives et olfactives.

La jeune femme de 24 ans avait reçu le vaccin de Johnson & Johnson un mois auparavant. Mais il s'avère qu'elle souffrait d'une forme bénigne du coronavirus. Avec le recul, elle a réalisé que l'écoulement nasal et la grande fatigue qu'elle avait ressentis plus tôt dans la semaine étaient peut-être des symptômes précoces. Ce n'est que la perte du goût et de l'odorat qui a signalé qu'il s'agissait de plus qu'un simple rhume, ce qui a conduit Camme à faire un test de dépistage du Covid-19.

À lire aussi — Vaccination, pass sanitaire, réformes... Ce qu'il faut retenir des annonces d'Emmanuel Macron

Les vaccins se sont avérés extrêmement efficaces pour prévenir des formes graves de la maladie, qui pourraient entraîner des hospitalisations et des décès. Mais aucun vaccin n'est efficace à 100 % pour prévenir les infections, souligne auprès d'Insider le Dr Lisa V. Adams, doyenne associée en charge de la santé au Dartmouth College (New Hampshire).

"Nous savons qu'il y a et qu'il y aura quelques infections chez des personnes vaccinées — au moins jusqu'à ce que nous arrivions à un point où il y a très peu de virus en circulation", remarque-t-elle. "La bonne nouvelle est que leur maladie devrait être très légère".

Les vaccins sont conçus pour prévenir les hospitalisations et les décès

Début juillet, le Dr Rochelle Walensky, directrice des Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC), a fait savoir que de nouvelles données indiquaient que 99,5 % des décès dus au coronavirus aux États-Unis concernaient des personnes non vaccinées.

Sur plus de 157 millions d'Américains entièrement vaccinés, seules 733 personnes étaient décédées d'une infection à coronavirus au 6 juillet, selon les données des CDC. Au moins 3 554 personnes avaient été hospitalisées et avaient survécu. Le CDC ne suit plus les cas d'infections légères.

Environ 75 % des cas d'infection se sont produits chez des personnes âgées de 65 ans et plus. Cela inclut les cas survenus dans des maisons de retraite, dont les résidents et les membres du personnel ont été parmi les premiers Américains à se faire vacciner.

Paul Offit, directeur du Vaccine Education Center de l'hôpital pour enfants de Philadelphie, a déclaré à Insider que, même en tenant compte d'un petit nombre d'infections, les vaccins avaient atteint l'objectif de protéger la plupart des gens contre les maladies graves.

"Le but de ces vaccins est de vous éviter d'aller à l'hôpital, de vous éviter d'aller aux soins intensifs et de vous éviter de mourir. Si vous avez une infection légère où vous êtes positif lors d'un test PCR et que vous n'avez qu'une infection asymptomatique, c'est très bien", a affirmé Paul Offit.

À lire aussi — 13 variations génétiques peuvent vous rendre plus sensible au Covid-19

Ces rares cas peuvent provoquer des symptômes, mais sont généralement bénins

De nouvelles données suggèrent que de nombreuses infections faisant suite à une vaccination sont si légères qu'elles pourraient tout aussi bien être asymptomatiques.

Une analyse récente de ces infections au Royaume-Uni a indiqué que les principaux symptômes du variant Delta étaient un écoulement nasal et un mal de tête, en grande partie parce que la plupart des personnes concernées étaient jeunes ou entièrement vaccinées.

Karlee Camme, par exemple, n'était pas assez malade pour soupçonner qu'elle avait le Covid-19 au début. Masha Gessen, 54 ans, rédactrice pour le New Yorker, a également été malade bien qu'elle ait été entièrement vaccinée.

Leurs symptômes légers comprenaient un écoulement nasal, des démangeaisons oculaires, de la fatigue et une perte d'odorat, et ils ont disparu en une semaine environ.

En juin, le New England Journal of Medicine a décrit deux cas similaires qui se sont résorbés dans la semaine suivant le test de dépistage positif : une femme de 51 ans qui avait mal à la gorge, une congestion nasale, un mal de tête et une perte d'odorat ; et une femme de 65 ans qui était également congestionnée, fatiguée et avait mal à la tête.

À lire aussi — Covid-19 : pourquoi le variant Lambda, présent dans 29 pays, inquiète les scientifiques

Travis Dagenais, un Bostonien de 35 ans, a déclaré à Boston 25 News qu'il avait contracté le coronavirus début juillet, deux mois après avoir reçu sa deuxième injection du vaccin Moderna. Il a déclaré que ses symptômes ont commencé par un rhume, puis se sont transformés en une fièvre qui l'a empêché de dormir la nuit — mais il n'ose pas imaginer ce qui aurait pu se passer s'il n'avait pas été vacciné.

"Nous devons réaliser que 94 ou 95 % ne sont pas 100 %. Ce vaccin n'est pas un bouclier. Ce n'est pas une force d'invincibilité", a-t-il souligné auprès de Boston 25 News. "Pour avoir traversé ce que j'ai traversé, je ne peux pas imaginer ce que j'aurais ressenti sans le vaccin".

Anthony Smith, un trentenaire vivant à New York, a déclaré au New York Times qu'il a contracté la maladie pour la deuxième fois dimanche, des mois après avoir reçu sa deuxième dose du vaccin de Pfizer ; il a dit que cela ressemblait "au froissement d'une feuille d'aluminium dans ma poitrine." Il a tweeté lundi 12 juillet : "Les symptômes que je ressens en ce moment par rapport à ceux que j'ai ressentis lorsque j'ai eu le Covid n'ont rien à voir lol. C'est le vaccin qui fonctionne !"

Moins contagieux

Même si Karlee Camme ressent encore certains symptômes de son infection post-vaccination, elle voit un côté positif dans le fait qu'elle n'a pas transmis le virus à ses proches.

"Mon partenaire n'a même pas été vacciné et n'a pas contracté le virus, et nous dormions dans le même lit jusqu'à ce que je sois testée positive", a-t-elle remarqué. "C'est ça le truc : vous pouvez toujours l'attraper, mais la probabilité que vous ayez à vous sentir coupable de l'avoir propagé est un peu plus faible. "

Les personnes qui contractent la maladie malgré une vaccination complète ont généralement beaucoup moins de virus dans leur système, ce qui signifie qu'elles pourraient être moins contagieuses, selon des études menées en Israël. Les articles n'ont pas été examinés par des pairs, mais les résultats sont prometteurs.

D'autres études israéliennes ont suggéré que le vaccin de Pfizer pourrait être efficace à 94 % pour prévenir les infections asymptomatiques, réduisant ainsi le risque qu'une personne transmette le virus sans le savoir.

À lire aussi — Face au variant Delta, une seule dose de vaccin ne serait pas efficace, selon une étude

La clé reste la vaccination du plus grand nombre

Il faut que davantage de personnes se fassent vacciner, a appelé Paul Offit. Il a estimé que 80 % de la population devrait être immunisée — via une vaccination ou une infection antérieure— pour que les États-Unis puissent sortir du bois.

Les pires symptômes de Karlee Camme ont commencé une semaine après son test positif. Elle s'est sentie essoufflée en marchant de sa voiture à son travail, s'arrêtant pour reprendre son souffle. Elle a également été nauséeuse et a eu des migraines, des frissons et des sueurs nocturnes pendant près d'un mois après son test positif.

Mais le jeune femme ne doute pas que son vaccin l'a protégée d'une infection plus sévère et du risque d'un Covid long. "Je suis un soutien du vaccin", a-t-elle déclaré. "La seule façon de s'en sortir est que tout le monde ou la majorité de la population se fasse vacciner. Je pense que c'est le seul pas en avant que nous pouvons faire pour revenir à un monde plus normal."

Version originale : Andrea Michelson, Mia de Graaf/Insider

À lire aussi — Voici l'efficacité des vaccins Covid-19 contre le variant Delta, selon les meilleures études

Découvrir plus d'articles sur :