Le déficit du budget de l'Etat français s'est établi à 76,1 milliards d'euros en 2018, se dégradant de 8,4 milliards par rapport à 2017 sous l'effet du coût des baisses de prélèvements obligatoires mises en oeuvre l'an dernier, notamment la diminution de la taxe d'habitation et des cotisations salariales, selon les données publiées mardi par le ministère de l'Action et des Comptes publics.

Après une année 2017 marquée par un reflux à un plus bas depuis 2008, à 67,7 milliards d'euros, le déficit budgétaire est donc reparti en nette hausse, même s'il s'avère bien inférieur à la prévision de 85,7 milliards d'euros inscrite dans la loi de finances initiale pour 2018.

Il s'inscrit également bien en deçà de la prévision de 80,0 milliards d'euros inscrite dans la loi de finances rectificative de fin d'année, du fait "d'un rendement meilleur qu'espéré des recettes fiscales", tandis que l'objectif de dépenses fixé dans la loi de finances initiale a été "strictement tenu", est-il précisé dans le communiqué diffusé par Bercy.

"Ces évolutions (...) confortent la capacité du gouvernement à maintenir le déficit public nettement sous 3% du PIB en 2018, pour la deuxième année consécutive", selon le ministre de l'Action et des Comptes publics Gérald Darmanin, cité dans ce communiqué.

Le déficit public, dont le déficit de l'Etat est la principale composante, comprend aussi les soldes des comptes des administrations de sécurité sociale et des collectivités locales. Il sera connu fin mars.

Capture d'écran d'un graphique réalisé par Reuters. En rouge l'évolution pour la France, en grisé pour la zone euro.

Dans les faits, le déficit budgétaire 2018 aurait dû être encore supérieur au montant affiché. Il a en effet été faussé par la comptabilisation d'une recette de 1,5 milliard d'euros de droits de mutation à titre gratuit (taxes acquittées lors des successions et donations) qui a été encaissée mais pas comptabilisée en 2017.

Cette anomalie, liée à des problèmes survenus lors d'un changement de logiciel au sein de l'administration fiscale, avait été soulignée par la Cour des comptes en juin dans son rapport sur l'exécution du budget de l'Etat en 2017.

Le gouvernement avait revisé en baisse sa prévision de déficit à deux reprises à l'automne: le projet de loi de finances (PLF) pour 2019, présenté fin septembre, tablait sur un déficit budgétaire de 81,3 milliards d'euros au titre de 2018 et ce chiffre a été revu à 80,0 milliards d'euros dans la loi de finances rectificative de fin d'année.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Les chômeurs seront contrôlés et sanctionnés plus sévèrement que prévu — voici les principales mesures décidées par le gouvernement

VIDÉO : Business Insider France vous fait visiter le nouvel entrepôt XXL d'Ikea et de Leroy Merlin