Crachats et coups de pieds sur les autres élèves... Kim Jong-un était insupportable en classe

Wikimedia Commons

Le chef d'état nord-coréen Kim Jong-un était un élève tout à fait ordinaire, gêné à l'idée de devoir répondre à une question en classe, selon un livre paru récemment racontant l’histoire du dictateur discret et de sa famille. Les lacunes académiques de Kim Jong-un étaient si graves qu'elles seraient susceptibles d'avoir influencé son leadership impitoyable, selon un extrait du livre d'Anna Fifield "The Great Successor: The Divinely Perfect Destiny of Brilliant Comrade Kim Jong-un" que Politico a publié ce mercredi.

Cet extrait détaille les années d'éducation de Kim Jong Un à Berne, la capitale de la Suisse, où il était scolarisé dans une école internationale avec son frère Kim Jong Chol, et vivait chez sa tante. Kim Jong-un est décrit comme un enfant honnête mais pas particulièrement porté sur les études. Il avait des difficultés à apprendre l'allemand et avait du mal à s'exprimer dans le cadre des cours. Kim Jong-un a éprouvé beaucoup de frustrations en arrivant en Europe : il attaquait ses camarades de classe. "Il nous frappait dans les tibias et nous crachait même dessus", a déclaré un ancien camarade de classe dans l'extrait.

Berne, la capitale de la Suisse, a accueilli Kim Jong Un lors de ses années d’adolescence. Pixabay

A lire aussi : 'Le demi-frère de Kim Jong-un était en fait un informateur de la CIA'

Joao Micaelo, un étudiant portugais qui était habituellement assis à côté de Kim Jong-un en classe, lorsque ce dernier est arrivé en Suisse au milieu des années 1990, a déclaré à Anna Fifield que lui et le dictateur en devenir avaient des points communs et se sont rapprochés car aucun des deux n'avaient "particulièrement un profil académique". "En 6ème, les classes ont été séparées en deux, et Kim Jong Un et Joao Micaelo ont été envoyés dans le groupe des étudiants plus faibles", peut-on lire dans l'extrait.

"S'il avait vécu au sein du monde extérieur, il aurait été totalement ordinaire".

Même s'il n'était pas très doué étant enfant, Joao Micaelo a déclaré que Kim Jong-un était "très déterminé". Son manque de prouesses académiques pourraient être le déclencheur de son futur style de leadership très autoritaire, qui lui permet, peut être, de cacher ses lacunes académiques, rapport le livre.

Le dictateur nord-coréen s'exprimant lors du sommet inter-coréen à la maison de la Paix le 27 avril 2018 à Panmunjom, Corée de Sud. Korea Summit Press Pool/Getty Images

Lorsqu'il est devenu dirigeant en 2010 après la mort de son père Kim Jong-il, certains supposaient que son enfance passée en Occident aurait pu l'inciter à ouvrir davantage la Corée du Nord au reste du monde, mais Kim Jong-un a plutôt fait le contraire. Il a écrasé la dissidence de son régime en interne, contrarié plusieurs pays occidentaux avec ses essais de missiles, et la Corée du Nord est restée plus mystérieuse que jamais.

Anna Fifield avance que les années de Kim Jong-un en Suisse auraient pu en être la cause, le dictateur s'étant rendu compte qu'il était finalement ordinaire selon les standards occidentaux.

Kim Jong Un regarde le président Donald Trump avant leur réunion lors du second sommet Nord-coréen et américain au Metropole Hotel à Hanoi, au Vietnam. Reuters/Leah Millis

"Les années de Kim Jong-un en Suisse, où il était scolarisé à la fois dans une petite école privée et dans une école publique germanophone, lui ont fait réaliser que s'il avait vécu dans au sein du monde extérieur, il aurait été totalement ordinaire. Personne." "Loin de le persuader d'opérer des changements dans la politique de son pays, ces années lui ont montré la nécessité de perpétuer un système qui a déifié son grand-père, son père, et lui même" explique Anna Fifield.

Le livre détaille ce qui parait être une expérience tout à fait normale pour un adolescent vivant en Occident, et décrit Kim Jong-un comme étant fan de basketball — il dormait apparemment quelques fois avec un ballon de basket — et aimant beaucoup jouer aux jeux vidéo, regarder des films d'action et porter des survêtements. "Nous vivions dans une maison normale et agissions comme une famille normale. Je me comportais comme leur mère", rapporte la tante de Kim Jong-un, qui vit actuellement aux Etats Unis. "Leurs amis venaient à la maison, je leur préparais le goûter", a raconté Ko Suk-yok à Anna Fifield. "C’était une enfance très normale avec des fêtes d'anniversaires, des cadeaux et des enfants suisses qui venaient jouer à la maison."

Version originale : Business Insider / Will Martin

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

VIDEO: Cette tente vous empêchera d'avoir peur de camper seul(e) la nuit — voici pourquoi