Publicité

Covid-19 : un vaccin sous forme de pilule testé cette année ?

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Covid-19 : un vaccin sous forme de pilule testé cette année ?
Prendre un vaccin pourrait être aussi simple que de prendre une pilule avec un verre d'eau. © Guido Kirchner/picture alliance via Getty Images
Publicité

Un vaccin contre le coronavirus sous forme de pilule pourrait entrer dans les premières phases d'essais cliniques cette année. Oravax, la société qui travaille sur ce sérum, a annoncé dans un communiqué de presse qu'elle espérait commencer la première phase des essais cliniques sur l'homme d'ici juin. Cette étape ne serait que la toute première phase du développement d'un vaccin. Il n'y a aucune garantie de succès, et même s'il fonctionne, il pourrait s'écouler un an ou plus avant que son utilisation soit autorisée (Moderna et Pfizer ont commencé leurs premiers essais sur l'homme en mars et mai 2020 respectivement).

Les vaccins oraux sont une option en cours d'évaluation pour les vaccins de "deuxième génération", qui sont conçus pour être plus évolutifs, plus faciles à administrer et plus simples à distribuer. Oravax est une coentreprise de deux sociétés : la société israélo-américaine Oramed et la société indienne Premas Biotech. Selon son communiqué de presse de vendredi, les essais pourraient commencer d'ici juin.

À lire aussi — Des dirigeants de Pfizer évoquent une hausse du prix du vaccin et l'injection d'une troisième dose

Un vaccin oral pourrait "potentiellement [permettre] aux gens de prendre le vaccin eux-mêmes à la maison", a déclaré Nadav Kidron, PDG d'Oramed, dans le communiqué. Le vaccin pourrait être expédié dans un réfrigérateur normal et conservé à température ambiante, a ajouté Nadav Kidron, "ce qui faciliterait la logistique pour l'obtenir partout dans le monde", a rapporté le Jerusalem Post.

Dans un courriel adressé à Insider, le professeur Paul Hunter, professeur de médecine à l'université d'East Anglia, s'est voulu prudent. "Nous aurions besoin d'études bien menées pour prouver la valeur [des vaccins oraux]", a-t-il déclaré. "Mais ils pourraient être utiles aux personnes qui ont une grave phobie des aiguilles et leur administration pourrait être plus facile et plus rapide."

Les études sur les animaux jugées 'encourageantes'

Les vaccins oraux pourraient également présenter d'autres avantages par rapport aux vaccins administrés dans le bras, a déclaré Paul Hunter à Insider. "Le problème avec les vaccins systémiques (piqûres dans le bras), c'est qu'ils sont généralement très bons pour prévenir les maladies graves", mais ils ne sont souvent pas excellents pour prévenir les infections. La théorie veut que, comme l'infection se produit d'abord dans le nez et la gorge, les vaccins qui se concentrent sur ces zones aident à stopper l'infection avant qu'elle n'évolue vers quelque chose de plus grave.

Les données concernant le vaccin Oravax n'ont pas été publiées à ce jour. "Les résultats des études sur les animaux sont encourageants", a déclaré Paul Hunter à Insider. "Mais ne supposez pas que les résultats sur les animaux se traduisent toujours par des résultats sur les humains". "Nous avons besoin d'études humaines pour en être sûrs", a-t-il ajouté.

D'autres types de vaccins de deuxième génération sont à l'étude, comme ceux administrés par un spray dans le nez. Les scientifiques étudient également la possibilité d'administrer des vaccins par des patchs. Le professeur Sarah Gilbert, responsable scientifique du développement du vaccin Oxford/AstraZeneca, a déclaré qu'Oxford évaluait la possibilité de développer des comprimés et des vaccins oraux à pulvérisation nasale, selon le journal The Independent du 25 février.

L'université d'Oxford a refusé de répondre aux questions sur les vaccins oraux posées par Insider avant publication. Une autre société, ImmunityBio, mène actuellement des essais cliniques de phase 1 sur une version orale du vaccin. Toutefois, cette version serait davantage utilisée comme dose de rappel du vaccin intramusculaire, plutôt que comme vaccin à part entière. Le seul essai d'un vaccin oral COVID-19 réalisé chez l'être humain jusqu'à présent n'a pas donné de résultats probants.

Fin 2020, une société appelée Vaxart a annoncé de bons résultats dans les essais sur les animaux, mais les premiers essais sur l'être humain ont obtenu des réponses décevantes.

Version originale : Marianne Guenot/Insider

À lire aussi — Le vaccin AstraZeneca recommandé aux personnes de 55 ans et plus

Découvrir plus d'articles sur :