Après le crash d'Ethiopian Airlines, la fiabilité du Boeing 737 Max pose question

Après le crash d'Ethiopian Airlines, la fiabilité du Boeing 737 Max pose question

Un Boeing 737-800 d'Air China restera au sol jusqu'à nouvel ordre, à l'aéroport de Pékin, le 11 mars 2019. REUTERS/Stringer

Un avion Boeing 737 Max de la compagnie aérienne Ethiopian Airlines s'est écrasé au sud d'Addis Abeba ce dimanche 10 mars 2019, avec 157 passagers à bord dont neuf Français. Il n'y a aucun survivant, a déclaré la compagnie aérienne. Suite à cet accident, la Chine et l'Ethiopie ont décidé de ne pas faire voler leurs Boeing 737 Max jusqu'à nouvel ordre. En effet, même "s'il est trop tôt pour faire des commentaires pertinents", comme l'a dit Richard Aboulafia, expert aéronautique chez Teal Group interrogé par le Figaro, la fiabilité de l'appareil pourrait être remise en cause et ce pour plusieurs raisons. 

Tout d'abord, il ne s'agit pas du premier accident sur ce modèle et le crash d'Ethiopian Airlines rappelle celui du vol 610 de la compagnie indonésienne Lion Air, qui avait tué 189 personnes le 29 octobre 2018. Un expert aéronautique cité par l'AFP, qui a requis l'anonymat, a ainsi déclaré : "Il s'agit du même avion. Comme pour Lion Air, l'accident se passe très peu de temps après le décollage [ndlr: six minutes après le décollage] et les pilotes ont émis des messages pour dire qu'ils étaient en difficulté puis il y a eu perte de l'avion. Il est difficile de dire que cela ne ressemble pas au premier accident". Le consultant aéronautique et de sécurité aérienne Xavier Tytelman a quant à lui ajouté que "les premiers éléments du crash d'Ethiopian Airlines rappellent beaucoup l'accident du Boeing 737 Max de Lion Air en octobre dernier."

Autre similarité entre les deux accidents : l'appareil a pris de l'altitude, a légèrement décroché, puis a repris de l'altitude avant de chuter soudainement. Dans le cas de Lion Air, la fédération des pilotes américains avait mis en cause un dysfonctionnement du nouveau système anti-décrochage dont sont équipés les Boeing 737 Max. Cette anomalie semble avoir conduit l'ordinateur de bord à mettre l'avion en piqué au lieu de le redresser. 

Enfin, le Boeing 737 Max ne fait pas l'unanimité au sein de la communauté aéronautique. L'appareil avait déjà rencontré des soucis lors de son développement : l'Américain Boeing avait d'ailleurs suspendu en mai 2017 des vols tests à cause d'un problème de qualité de fabrication du moteur produit par la co-entreprise entre General Electric et Safran. 

Pour l'heure, on ne connaît pas la cause du crash de l'avion d'Ethiopian Airlines et seules les données contenues — l'enregistreur des conversations à bord du cockpit et celui des données de vol — dans les deux boîtes noires de l'appareil pourraient aider les enquêteurs à en savoir plus. Elles ont été retrouvées ce lundi sur le site du crash.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Les consommateurs ne veulent plus suivre les prix des smartphones

VIDEO: Grâce à ce mug à céréales, vous pouvez prendre votre petit-déjeuner tout en faisant du vélo

  1. Pas de précipitation, ce n'est pas la première fois que des accidents d'avion se produisent. Avant de jeter la pierre à Boeing, il faut attendre les résultats de l'enquête.

  2. roland

    de toute manière, La compréhension des graves accidents dans les grands systèmes complexes comme le transport aérien, ne peut se résumer à la recherche des causes trop limitative et ponctuelle, ne prenant en compte que les circonstances immédiates de l'accident ! voir " La sécurité dans les systèmes complexes " :http://www.officiel-prevention.com/formation/formation-continue-a-la-securite/detail_dossier_CHSCT.php?rub=89&ssrub=139&dossid=519

Laisser un commentaire