France Télévisions va cesser de vendre des programmes à Netflix

Acteurs de la série Dix pour cent diffusée sur France 2. Facebook/Dix pour cent/Christophe Brachet

Delphine Ernotte, la présidente de France Télévision, ne veut plus vendre ses séries à Netflix. C'est ce qu'elle a annoncé dimanche 16 septembre 2018 dans une émission sur Europe1.

Elle déplore que pour revoir un programme, les téléspectateurs passent par la plateforme de vidéo à la demande Netflix qui devient la principale gagnante du circuit de distribution.  

"C'est un paradoxe et c'est le vrai sujet pour moi dans les années qui viennent", a-t-elle expliqué sur Europe 1. "Si on veut garder une fiction française et une fiction européenne fortes, il faut que les acteurs qui y concourent, les créateurs, les producteurs, les distributeurs que nous sommes en maîtrisent la distribution", a-t-elle justifié.

"Ça ne pourra pas rester comme ça, il faut absolument que les acteurs français gardent l'exclusivité de leur production et maîtrisent la vie des oeuvres", a-t-elle ajouté. 

Interrogée sur son intention de ne plus vendre à Netflix des séries produites par France Télévision, comme "Dix pour cent", Delphine Ernotte a répondu: "Absolument".

"Regardez ce que fait Disney aux États-Unis. Avant, ils avaient des accords avec Netflix. Ils viennent de les rompre car ils se rendent bien compte qu'ils vont disparaître derrière Netflix s'ils ne maîtrisent pas leurs produits", a encore dit Delphine Ernotte.

La patronne de France Télévision compte s'appuyer sur la future plateforme Salto pour diffuser les programmes qui ne seront plus sur Netflix. Fruit d'une alliance entre France TV, TF1 et M6, elle proposera des fictions, séries et documentaires de toute provenance, émissions, retransmissions sportives et journaux d'information.

Annoncé en juin dernier, Salto n'a pour l'instant aucune date de lancement. Ce qui est sûr, c'est que la plateforme aura besoin de contenus exclusifs de qualité pour espérer rivaliser avec Netflix qui affiche déjà 3,5 millions d'abonnés en France et un catalogue de 10.000 films et séries.

Certains connaisseurs du secteur craignent également que le retrait de Netflix des productions françaises ne nuise à leur diffusion internationale, qui aujourd'hui sont accessibles presque partout dans le monde grâce au leader de la vidéo à la demande.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Les programmes audiovisuels français s'exportent à des niveaux records — mais 'Baron Noir' menace la suprématie des dessins animés

VIDÉO: Pourquoi a-t-on du mal à tuer les cafards?