Un immense scandale de blanchiment d'argent en Malaisie se solde par de petites sanctions pour Credit Suisse

Le Premier ministre malaisien Najib Razak à Pékin, le 14 mai 2017. REUTERS/Mark Schiefelbein

Deux enquêtes séparées — l'une menée en Suisse, l'autre à Singapour — viennent d'aboutir à des sanctions contre la banque Credit Suisse. 

La banque centrale de Singapour a annoncé mardi infliger une amende de 700.000 dollars singapouriens (453.000 euros) à l'institution bancaire zurichoise pour infraction aux lois anti-blanchiment d'argent dans le cadre de transactions avec le fonds souverain de Malaisie, 1MDB (1Malaysia Development Berhad). 

Par ailleurs, l'autorité de surveillance du marché financier suisse Finma a adressé une "réprimande écrite" à Credit Suisse. La Finma a mené pendant deux ans une "enquête approfondie" sur les échanges entre la deuxième banque suisse et 1MDB.

"Il n'a pas été établi que la banque s'était rendue coupable de violations systématiques de la loi", note la Finma mais elle estime qu'il y a eu des "manquements concernant ses procédures contre le blanchiment d'argent".

Pour Singapour, Credit Suisse a manqué à son "obligation de vigilance vis-à-vis de leurs clients et une surveillance inadéquate des transactions et activités des clients."

L'enquête du régulateur singapourien a exposé un réseau complexe de transactions passant par pléthore de sociétés écran et d'individus dans de nombreuses juridictions.

Le fonds souverain 1MDB avait été créé en 2009 par le premier ministre malaisien Najib Razak pour financer la modernisation du pays. Il est soupçonné d'avoir été utilisé pour détourner des millions de dollars vers ses comptes personnels, ainsi que ceux d'autres dirigeants ou hommes d'affaires.

Le scandale politico-financier de 1MDB, exposé par un lanceur d'alerte genevois, est considéré comme "l'un des plus grands scandales financiers du XXIe siècle".

Outre Credit Suisse, les banques suisses BSI, Falcon Bank, UBS et RBS Coutts ont également été inquiétées dans le cadre de ce scandale.

La Monetary Authority of Singapore a précisé que son enquête a été "la plus importante qu'elle ait jamais menée". 

Au total, Singapour a imposé des amendes de 29,1 millions de dollars singapouriens (21 millions de dollars) à huit banques. Le montant de l'amende imposé à Credit suisse paraît faible mais est "substantiel pour des standards singapouriens", a expliqué Nizam Ismail, associé chez le cabinet d'avocats RHTLaw Taylor Wessing LLP, à Reuters.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Le G7 se réunit pour la première fois en 1 an et plus de la moitié des participants sont nouveaux

VIDEO: Quand il ne travaille pas, ce consultant en management se bat avec des haches en métal vêtu d'une armure médiévale