David Davis, ministre britannique en charge du Brexit. Jack Taylor/Getty Images

  • David Davis dit que les députés britanniques pourraient bloquer le paiement de 39 milliards de livres, soit 45 milliards d'euros, à l'Union européenne si Bruxelles n'offre pas des informations avec plus "de substance" sur la relation future entre le Royaume-Uni et l'UE dans l'accord de divorce. 
  • L'UE veut négocier les détails de la future relation pendant une période de mise en oeuvre.
  • Toutefois, le secrétaire britannique en charge du Brexit, David Davis, a dit ce jeudi 12 avril 2018 qu'il n'y avait "pas d'intérêt à avoir une période de mise en oeuvre si vous n'étiez pas sûrs de ce qui va être mis en place." 
  • Le Royaume-Uni et l'UE espèrent conclure un accord final sur le Brexit d'ici octobre prochain.

David Davis, le secrétaire britannique en charge du Brexit, a prévenu l'Union européenne que les députés britanniques pourraient bloquer le versement de 39 milliards de livres, soit 45 milliards d'euros, de facture du Brexit — et un accord final de divorce — si des informations avec "plus de substance" sur la future relation entre les deux parties n'étaient pas inclues dans l'accord de sortie. 

Lors d'un événement du Wall Street Journal à Londres, il a dit que l'accord final — que les deux parties espèrent trouver d'ici octobre prochain — devrait comporter "de nombreux détails" sur la relation future entre le Royaume-Uni et l'UE dans des domaines clés comme la régulation et le commerce. 

Il semblerait que les négociateurs européens souhaitent seulement y inclure une vague déclaration politique, autrement dit "les grandes lignes de l'accord" —, puis sortir tous les détails pendant la période de transition, après la sortie du Royaume-Uni de l'UE en mars 2019. 

Toutefois, David Davis a dit aujourd'hui qu'il n'y avait "pas d'intérêt à avoir une période de mise en œuvre si vous n'étiez pas sûrs de ce qui va être mis en place."

Il a prévenu que le Parlement britannique pourrait bloquer tout accord si les négociateurs européens ne se pliaient pas à ses exigences, et a dit que la facture de divorce du Brexit pourrait ne pas être payée si aucune "précision" n'était apportée sur la future relation entre le Royaume-Uni et l'UE, car "39 milliards de livres, c'est beaucoup d'argent."

Davis aurait gagné une bataille interne au sein de l'équipe britannique chargée des négociations du Brexit cette semaine, quand il a mandaté des fonctionnaires britanniques pour débuter des négociations détaillées sur le futur accord commercial avec l'UE.

Selon le Telegraph, il a envoyé une lettre mardi aux représentants du Whitehall pour leur dire de proposer les objectifs clés concernant le Brexit en amont des discussions qui se tiendront cet été sur l'accord de sortie. David Davis croit que la majeure partie de ce futur accord commercial peut être trouvée pendant les cinq mois de négociations restants de l'Article 50.

Il aurait été en conflit avec la négociatrice en chef sur le Brexit de Theresa May, Olly Robbins, qui aurait penché pour un accord plus vaste, d'un niveau plus important, qui pourrait être trouvé plus facilement étant donné le temps restant des négociations.

Version originale: Thomas Colson/Business Insider UK

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Christine Lagarde donne 3 priorités pour soutenir l'économie mondiale avant qu'elle ne ralentisse certainement

VIDEO: SpaceX va tester sa nouvelle fusée pour la première fois — voici où elle se situe par rapport à ses concurrentes