Publicité

Covid-19 : pourquoi le variant Delta pourrait constituer la plus grande menace chez les vaccinés

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte


Des chercheurs séquencent des échantillons de coronavirus au laboratoire de microbiologie de l'hôpital universitaire de Badajoz, en Espagne, le 15 avril. © Javier Pulpo/Europa Press/Getty Images
Publicité

Les scientifiques s'inquiètent depuis longtemps d'un variant du coronavirus qui serait plus dangereux que le virus d'origine, à trois égards : il serait plus transmissible, provoquerait des maladies plus graves et échapperait à la protection des vaccins existants. "Le cauchemar, c'est un variant qui remplirait les trois conditions", a exposé Bob Wachter, directeur du département de médecine de l'université de Californie à San Francisco.

Aucun variant antérieur, dit-il, n'a coché plus d'une ou deux cases. Mais le variant Delta, identifié pour la première fois en Inde en février, a été le plus proche des trois cases. Les données actuelles indiquent que cet variant a coché la case "plus infectieux", qu'il a probablement coché la case "plus grave" et qu'il a coché au moins partiellement la case "évasion immunitaire". "Et c'est effrayant", a déclaré Bob Wachter.

À lire aussi — Le variant Delta est-il vraiment la pire version que le coronavirus puisse présenter ?

Mardi 15 juin, les Centres de contrôle et de prévention des maladies américains (CDC) ont qualifié le variant Delta de "préoccupant". "Le variant Delta est très répandu, la pire version du virus que nous ayons vue", a tweeté mardi 15 juin Eric Topol, directeur du Scripps Research Translational Institute.

Une menace d'infection malgré la vaccination

Si le variant Delta représente sans aucun doute la plus grande menace pour les personnes non vaccinées, certains experts craignent qu'elle n'entraîne un plus grand nombre d'infections de rupture — des cas de Covid-19 diagnostiqués au moins deux semaines après qu'une personne a été entièrement vaccinée. "C'est ce qui est préoccupant : vous êtes plus susceptible de contracter le Covid à partir de la même exposition que vous ne l'auriez été auparavant", a expliqué Bob Wachter. "Et vous êtes plus susceptible, si vous avez le Covid, de développer une forme plus grave."

D'autres experts craignent également que la souche n'évolue vers quelque chose d'encore plus dangereux, car la forte transmissibilité du variant Delta lui permet de se propager facilement parmi les personnes non vaccinées, et donc de continuer à se répliquer et à muter. "Le pire scénario serait que le variant Delta mute en quelque chose de complètement différent et que nos vaccins actuels soient alors encore moins efficaces ou inefficaces", craint Vivek Cherian, médecin interne à Baltimore.

Delta est la souche la plus transmissible à ce jour

Des personnes attendent leur injection contre le COVID-19 à l'hôpital HB Kanwatia à Jaipur, Rajasthan, Inde, le 11 avril. Vishal Bhatnagar/NurPhoto/Getty Images

Selon des recherches menées par le Public Health England, le variant Delta est associé à un risque accru de 60% de transmission dans les foyers par rapport au variant Alpha, découvert au Royaume-Uni. Selon les CDC, le variant Alpha est déjà environ 50% plus transmissible que la souche originale. En d'autres termes, "Alpha est à l'original ce que Delta est à Alpha", a exposé Bob Wachter. Des chercheurs écossais ont constaté quant à eux que l'infection par le variant Delta double le risque d'hospitalisation par rapport au variant Alpha.

Mais dans l'ensemble, le variant Delta n'a pas remis en cause les vaccins de manière radicale. Les analyses de Public Health England ont révélé que deux doses du vaccin Pfizer sont toujours efficaces à 96% pour prévenir les hospitalisations — et à 88% pour prévenir les Covid-19 symptomatiques — des cas de variant Delta. Deux doses du vaccin d'AstraZeneca, quant à elles, sont efficaces à 92% pour prévenir les hospitalisations et à 60% pour prévenir les Covid-19 symptomatiques des cas Delta.

Mais cette efficacité ne se manifeste pas après une seule dose : une seule dose des vaccins de Pfizer ou d'AstraZeneca n'est efficace qu'à hauteur de 33% pour prévenir les Covid-19 symptomatiques du variant Delta. "Le fait que trois semaines après la première dose, vous ne soyez protégé qu'à 30% — alors que dans le vaccin original, vous étiez protégé à 80% — indique que cette chose a trouvé le moyen d'échapper au moins partiellement au système immunitaire", a détaillé Bob Wachter. Il est également possible, a-t-il ajouté, que la protection vaccinale "s'estompe plus rapidement".

À lire aussi — Voici comment gérer au mieux les effets secondaires après une vaccination contre le Covid-19

Le variant Delta rend-il les infections plus probables ?

James Truong de l'US National Guard, administre un vaccin Moderna à Wheaton, dans le Maryland, le 21 mai.  Chip Somodevilla/Getty Images

Bien que les variants soient responsables de la majorité des cas d'infection, il est très rare de contracter le Covid-19 après avoir été entièrement vacciné : selon un rapport des CDC publié en mai, seuls 0,01% des Américains vaccinés sont tombés malades. Même en ce qui concerne le variant Delta, Vivek Cherian a déclaré : "Je pense qu'il n'y a pas vraiment lieu de s'inquiéter de ces infections".

Mais Bob Wachter craint que le variant Delta ne transforme un cas d'infection bénigne en un cas plus grave. "Cela augmente le risque de voir davantage de cas d'infection et peut-être des cas plus graves que ceux dont je me serais inquiété il y a quelques semaines", a-t-il déclaré. Le risque le plus important concerne peut-être les personnes âgées ou immunodéprimées, a-t-il ajouté. "Une personne de 80 ans qui a été entièrement vaccinée n'a pas le même niveau d'immunité qu'une personne de 30 ans", a expliqué Bob Wachter

Delta pourrait menacer notre retour à la vie normale

Dîner masqué à San Francisco, le 3 avril.  Yalonda M. James/The San Francisco Chronicle/Getty Images

Pour l'instant, le variant Delta représente 10% des infections au coronavirus aux États-Unis, mais les scientifiques s'attendent à ce qu'il devienne la souche dominante d'ici quelques semaines. Bob Wachter a déclaré qu'il "commencerait à agir beaucoup plus prudemment" si le variant Delta venait à représenter un cas de Covid-19 sur trois ou cinq dans une région donnée. "Si je m'étais senti à l'aise à l'idée d'être à l'intérieur sans masque dans un endroit où je n'étais pas sûr que tout le monde était vacciné, je serais maintenant mal à l'aise", a-t-il ajouté. Vivek Cherian, quant à lui, ne pense pas que le variant Delta justifie ce niveau de prudence pour l'instant — même si la plupart des experts craignent toujours qu'un variant plus inquiétant puisse émerger de cette souche à mutation rapide.

"C'est un instinct parfaitement humain que de penser que nous avons traversé cette terrible période de 18 mois et que nous en sommes sortis", a déclaré Bob Wachter. "J'espère que c'est vrai, et cela peut s'avérer être vrai. Mais les chances que ce ne soit pas le cas, et que nous ayons à faire face à davantage de choses à l'avenir, ont considérablement augmenté au cours des dernières semaines à cause du variant Delta."

Version originale : Aria Bendix/Insider

À lire aussi — Douze symptômes de Covid long à aborder avec votre médecin, entre fatigue et essoufflement

Découvrir plus d'articles sur :