Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Il y aura d'autres cyberattaques avec des demandes de rançon car 'ça marche', dit le fondateur d'Appian

Il y aura d'autres cyberattaques avec des demandes de rançon car 'ça marche', dit le fondateur d'Appian
© Matt att Calkins (centre), cofondateur et directeur général d'Appian. "

La cyberattaque mondiale déclenchée mardi et visant de grandes entreprises et des services publics de plusieurs pays devrait se reproduire dans les prochains mois, car elle est très efficace financièrement pour les auteurs, estime le fondateur d'un éditeur de logiciel de création d'applications internes sécurisées.

Comme le 12 mai, quand plus de 300.000 ordinateurs avaient été contaminés à travers le monde, il s'agit d'une attaque au "rançongiciel", ou "ransomware".

Ce logiciel malveillant empêche l'utilisateur d'un ordinateur fonctionnant sous Windows, le système d'exploitation de Microsoft, d'accéder à ses fichiers et documents et réclame le paiement d'une somme d'argent, en général en monnaie virtuelle (bitcoins), pour rétablir cet accès.

"Ça va continuer parce que ça marche. Les entreprises n’ont pas d’autre choix que de payer — c’est plus une impression qu’un devoir finalement car dans certains cas, les données ne sont pas toujours débloquées", estime Matt Calkins, le fondateur et directeur général de la société américaine Appian, interrogé par Business Insider France lors d'une visite en France.

Pour la précédente du mois de mai, on a pu établir que les hackers avaient réussi à récolter 30.000 à 40.000 dollars.

Pour éviter une intrusion dans son système informatique, Matt Calkins donne deux conseils aux entreprises:

"Limiter le nombre d'applications auxquelles on peut avoir accès et utiliser deux facteurs d'identification: un mot de passe et un appareil comme un smartphone".

Appian propose une plateforme aux entreprises qui leur permet de créer des interfaces ou de les rassembler en une seule application, de façon très rapide et sécurisée dans le cloud ou sur leur site. Elle vient de lever 75 millions de dollars lors d'une entrée en bourse il y a un peu plus d'un mois

En France, Appian travaille par exemple pour le compte de GRDF, Natixis, BNP ou Sanofi.

Découvrir plus d'articles sur :