Crash du MH370 : la thèse du suicide du pilote évoquée

Un Boeing 777 de la compagnie Malaysia Airlines. Flickr.com/Aero Icarus

L'enquête sur le crash du Boeing 777 de la compagnie Malaysia Airlines, qui avait causé le 8 mars 2014 la mort des 239 passagers à bord, semble avancer. Selon les informations du Parisien, les enquêteurs étudient la thèse du suicide du pilote de l'avion après s'être rendus au siège de Boeing à Seattle en mai dernier. "Certains virages anormaux réalisés par le 777 ne peuvent avoir été réalisés qu'en manuel. Quelqu'un était donc aux commandes", a indiqué une source proche de l'enquête au Parisien." Le pilote de 53 ans, Zaharie Ahmad Shah, était expérimenté avec plus de 18 000 heures de vol à son compteur.

D'après les informations obtenues par les enquêteurs français aux Etats-Unis, le 777 de la Malaysia Airlines aurait été piloté jusqu'au bout. Mais "les juges nous ont indiqué que rien ne permet de dire que le pilote est impliqué", a déclaré Me Marie Dosé, l'avocate de Ghyslain Wattrelos, un ingénieur français qui a perdu dans le crash sa femme et deux de ses trois enfants.

Par ailleurs, les enquêteurs planchent également sur une autre piste : "il est trop tôt pour l'affirmer catégoriquement. Mais rien n'accrédite que quelqu'un d'autre ait pu entrer dans le cockpit...", a confié un enquêteur au Parisien. 

D'autres pistes ont, en revanche, été écartées ou semblent peu plausibles : la piste d'une action commise contre des ingénieurs de l'entreprise américaine Freescale, présents à bord du 777 de la Malaysia Airlines, la piste d'un attentat terroriste commis par des groupes ouïghours ou tamouls ou encore la piste d'un sabotage effectué par un ingénieur en aéronautique malaisien assis à proximité du système satellitaire de l'avion. 

Judiciairement, la France est le seul pays à continuer à enquêter sur cet accident. En juillet 2018, l'équipe d'investigation internationale menée par la Malaisie a affirmé dans son rapport final que l'enquête n'avait pas permis d'établir la cause de l'origine du crash. L'épave du 777 de la Malaysia Airlines, qui reliait Kuala-Lumpur (Malaisie) à Pékin (Chine), n'a jamais été retrouvée dans l'océan indien. 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Le PDG de Bird promet 1 000 emplois pour convaincre Anne Hidalgo de garder ses trottinettes à Paris

VIDEO: Voici la première question que Richard Branson pose à tous les nouveaux entrepreneurs qu'il rencontre