Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

CREDIT SUISSE: l'élection présidentielle française représente le 'plus grand risque existentiel' pour l'Europe

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

CREDIT SUISSE: l'élection présidentielle française représente le 'plus grand risque existentiel' pour l'Europe
© REUTERS/Jean-Paul Pelissier

Les marchés financiers surveillent de près l'Europe. En 2017, l'actualité électorale très riche y est porteuse d'incertitudes et donc de risque pour les investisseurs.

Pour les analystes de Credit Suisse, ils devraient surtout s'inquiéter de l'élection présidentielle française. Dans une note envoyée à leurs clients le 9 janvier 2017, les analystes observent:

"L'élection présidentielle française en avril/mai est le scrutin qui représente le plus grand risque existentiel pour l'Europe, et celui qui devrait le plus préoccuper les marchés."

S'ils n'écartent pas totalement la tenue d'un référendum sur le "Frexit", c'est-à-dire sur une sortie de la France de l'Union européenne, les analystes de Credit Suisse considèrent néanmoins sa probabilité comme étant "extrêmement faible".

En effet, même si la candidate du Front National Marine Le Pen devait remporter l'élection présidentielle, elle aurait aussi besoin d'obtenir une majorité aux législatives suivantes. Il semble "improbable" qu'elle l'obtienne, selon Credit Suisse.
Tout aussi "improbable" pour Credit Suisse est l'arrivée du candidat socialiste au second tour de la présidentielle — "sauf innovation significative d'ici à l'élection", indique la note.

Credit Suisse reste par ailleurs confiant sur l'évolution de l'économie européenne, même si les partis populistes devraient sortir renforcés de ces scrutins:

"Aucune élection ne devrait déboucher sur une issue susceptible de disloquer l'UE ou l'euro. Et une économie qui s'est montrée capable de résister au bruit politique de ces dernières années devrait le rester — d'autant plus qu'il y a des signes d'accélération de la croissance et une hausse de l'emploi."

Il n'est donc pas exclu que la zone euro dépasse les attentes des investisseurs avec une croissance plus forte que prévue. Credit Suisse parie du 2% de croissance du PIB.

Découvrir plus d'articles sur :