Publicité

Découvrez les 13 plus grandes villes fantômes du monde

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Ashgabat, au Turkménistan, compte parmi ces villes fantômes. © Stanislav Krasilnikov/ Getty
Publicité

Dans le monde entier, il existe de mystérieuses villes abandonnées qui font office de capsules temporelles inquiétantes. Parmi les villes fantômes du monde, citons Tianducheng en Chine, une réplique de Paris, Ashgabat au Turkménistan, surnommée "la ville des morts" tant elle semble vide, ou encore Varosha, à Chypre, qui fut l'une des destinations touristiques les plus populaires au monde dans les années 70 avant de tomber en désuétude.

Découvrez les villes abandonnées les plus fascinantes du monde.

Tianducheng, en Chine, est une réplique de Paris, mais sans ses foules

La ville reste silencieuse. Reuters/Aly Song

Construite comme un énorme lotissement de luxe, Tianducheng imite la ville Lumière dans tous les domaines, de l'architecture d'époque à la tour Eiffel miniature de 91 mètres de haut. On y trouve même une réplique de la fontaine du jardin du Luxembourg. Pouvant accueillir plus de 10 000 résidents, la ville est restée pour l'essentiel abandonnée, à l'exception des employés d'un parc d'attractions voisin à thème français, selon City Lab.

À lire aussi — New York, Pompéi, Tokyo... 10 destinations d'exception à visiter virtuellement depuis son salon

Ruby, dans l'Arizona, est une cité minière abandonnée

Une école abandonnée en 1940. shutterstock

Ruby, en Arizona (États-Unis), est l'une des villes fantômes les mieux préservées du Sud-Ouest américain et rappelle le Far West. Avec une mine fondée dans les années 1870 qui produisait de l'or, de l'argent, du plomb, du zinc et du cuivre, Ruby est officiellement devenue une ville lorsqu'elle a ouvert son premier bureau de poste en 1910.

Les amateurs d'histoire du Far West ne sont pas les seuls à s'intéresser à Ruby, les aficionados de vrais crimes et les amoureux de la nature devraient également être fascinés par Ruby. La ville et ses environs ont été le théâtre de trois sordides homicides connus sous le nom de "meurtres de Ruby". Ces crimes ont donné lieu à l'une des plus grandes chasses à l'homme de l'histoire du Sud-Ouest, selon Legends of America.

Le juge W.A. O'Connor, en service à l'époque, aurait déclaré : "Les crimes dont vous avez été reconnu coupable sont peut-être les plus cruels jamais commis en Arizona. Que la punition qui vous attend serve d'avertissement à ceux qui pourraient envisager de commettre des crimes similaires."

Les mines abritent désormais une énorme colonie de chauves-souris mexicaines. Parfois, il est possible d'apercevoir leur essaim géant se précipiter depuis les entrées de la mine au coucher du soleil pendant l'été. Officiellement abandonnée en 1940, les vestiges de Ruby se trouvent désormais sur des terrains privés et elle reste l'une des villes de l'Ouest les mieux préservées des États-Unis.

Wittenoom, en Australie, était submergée par l'amiante

Wittenom, en Australie. The Sydney Morning Herald / Getty

Fondée en 1946, Wittenoom est née en tant que ville minière en Australie occidentale. Les gorges voisines regorgeaient d'amiante bleue, un matériau de construction brut important au début du XXe siècle. Au début des années 1950, Wittenoom était la plus grande ville de la région de Pilbara.

Dans un contexte de préoccupations sanitaires croissantes, la baisse de la demande d'amiante a entraîné la fermeture de la mine en 1966, la plupart des habitants partant à la recherche d'un autre emploi, selon ABC. Wittenoom a été officiellement fermée en 2007 et le gouvernement australien a pris des mesures pour limiter l'accès à l'ancienne ville minière et l'a retirée de toutes les cartes officielles.

En raison de la nature de l'exploitation minière, on trouve encore des fibres d'amiante dans la terre végétale et dans l'air autour de Wittenoom, ce qui rend la ville dangereuse. Selon un documentaire sorti en décembre 2019, il ne reste qu'un seul résident.

Varosha, à Chypre, était jadis une destination touristique prisée

Athanasios Gioumpasis/ Getty

Il n'est pas fréquent qu'une destination touristique fréquentée par des personnalités comme Elizabeth Taylor, Richard Burton, Raquel Welch et Brigitte Bardot devienne une ville fantôme. Mais c'est exactement ce qui est arrivé à la section Varosha de Famagouste, à Chypre.

Au début des années 1970, Varosha était l'une des destinations touristiques les plus populaires au monde, selon la BBC. En 1974, la Turquie a envahi Chypre. Alors que les armées turques et grecques s'affrontaient et envahissaient la zone de Varosha, les habitants fuyaient pour sauver leur vie.

Selon la BBC, Varosha est restée abandonnée et sous le contrôle de l'armée turque depuis 1974. Elle a été clôturée et personne, à l'exception des militaires et du personnel des Nations unies, n'est autorisé à pénétrer dans cette destination touristique autrefois magnifique. Après plusieurs tentatives, aucun accord n'a encore été conclu pour ouvrir la ville. Les gratte-ciel et les plages de Varosha sont désormais envahies de mauvaises herbes de l'autre côté de la clôture militaire.

Achgabat, au Turkménistan, est une grande cité célèbre pour ses édifices en marbre surnommée "la ville des morts"

Ashgabat, au Turkménistan est désertée. Stanislav Krasilnikov/ Getty

Le Turkménistan est un ancien pays de l'Union soviétique dont le dirigeant a été comparé à Kim Jong-Un, despote de Corée du Nord. Le président Saparmurat Niyazov a prévu de créer un "âge d'or du Turkménistan" en 1991 avec la construction d'Achgabat. Il y est parvenu en érigeant des bâtiments qui ont battu des records, comme celui de la ville comptant le plus de marbre au monde.

En effet, cette cité dénombre 543 bâtiments réalisés dans ce matériau de luxe. Ashgabat possède également la plus grande roue du monde. Aujourd'hui, la cité est surnommée "la ville des morts" car elle semble vide. Cela est dû en partie à la culture isolée du pays : le Turkménistan est l'un des pays les moins visités au monde.

Craco, en Italie, est le décor de plusieurs films célèbres

Craco, en Italie. DEA / V. GIANNELLA / Getty

Situé sur la voûte de la botte italienne, Craco fut construite avant 1060. Tout au long de son histoire, elle a connu de nombreux conflits entre monarques, armées et idéologies politiques. En 1963, les 1 800 derniers habitants ont été contraints de quitter Craco pour leur propre sécurité et ont été relogés à Craco Peschiera, une nouvelle ville située dans la vallée en contrebas, selon Ancient Origins.

Des films tels que "Quantum of Solace" et "La Passion du Christ" ont utilisé la ville fantôme italienne pour fournir un cadre spectaculaire et authentique à leurs histoires. Malgré son abandon, Craco reste l'une des destinations touristiques les plus populaires d'Italie et a été ajoutée à la liste de surveillance du World Monuments Fund en 2010.

À lire aussi — New York, Pompéi, Tokyo... 10 destinations d'exception à visiter virtuellement depuis son salon

Les riverains de Centralia, en Pennsylvanie, ont frôlé l'intoxication au monoxyde de carbone

L'incendie d'un gisement de charbon consume les sols de Centralia depuis 1962. DON EMMERT/ Getty

Comme dans un cauchemar, le feu de charbon sous la ville de Centralia, en Pennsylvanie (États-Unis), fait rage depuis 1962 et pourrait brûler pendant encore 250 ans. Une tentative de nettoyage de la décharge locale a allumé les gisements de charbon sous la surface de cette petite ville de Pennsylvanie. Pendant les années où le feu a brûlé, les habitants ont lentement abandonné leurs maisons, craignant non seulement le feu sous leurs pieds, mais aussi les glissements de terrain et les intoxications au monoxyde de carbone.

L'expropriation a été utilisée pour prendre le contrôle de la plupart des maisons de Centralia et la douzaine de résidents restants ont accepté de céder leur propriété au gouvernement à leur décès. Le gouvernement de l'État a condamné Centralia en 1992.

Pripyat, en Ukraine, héberge les dégâts de l'accident nucléaire le plus dévastateur de l'histoire : Tchernobyl

Un parc d'attraction devait ouvrir ses portes le jour de la catastrophe nucléaire à Tchernobyl. Tatyana Vyc/Shutterstock

Pripyat fut fondée en 1970 en tant que "ville nucléaire", c'est-à-dire une ville spécialement construite pour loger les travailleurs d'une centrale nucléaire voisine. Elle abritait plus de 13 000 appartements, des écoles pour 5 000 enfants, deux douzaines de magasins et de cafés, un cinéma, une salle de sport, un centre culturel, plusieurs usines et un hôpital lorsque la catastrophe a frappé la centrale de Tchernobyl, selon USA Today.

Après l'explosion du réacteur le 26 avril 1986, qui a libéré des radiations toxiques dans les environs, la ville a été entièrement évacuée. Les habitants de Pripyat ont été relogés et la ville de Slavutych a été construite comme leur nouveau foyer. Les niveaux de radiation ont considérablement diminué au cours des années qui ont suivi la catastrophe. Ses habitants ont donc été autorisés à retourner dans la "zone d'exclusion nucléaire".

Hashima Island, au Japon, était auparavant très animée

Hashima Island Carl Court / Getty

L'île d'Hashima, plus connue sous le nom de Gunkanjima (qui signifie "île aux cuirassés"), est une île abandonnée située au large des côtes de Nagasaki, au Japon.

Des ouvriers travaillant dans des mines de charbon sous-marines en 1887 y logeaient. Depuis, l'île d'Hashima s'est rapidement transformée en une île de gratte-ciel en béton abritant plus de 5 000 personnes. En plus des bâtiments communautaires habituels, cette île-forteresse comprenait un clubhouse, une salle de cinéma, un bain communautaire, une piscine, des rooftops, des magasins et même un salon de pachinko (un jeu japonais).

La mine a fini par fermer en 1974, lorsque le Japon s'est désintéressé du charbon et que les emplois ont disparu avec les résidents. L'intérêt pour Hashima s'étant accru en raison de son histoire intéressante et de son architecture remarquable, les voyages sur l'île ont repris en 2009. L'île d'Hashima a également été présentée comme le repaire d'un méchant dans le film de James Bond "Skyfall".

Même si seule une petite partie de l'île est ouverte au public, elle offre un aperçu unique de l'industrialisation rapide du Japon et est inscrite au patrimoine mondial de l'UNESCO.

Le site d'Oradour-sur-Glane a un passé sinistre

Oradour-sur-Glane, France.  Education Images/ Getty

Oradour-sur-Glane était un petit village agricole français en zone occupée pendant la Seconde Guerre mondiale.

Le 10 juin 1944, il a été détruit par les nazis. Les soldats ont tué 642 personnes et ont laissé peu de survivants. Après la guerre, ce hameau est devenu le symbole des crimes allemands contre les civils et a été déclaré mémorial et musée.

Il reste préservé dans son état de ruine et chaque année, le 10 juin, une cérémonie de commémoration est organisée pour marquer l'anniversaire du massacre.

Bodie, en Californie, est devenue une ville fantôme

Bodie, Californie.  Education Images/ Getty

À la fin des années 1800, Bodie, aux États-Unis, était une ville minière remplie de gens qui essayaient de profiter du succès de la ruée vers l'or californienne. Pendant 17 ans, c'était un petit camp minier rempli de personnes très diverses. Les hivers rigoureux, les maladies et les accidents à la mine ont entraîné la mort de nombreux habitants — et le taux de criminalité élevé de Bodie lui a valu une réputation d'anarchie.

En 1882, la population a décliné à mesure que les compagnies minières faisaient faillite et que les habitants cherchaient de meilleures opportunités. Au cours des décennies suivantes, Bodie a été construite et détruite à nouveau par de multiples incendies. Mais, en 1940, elle était une ville fantôme.

En 1962, le système des parcs de l'État de Californie a racheté cette cité afin d'en faire un parc historique d'État.

Vorkuta, en Russie, était à l'époque une mine de charbon

L'intérieur d'un appartement à proximité de Vorkuta, en Russie Maria Passer/Anadolu Agency/Getty Images

Vorkuta, en Russie, était à l'origine un camp de travail du Goulag construit à l'époque de Staline. Plus tard, lorsque la production de charbon a augmenté, des Russes sont arrivés dans la région offrant des emplois bien rémunérés. Des villes et des villages ont rapidement vu le jour au fur et à mesure. Mais lorsque l'Union soviétique s'est effondrée en 1991, la majorité des mines ont fermé. Avec peu de perspectives d'emploi à proximité, les gens sont partis, laissant derrière eux des bâtiments déserts.

Depuis, plus d'un million de personnes ont quitté l'Arctique. Aujourd'hui, la ville de Vorkuta compte encore 50 000 habitants, mais les petites villes environnantes ont été abandonnées.

Quelques derniers résidents restent dans les appartements des villages. Ils ne peuvent pas vendre leurs maisons et beaucoup d'entre eux n'ont pas assez d'économies pour se reloger, ils attendent donc dans des températures négatives que le gouvernement leur vienne en aide.

Kayaköy, en Turquie, était prospère jusqu'à ce que ses résidents soient chassés par la guerre

Kayakoy en Turquie. Eric Ross/ YouTube

À Kayaköy, en Turquie, vivait autrefois une communauté animée comptant environ 2 000 résidents grecs. En 1923, la guerre gréco-turque a forcé les habitants à quitter leurs maisons, et ils ont fui vers la Grèce dans le cadre d'un échange de population avec la Turquie, selon Atlas Obscura.

On estime que 350 maisons et deux églises orthodoxes grecques restent abandonnées à Kayaköy. Elles sont vides et endommagées par les intempéries.

Version originale : Chris Urie, Frank Olito et Monica Humphries/Insider

À lire aussi — Ces destinations étrangères où pourront voyager les touristes français vaccinés cet été

Découvrir plus d'articles sur :