Ce qu'il faut savoir sur les élections au Brésil

"Les Brésiliennes contre le fascisme", clame cette pancarte brandie lors d'une manifestation contre le candidat à la présidentielle brésilienne Jair Bolsonaro. REUTERS/Luisa Gonzalez

  • Les Brésiliens votent ce dimanche 7 octobre dans le cadre des élections présidentielle et législatives.
  • Le pays est polarisé et pourrait propulser un candidat d'extrême droite, Jair Bolsonaro, à sa tête. 
  • Déroulement du scrutin, candidats en lice, réaction des marchés: voici un guide rapide sur les élections générales au Brésil.

Près de 150 millions de Brésiliens sont appelés aux urnes ce dimanche 7 octobre pour des élections présidentielle et législatives. La campagne électorale, émaillée de "fake news", a révélé une polarisation forte du pays, qui pourrait placer un candidat d'extrême droite à sa tête.

Les élections se tiennent alors que la population est gagnée par un sentiment de "découragement et révolte", comme le décrit le correspondant des Echos à São Paulo, après deux années de récession (2015-2017), de nombreux scandales de corruption impliquant de près ou de loin les présidents Lula, Dilma Roussef et Michel Temer, et les difficultés des pouvoirs publics à redresser l'économie ou lutter contre l'insécurité. Le pays compte ainsi 13 millions de chômeurs et fait partie des 10 pays les plus violents dans le monde. 

Comment ça marche?

147 millions d'électeurs sont appelés aux urnes dans le cadre des élections générales brésiliennes les 7 et 28 octobre. Ils vont:

  • élire le président de la République et son vice-président,
  • renouveler l'intégralité des 513 sièges de la chambre des députés et les deux tiers des 81 sièges du Sénat,
  • élire les gouverneurs et assemblées législatives des 26 États et de la capitale. 

Le vote est obligatoire pour les citoyens de 18 à 70 ans. Il est facultatif pour ceux âgés de 16 à 18 ans et les plus de 70 ans. Le vote est électronique.

L'élection présidentielle est un scrutin uninominal majoritaire à deux tours où chaque candidat propose un ticket avec un candidat à la vice-présidence, comme aux Etats-Unis. Le second tour de la présidentielle aura lieu le 28 octobre, si aucun candidat n'obtient dimanche plus de 50% des suffrages.

Le président élu sera investi le 1er janvier 2019 pour un mandat de quatre ans.

Les principaux candidats

Jair Bolsonaro à gauche, et Fernando Haddad à droite. REUTERS/Paulo Whitaker/Nacho Doce/File Photo

Au total, 13 candidats se présentent.

Jair Bolsonaro, 63 ans, député d'extrême droite, investi par le Parti social libéral (PSL) est crédité de 35% des intentions de vote. Ancien officier, favorable au port d'arme et affichant des positions dures contre l'insécurité, il a l'avantage d'afficher une carrière exempte d'accusations de corruption. Mais il inquiète une partie du Brésil en raison de son admiration pour la dictature militaire au pouvoir au Brésil de 1964 à 1985, ses propos homophobes et misogynes. Poignardé le 6 septembre, il n'est sorti de l'hôpital que samedi dernier et n'a pas participé au dernier débat télévisé.

Fernando Haddad, 55 ans, candidat du Parti des travailleurs, est crédité de 22% des intentions de vote au premier tour. Il remplace l'ex-président Lula, inéligible car emprisonné pour corruption, et cette proximité pèse sur sa candidature. "Haddad est le réceptacle de la haine farouche qu'inspire Lula à une bonne partie de la droite, du centre, des milieux d'affaires et des classes aisées", résume la rédaction d'Arte.

Les trois autres candidats "majeurs" risquent de ne pas passer le premier tour. Ciro Gomes (PDT, centre gauche) est crédité de 11% des intentions de vote. Il est suivi du gouverneur de São Paulo Geraldo Alckmin, du Parti de la social-démocratie brésilienne, donné à 8%. L'écologiste Marina Silva (Rede), qui avait réuni plus de 20 millions de voix aux deux dernières présidentielles, est créditée de 4% des intentions de vote. 

Qui peut gagner?

Depuis qu'il a été poignardé, Jair Bolsonaro ne cesse de progresser dans les sondages. S'il affirme, lui, qu'il sera élu dès le premier tour, ce scénario n'est désormais plus exclu par les observateurs, même s'il reste peu probable. 

L'issue du deuxième tour n'est pas acquise pour autant, selon l'institut de sondage Datafolha cité par Reuters, "les deux candidats [Jair Bolsonaro et Fernando Haddad] se trouveraient au coude-à-coude en cas de deuxième tour." Datafolha donne Bolsonaro vainqueur contre Fernando Haddad par 44 % contre 43 %, un résultat qui reste sujet à la marge d’erreur. 

Qu'en pensent les investisseurs?

"Les marchés choisissent l'extrême droite", résumait le journaliste Jean-Marc Four dans une récente chronique sur France Inter

Le principal indice boursier du pays, Bovespa, grimpe à mesure que Jair Bolsonaro progresse dans les sondages comme le montre le graphique ci-dessous. Mardi 2 octobre, il a bondi de 3,8% et la publication d'un sondage après-Bourse a encore porté les marchés le lendemain.

Evolution de l'indice Bovespa entre le 1er et le 5 octobre 2018. Investing.com

Le real, la monnaie du pays, a gagné 1,93% face au dollar et atteint un sommet en six semaines. 

Le candidat de gauche, Fernando Haddad, cristallise au contraire les inquiétudes. "Il préoccupe les marchés", indique Alberto Ramos, responsable de la recherche économique de la banque Goldman Sachs pour l'Amérique latine, interrogé par Le Monde, après avoir qualifié les marchés d'"entité abstraite qui terrorise le public".

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : L'incendie qui a détruit un musée brésilien contenant 20 millions d'artefacts a également anéanti des registres entiers de langues que plus personne ne parle

VIDEO: Cette machine se sert de votre aspirateur pour faire des moules en 3D avec à peu près tous les objets