Publicité

De Jack Ma à TikTok, pourquoi Pékin reprend le contrôle des géants de la tech chinoise

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

L'ancien PDG d'Alibaba paye sa situation monopolistique et ses sorties critiques © Wang HE/Getty Images
Publicité

Jack Ma ne sera peut-être bientôt plus que le souvenir amusant d'un chef d'entreprise extravagant dans le monde des affaires. L'ancien PDG d'Alibaba est pourtant le grand patron chinois le plus connu à l'étranger, mais c'est aussi cette volonté de se mettre en avant qui lui aura attiré les foudres de Pékin. Depuis octobre dernier, le gouvernement chinois ne cesse resserrer la vis autour de l'homme d'affaires : d'abord avec la suspension de l'entrée en bourse de sa plateforme de paiement Ant Group, puis une mystérieuse disparition du patron entre octobre et janvier dernier, une colossale amende de 2,3 milliards d'euros pour pratiques monopolistiques en avril et dernièrement la démission (forcée ?) de l'école de commerce qu'il a lui même créé.

Le 24 mai, d’après le Financial Times, Jack Ma a en effet, quitté la présidence de l’un de ses projets les plus personnels : Hupan (« au bord du lac »), un établissement fondé en 2015 pour former l’élite des chefs d’entreprise du pays.

À lire aussi — Le milliardaire Jack Ma a refait surface dans une vidéo de 50 secondes, selon les médias d'Etat chinois

Un retour à l'ordre

L'origine de cette disgrâce ? Le 24 octobre, l'extravagant homme d'affaire critique le système bancaire chinois, qualifiant ses responsables de prêteur à gages et vantant les mérites de son propre outil de paiement, le tout devant un parterre d'officiels du régime et moins d'une heure après le discours de Wang Qishan, le vice président de la république populaire de Chine. Ce jour là, Jack Ma n'a fait qu'allumer la mèche de la bombe sur laquelle il était déjà assis.

Tout comme Google, Facebook ou Amazon aux États-Unis, Pékin a du mal avec ces géant de la tech omniprésents dans le quotidien de sa population. Les sanctions contre Alibaba sont en quelque sorte un coup d'arrêt contre l'expansion sans limite des grands patrons chinois. Le site du e-commerce était accusé d'obliger les vendeurs à choisir sa plateforme comme canal de distribution exclusif et d'utiliser ses outils de paiement, Ali Pay. Le service utilisé par plus d'un milliard de personnes est leader sur le marché chinois, notamment dans l'attribution de crédit, et met donc à mal les banques du régime. Jack Ma avait par ailleurs refusé de transmettre les données des clients d'Ali Pay en mettant en avant que cette mesure nuirait à sa compétitivité.

"Pékin veut éviter une situation semblable à celle des États-Unis lorsqu'Apple avait refusé de déverrouiller deux iPhones pour le FBI, explique David Baverez, investisseur à Hong Kong. Le Gouvernement chinois prend donc les mesures règlementaires que les Etats-Unis auraient dû mettre en œuvre il y a quelques années". Comme dans le reste du monde, la reprise de la consommation dans le pays est encore lente et la majorité des achats se font sur les plateforme de e-commerce. Pékin préfère contrôler désormais les acteurs et dicter le partage des secteurs.

"Le régime ne peut pas fermer les marchés sauvages, potentiellement source de nouveaux virus dans le futur, la population y est trop attachée. L’alternative est donc de développer une offre digitale de livraison directe à la population. Ce sera désormais Alibaba qui devrait s'en charger, même si ce business n'est pas du tout intéressant pour le groupe en termes de rentabilité", indique David Baverez, auteur de Chine-Europe, le grand tournant publié chez Le Passeur éditeur.

À lire aussi — Jack Ma serait resté chez lui et aurait voyagé en Chine, durant sa 'disparition'

Des départs à la chaîne

Pour les autres grand patrons, le message est passé. Le premier mars, Colin Huang, le fondateur du Pinduoduo, concurrent direct d'Alibaba, a démissionné de son poste de président à l'âge de 41 ans. Il a affirmé que sa décision était due à des changements externes drastiques et à des problèmes de gestion interne. En avril, les représentants des 34 principales sociétés Internet chinoises, dont ByteDance (TikTok), Tencent, Baidu, Jingdong, Pinduoduo, ont publié communément des lettres dans lesquelles ils s'engagent à se conformer aux règles anti-monopole et à rectifier leurs pratiques dans un délai d'un mois.

Zhang Yiming, PDG de TikTok VCG/VCG Getty Images

Cela n'aura empêché Zhang Yiming, le PDG de ByteDance d'annoncer à son tour, il y a quelques jours, son départ du groupe pour la fin de l'année laissant les rênes à son vice-président. Contrairement à l'extravagant Jack Ma, Zhang devrait être encore présent dans le milieu des affaires. Être un peu plus discret est généralement recommandé pour continuer sa carrière en Chine.

À lire aussi — TikTok est accusé d'avoir collecté illégalement les données de millions d'enfants au Royaume-Uni

Découvrir plus d'articles sur :