Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Covid-19 : une simulation identifie les places les plus sûres dans une salle de classe

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Covid-19 : une simulation identifie les places les plus sûres dans une salle de classe
Dans une salle de classe, il est important d'ouvrir les fenêtres pour limiter la propagation du coronavirus. © RichLegg/Getty Images

Une simulation de propagation du coronavirus dans une salle de classe où la distanciation sociale est respectée a établi que les coins arrière de la pièce étaient les endroits les plus sûrs. Des chercheurs de l'université du Nouveau-Mexique ont simulé le cheminement de petites et grandes particules dans un modèle informatique d'une salle de classe, publié le mardi 20 octobre dans Physics of Fluids. Ils ont constaté que la distribution des particules d'aérosol — des particules virales en suspension dans l'air plus petites qu'un micron, qui peuvent flotter sur près de deux mètres — n'était pas uniforme.

Ainsi, l'endroit où les élèves sont assis par rapport aux sorties d'air conditionné est important. Les élèves assis dans les coins ont également l'avantage de ne pas être entourés de tous côtés, a déclaré Khaled Talaat, co-auteur de l'étude, à Business Insider US. Par contre, ceux qui sont assis au milieu de la classe sont plus susceptibles de transmettre des particules aux autres, c'est pourquoi Khaled Talaat a recommandé de se débarrasser entièrement du siège du milieu.

A lire aussi - Il y aurait très peu de risque de contamination au Covid-19 en avion, selon une nouvelle étude

L'étude a également révélé que l'ouverture des fenêtres, en plus de la climatisation, augmentait la quantité de particules éliminées de la pièce. De plus, l'installation de panneaux de protection sur les bureaux a permis de détourner le chemin des particules restantes.

Jusqu'à 50 % des petites particules sont sorties de la salle de classe via la climatisation, tandis que les plus grosses se sont déposées sur le sol, sur les bureaux et sur les surfaces de la pièce.

"Je recommande aux gens de se désinfecter les mains, même sans entrer en contact avec les affaires des autres", a déclaré Khaled Talaat à Business Insider US. "Les particules peuvent se déplacer d'une personne à l'autre, comme sur votre bureau et même sur votre t-shirt, donc en vous touchant, vous pouvez vous mettre en danger."

Le système de filtrage de la climatisation peut être un problème s'il n'est pas impeccable

La configuration de la climatisation modélisée dans l'étude — qui est standard pour une salle de classe moyenne, a déclaré Khaled Talaat — avait des entrées situées dans les coins et au centre et des sorties en bordure de la pièce. Les coins étaient les endroits les plus sûrs car ils étaient les plus éloignés des sorties, où l'on trouve des particules de la taille d'un aérosol à des concentrations plus élevées.

"Au début, quand quelqu'un expire des aérosols, cet aérosol est en quelque sorte concentré", a déclaré Khaled Talaat. "Il se disperse ensuite dans la pièce et la concentration diminue. Mais, il se concentre à nouveau aux sorties de la climatisation".

De nombreux systèmes de climatisation recyclent l'air qu'ils absorbent, donc si le système de filtrage n'est pas impeccable, certaines particules seront re-expulsées dans la pièce via les sorties de la climatisation. Vous pouvez faire la différence entre les entrées et les sorties d'air conditionné selon que l'air entre ou sort, et les écoles devraient les étiqueter clairement, a déclaré Khaled Talaat.

Les coins arrière étaient légèrement plus sûrs que les coins avant car les gens expirent généralement les aérosols vers l'avant, envoyant ainsi plus de particules vers l'avant de la pièce. Cependant, les différences entre les coins avant et arrière sont très faibles, a déclaré Khaled Talaat.

Ouvrir les fenêtres augmente de 40 % la quantité de particules qui quitte la salle de classe

Les fenêtres ouvertes permettent à certaines particules de quitter entièrement la salle de classe, au lieu de sortir par le système d'air conditionné. Sans les fenêtres ouvertes, entre 24 et 50 % des particules quittent la salle de classe par la climatisation. L'ouverture des fenêtres augmente d'environ 40 % la proportion de particules qui sortent de la salle de classe, a déclaré Khaled Talaat, qui a pu constater une élimination d'environ 69 % des particules aérosols de la salle de classe dans son modèle.

"Le défi que pose l'ouverture des fenêtres est qu'il y a évidemment des villes où il fait froid et où il n'est pas vraiment possible d'ouvrir les fenêtres", a déclaré Khaled Talaat.

A lire aussi - Le coronavirus peut survivre jusqu'à 28 jours sur un smartphone, selon une étude

Si vous ne pouvez pas ouvrir les fenêtres, une bonne ventilation via la climatisation est particulièrement importante. Siddartha Verma, professeur assistant de mécanique des fluides à l'Université atlantique de Floride, qui n'était pas associé à l'étude, a également souligné l'importance de la ventilation.

"Il est essentiel d'éliminer les gouttelettes d'aérosol le plus rapidement possible", a écrit Siddartha Verma dans un courriel adressé à Business Insider US. "Les gouttelettes aérosols s'accumulent au fil du temps (même en parlant et en respirant simplement), et peuvent rester en suspension pendant plusieurs heures, ce qui constitue également un danger pour les classes qui peuvent suivre dans la même pièce."

Les panneaux de protection peuvent rediriger le flux d'air

Quant aux particules non éliminées par la climatisation et les fenêtres ouvertes, des panneaux de protection peuvent aider à rediriger leur chemin pour éviter la transmission de particules virales entre les élèves.

"Ils n'arrêtent pas les particules directement, mais ce que nous voyons, c'est qu'ils affectent le champ de circulation d'air local près de la source et modifient la trajectoire des particules", a déclaré Khaled Talaat.

Les panneaux de verre utilisés dans le modèle mesuraient environ 70 centimètres de haut, de sorte qu'ils arrivaient environ 30 centimètres au-dessus de la tête d'un élève lorsqu'il était assis. Ils s'étendaient sur toute la largeur du bureau.

L'efficacité des panneaux dépend de la position de l'élève par rapport à la source d'air conditionné, mais globalement, la combinaison des panneaux et de l'éloignement a réduit la transmission des aérosols d'environ 92 % — ce qui est suffisant pour que Khaled Talaat recommande l'installation de panneaux de protection dans les salles de classe cette année.

Version originale : Andrea Michelson/Business Insider

A lire aussi Les personnes de groupe sanguin O seraient moins touchées par le Covid-19

Découvrir plus d'articles sur :