Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Le gendarme de l’audiovisuel français a trouvé un moyen de pénaliser financièrement ‘Touche pas à mon Poste’ sans lui imposer d’amende

Le gendarme de l’audiovisuel français a trouvé un moyen de pénaliser financièrement ‘Touche pas à mon Poste’ sans lui imposer d’amende
© REUTERS/Jean-Paul Pelissier

Le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) a infligé une sanction inédite à "Touche pas à mon poste" (TMPM), l'émission présentée par Cyril Hanouna sur C8, propriété de Vincent Bolloré à travers le groupe Vivendi.

L'émission quotidienne de divertissement sera privée de coupures publicitaires pendant trois semaines, ainsi que "15 minute avant et 15 minutes après" sa diffusion, apprend-on sur les Jours.

Le site d'information estime la perte financière pour C8 à environ 3 millions d'euros.

"Le CSA, qui a multiplié en vain les avertissements à l'égard de l'émission Touche pas à mon poste, appelle la société C8 à mettre en œuvre désormais et sans délai tous les moyens garantissant le respect des règles fixées par la loi et par les stipulations de sa convention, qui sont la contrepartie de l'utilisation de la fréquence publique qui lui été attribuée gratuitement", a souligné le CSA, rapporte Capital.fr.

C'est la première fois que le gendarme de l'audiovisuel prend une telle mesure qui, si elle n'est pas une amende, a bien pour objectif de pénaliser financièrement la chaîne de Vincent Bolloré.

L'an dernier, C8 aurait engrangé 160 millions d'euros de revenus publicitaires, dont 80 millions d'euros uniquement par l'émission de Cyril Hanouna, a rapporté le Figaro.

Le CSA a infligé cette sanction à la suite de plaintes concernant deux événements en fin d'année dernière :

  • En novembre 2016, Cyril Hanouna avait fait croire pendant une journée à un de ses chroniqueurs qu'il avait assisté à un accident mortel.
  • En décembre 2016, Cyril Hanouna avait forcé une chroniqueuse qui avait les yeux fermés à poser la main sur son sexe.

Depuis, le CSA a reçu plus de 20.000 plaintes concernant une autre séquence du 18 mai où l'animateur a piégé des jeunes hommes homosexuels en se faisant passer pour un homme bisexuel sur un site de rencontre, et les faisant parler au téléphone, en direct sur C8, sans qu'ils ne soient au courant.

Une cinquantaine d'annonceurs avait décidé, dans la foulée, de retirer leurs campagnes de l'émission.

Le CSA devrait, en toute logique, pénaliser à nouveau l'émission pour cette séquence homophobe qui a fait beaucoup parler d'elle, et qui a même été qualifiée de "bêtise" par Vincent Bolloré.

Découvrir plus d'articles sur :