L'Agence européenne de sécurité aérienne (AESA) a émis une alerte concernant des risques de micro-fissures sur les plus anciens modèles de l'A380, l'avion de ligne civil très gros-porteur et long courrier d'Airbus, rapportent Les Echos. L'AESA aurait directement été alertée par le constructeur aéronautique européen. Au total, 25 avions livrés entre août 2004 et juin 2007 seraient concernés dont deux d'Air France, six de Lufthansa et neuf d'Emirates. La voilure de ces appareils, qui ne sont pas pour autant cloués au sol, fera ainsi l'objet d'une inspection aux ultrasons.

Dans son communiqué, l'AESA a précisé que ce problème pourrait "réduire l'intégralité structurelle des longerons des ailes", parties de l'avion où les micro-fissures ont été détectées sur certains appareils. "Sur la base des résultats des inspections, d'autres directives de navigabilité pourraient suivre pour des appareils additionnels en service", a précisé l'AESA. Contacté par Les Echos, Airbus a indiqué être en cours "d'investigation et d'analyse" et d'ajouter : "les directives [ndlr : de l'AESA] sont chose courante et démontrent que les procédures réglementaires fonctionnent bien".

A lire aussi — Airbus, la France et 6 autres pays européens ont enfin trouvé un accord définitif sur l'A400M

Ce n'est pas la première qu'Airbus rencontre ce type de problèmes sur l'A380, dont la production sera arrêtée fin 2020. En effet, en 2012, des micro-fissures avaient également été détectées sur les structures des ailes de l'A380. Les appareils n'avaient pas été interdits de vol, mais ce problème avait coûté cher à Airbus — plus de 100 millions d'euros — et avait surtout endommagé l'image de l'A380.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Airbus va lancer un nouvel avion baptisé A321XLR, capable de parcourir plus de 8000 km

VIDEO: Pourquoi les chats peuvent survivre à une chute de 32 étages sans blessures graves