Le robot Curiosity a atterri sur Mars il y a 5 ans — voici ses plus grandes découvertes

Le robot Curiosity a atterri sur Mars il y a 5 ans — voici ses plus grandes découvertes

Le robot Curiosity. NASA/JPL-Caltech/MSSS

Cela fera cinq ans, ce dimanche 6 août 2017, que le rover Curiosity a atterri sur Mars après un voyage d'un peu plus de huit mois depuis la Terre.

Ce robot mobile de 900kg, équipé de six roues et de la taille d'un petit 4x4, a été déposé sur la planète rouge par la NASA pour effectuer principalement deux missions: 

  • évaluer l'habitabilité de la planète,
  • et préparer les futures missions habitées prévues pour 2033.

Mais, comme l'avait souligné Maurice Sylvestre, chercheur de l'Institut de Recherche en Astrophysique et Planétologie à Toulouse qui avait travaillé sur le robot avant son lancement, cette mission va aussi nous aider à en savoir plus sur notre propre planète:

"Mais on va aussi beaucoup apprendre sur la Terre, puisqu'au moment où il y avait de l'eau sur Mars, la vie apparaissait chez nous. Toutes les données que nous allons trouver seront très vieilles et on va peut-être apprendre comment la vie est née sur notre planète."

Le rover américain est piloté à distance par les opérateurs du Jet Propulsion Laboratory de la Nasa, basé en Californie. Mais cette mission lancée par la Nasa fait également intervenir des ingénieurs du Centre national des études spatiales (CNES), ainsi que plusieurs scientifiques de l'Institut de recherche en astrophysique et planétologie basé à Toulouse.

Ces derniers sont chargés d'opérer la caméra laser chimique ChemCam embarquée sur Curiosity, qui permet de réaliser à distance des tirs sur le sol et les roches pour connaître leur composition.

La Nasa a déjà mis plus de 2,5 milliards de dollars sur la table pour ce petit engin mobile dont la mission était au départ censée durer 23 mois seulement et a été finalement reconduite par deux fois.

Après avoir déjà parcouru environ 17 kilomètres sur la planète rouge, Curiosity devrait encore être de service pendant au moins deux ans pour explorer les différentes sites de cette région de Mars où se situe notamment le cratère de Gale. Son petit-frère baptisé "Curiosity 2" ou "Mars 2020" devrait ensuite prendre le relais. 

Voici les découvertes les plus importantes faites par le robot Curiosity pendant ses cinq dernières années sur Mars.

Mars était autrefois habitable — C'est la plus importante découverte (même si c'était déjà une hypothèse) faite par Curiosity et ce dès sa première année sur le sol martien. Il y 4 milliards d'années, c'est-à-dire quelque 500 millions d'années après sa naissance, Mars était donc propice à la vie.

Mars par la caméra Osiris de la sonde spatiale Rosetta. ESA

Il y avait notamment beaucoup d'eau liquide — Le cratère de Gale était autrefois un grand lac qui s'étendait sur 155 kilomètres alimenté par des rivières pendant des dizaines de millions d'années. L'atmosphère y était aussi plus dense qu'aujourd'hui. Plusieurs indices qui laisseraient croire que des formes de vie étaient possibles.

Il y avait de l'eau autrefois sur Mars. YouTube/Nasa Goddard

Une présence de méthane — En 2014, le robot Curiosity détecte aussi des émanations de méthane provenant sporadiquement du cratère de Gale. Ce gaz peut provenir de différentes sources selon la NASA, qui a émis plusieurs hypothèses à ce sujet. Sur Terre, le méthane est à 90% produit par les êtres vivants, les 10% restants par des réactions géochimiques (l'eau réagissant sur des roches chaudes). Mais impossible de certifier que ces bouffées de méthane sont synonymes de signes de vie actuelles sur Mars, ce serait prématuré, prévient la Nasa lors de cette découverte.

Cette illustration de la NASA schématise les différentes hypothèses sur la provenance du méthane détecté par Curiosity. JPL

Présence d'azote à la surface de Mars — Fin mars 2015, la Nasa annonce que "l'azote est essentiel à la vie et Curiosity en a trouvé sur la planète rouge". Cette découverte montre une fois de plus que la planète a autrefois réuni des conditions propices à la vie. Une question persiste alors: que s'est-il passé pour que l’atmosphère et le champ magnétique de Mars aient quasiment disparu et que la planète devienne inhabitable pour l'homme?

Le robot Curiosity. NASA/JPL-Caltech/MSSS

La plus vieille croûte continentale de Mars — Le rover tombe en juillet 2015 sur une croûte continentale vieille d'environ 4 milliards d'années, donc presque aussi vieille que le système solaire qui est né il y a 4,5 milliards d'années, rapportait Sciences et Avenir. Cette croûte est similaire à celle que l'on a sur Terre, ce qui confirmerait que Mars et notre planète étaient assez semblables à une certaine époque, avant de prendre des chemins différents.

Roche composée de gros cristaux roses, des feldspaths. On trouve à l'intérieur de petits cristaux de quartz gris. NASA/JPL-Caltech

Une météorite de fer — Fin 2016, le rover tombe sur une étrange roche de la taille d'une balle de golf. A l'aide de son laser, Curiosity l'analyse et découvre qu'il s'agit d'une météorite de fer provenant d'un astéroïde. L'étude des météorites trouvées sur Mars peut "donner des informations concernant la manière dont une exposition prolongée à l'environnement martien les a affectées, en comparaison avec une exposition à un environnement terrien", précisait la Nasa. 

Une roche de la taille d'une balle de golf, d'origine météoritique. NASA/JPL-Caltech

Traces de boue séchée — Des images prises par le rover américain montrent des traces de boue séchée, signe que jadis, de l'eau a bien coulé sur Mars. Les chercheurs pensent que cette couche de boue sèche s'est formée il y a plus de 3 milliards d'années, après l'assèchement des lacs abondants qui se trouvaient autrefois sur Mars.

Traces de boue séchée retrouvées sur Mars. NASA/JPL-Caltech

Et maintenant? — Dans les mois à venir, le rover doit aller explorer une zone argileuse située derrière le mont Sharp, une montagne de sédiments consolidés en roches qui était censée être sa destination finale. Des satellites ont repéré plusieurs couches géologiques, témoignant d'un changement climatique sur Mars au fil des époques. Ces prochaines découvertes pourraient permettre d'avoir une idée globale de l'histoire de la planète rouge et donc aussi celle de notre planète. 

Le chemin parcouru par Curiosity à la mi-juillet 2017. NASA

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : La sonde Juno tourne autour de Jupiter depuis 1 an — voici ses découvertes les plus spectaculaires

Prendre la parole en public n'est pas facile, cette technique devrait vous aider à vous souvenir de votre discours

  1. darlside

    Le module Curiosity roule sur... Terre.
    C'est une escroquerie financière de la NASA.
    Le projet coûte aux contribuables US , 2 milliards $.
    Plusieurs photos officielles pris par Curiosity le prouve.
    Un aigle dans le ciel, des os d'animaux divers, une bouche d’aération de bunker au niveau du sol, la fameuse "femme fantôme",
    et un lemming bien vivant aux yeux grand ouvert. Ca tombe bien, ce rongeur pullule sur le lieu d'entrainement de Curiosity sur Terre.
    Faut choisir, on continue de rêver ou on revient dans le monde réel.
    J'ai, malheureusement, arrêté de rêver.

  2. nomRequis

    @darlside j'ai bien ri, merci.

  3. Roduff

    Je vais continuer de rêver alors @darlside ...

Laisser un commentaire