Publicité

Covid-19 : Pfizer a moins dosé son vaccin que Moderna pour minimiser les effets secondaires

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

L'acteur Ian McKellen reçoit le vaccin de Pfizer-BioNTech à Londres, le 16 décembre. © Jeff Moore/Handout via Reuters
Publicité

Le vaccin contre le Covid-19 de Pfizer contient 30 microgrammes d'ARNm, alors que celui de Moderna en contient 100 microgrammes. Les scientifiques ont émis l'hypothèse que cela pourrait être la raison pour laquelle le vaccin de Pfizer a produit une réponse en anticorps inférieure à celle de Moderna dans des études récentes.

Philip Dormitzer, directeur scientifique de Pfizer, a déclaré mercredi 7 septembre au Financial Times que Pfizer et son co-développeur BioNTech "ont utilisé le niveau de dose minimum" pour obtenir une réponse immunitaire plus forte que celle obtenue avec le Covid-19. Il a ajouté qu'une dose plus élevée aurait pu entraîner davantage d'effets secondaires. "Si vous regardez ce qui s'est passé avec tous les vaccins Covid-19, ce sont souvent les effets indésirables qui ont déraillé", a-t-il indiqué.

À lire aussi — L'efficacité des vaccins Pfizer et Moderna tombe à 66% à cause du variant Delta, selon une étude

Les vaccins de Pfizer et de Moderna produisent des effets secondaires similaires, selon les Centres de prévention et de contrôle des maladies américains (CDC). Ils peuvent inclure des douleurs, des courbatures et des rougeurs au niveau du bras, des douleurs musculaires, de la fatigue et de la fièvre. Les CDC ont déclaré qu'un type d'inflammation cardiaque appelé myocardite est un effet secondaire "extrêmement rare" des deux vaccins qui se résout rapidement. Des rapports ont fait état de ce que l'on appelle le bras de Moderna, une éruption cutanée rougeâtre qui apparaît après l'injection de Moderna et disparaît d'elle-même. Insider a contacté Moderna pour un commentaire mais n'a pas reçu de réponse immédiate.

Aux États-Unis, les prestataires ont administré plus de 214 millions de doses du vaccin de Pfizer et 147 millions de doses de Moderna, selon les CDC.

Dans certaines études, le vaccin Moderna a produit des anticorps plus élevés que le vaccin Pfizer

Une étude portant sur 1 600 travailleurs de la santé belges, publiée sous forme de lettre de recherche dans le Journal of the American Medical Association le 30 août, a révélé que le vaccin de Moderna produisait deux fois plus d'anticorps que celui de Pfizer six à dix semaines après la vaccination. Les auteurs ont déclaré que les niveaux d'ARNm plus élevés dans le vaccin de Moderna et un intervalle plus long entre les doses "pourraient expliquer cette différence".

Une étude de l'Université de Virginie, publiée sous la forme d'une lettre de recherche dans le JAMA du 2 septembre, n'a révélé aucune différence dans la réponse en anticorps entre les groupes d'âge avec le vaccin Moderna, mais une réponse en anticorps plus faible chez les personnes de 50 ans et plus avec le vaccin Pfizer. Selon les chercheurs, ces différences pourraient être liées à la quantité d'ARNm contenue dans les vaccins.

La réponse en anticorps n'est qu'un aspect du système immunitaire, et le niveau d'anticorps nécessaire pour protéger contre le Covid-19 n'a pas été établi. La protection vaccinale dépend également de l'évolution de la réponse en anticorps dans le temps. Par exemple, une étude récente de l'Université d'Oxford a montré qu'à quatre mois, les vaccins de Pfizer et d'AstraZeneca produisaient des niveaux d'anticorps similaires. Selon les chercheurs, le taux d'anticorps produit par le vaccin de Pfizer avait diminué, tandis que celui d'AstraZeneca était resté le même.

Des données réelles recueillies au Canada plus tôt cette année ont montré qu'après une dose, le vaccin de Pfizer était efficace à 56 % contre le Covid-19 symptomatique causé par la variante Delta hautement infectieuse, tandis que celui de Moderna était efficace à 72%.

D'autres facteurs ont pu influencer les résultats, notamment le fait que le vaccin de Pfizer avait généralement été administré à des personnes âgées, qui ont tendance à produire des réponses immunitaires plus faibles. Cette étude n'a pas été examinée par des experts dans le cadre d'un examen par les pairs.

Version originale : Dr Catherine Schuster-Bruce/Insider

À lire aussi — Covid-19 : les personnes non vaccinées auraient 29 fois plus de risques d'être hospitalisées

Découvrir plus d'articles sur :