Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Des astronomes ont découvert une étoile et une planète étonnamment similaires au Soleil et à la Terre


Une impression d'artiste de l'exoplanète K2-18b, son étoile hôte, et une planète qui l'accompagne dans le système. © ESA/Hubble, M. Kornmesser

Les scientifiques ont trouvé une exoplanète potentiellement habitable et son étoile qui ressemblent plus à la Terre et à notre Soleil que toute autre paire planète-étoile connue. La planète — qui est toujours considérée comme une planète candidate jusqu'à confirmation ultérieure — est à la bonne distance de son étoile pour permettre la présence d'eau liquide en surface. Cela signifie qu'elle pourrait potentiellement accueillir la vie. Le monde semblable à la Terre fait environ 1,9 fois la taille de notre planète. "C'est la combinaison de la taille de la planète et de son étoile hôte de type solaire qui la rend si spéciale et familière", a déclaré le Dr René Heller, l'auteur principal de la nouvelle étude, dans un communiqué de presse. Son équipe de l'Institut Max Planck pour la recherche sur le Système solaire a décrit la planète et l'étoile dans un article publié la semaine dernière dans la revue Astronomy & Astrophysics.

Pour l'instant, la planète candidate est connue sous le nom de KOI-456.04. Si son existence est confirmée par d'autres télescopes, l'exoplanète rejoindrait un groupe d'environ 4 000 planètes connues en dehors de notre Système solaire. D'autres recherches avaient déjà permis de découvrir que l'étoile autour de laquelle tourne cette planète candidate, appelée Kepler-160, est entourée de deux planètes. Mais la nouvelle étude en a révélé deux autres.

Illustration d'un alignement de planètes, montrant des planètes de la zone habitable ayant des similitudes avec la Terre : de gauche à droite, Kepler-22b, Kepler-69c, Kepler-452b, Kepler-62f et Kepler-186f. La dernière en ligne est la Terre.  NASA/Ames/JPL-Caltech

Ce qui rend une exoplanète habitable

Pour être considérées comme habitables, les planètes doivent orbiter autour d'une étoile stable à une distance qui maintient une température adaptée à l'eau liquide. La galaxie de la Voie lactée pourrait contenir jusqu'à 10 milliards de planètes semblables à la Terre, selon certaines estimations, mais seulement 4 000 environ ont été identifiées. La grande majorité des exoplanètes ne remplissent pas les conditions nécessaires à l'existence de la vie. La plupart des chercheurs des mondes potentiellement habitables ont trouvé des étoiles naines rouges en orbite, qui ne sont pas assez stables. Les étoiles naines rouges sont plus petites et plus faibles que le Soleil, et émettent des radiations infrarouges. Elles émettent aussi parfois des éruptions à haute énergie qui peuvent faire "frire" les planètes qui les entourent.

Parmi les exoplanètes connues qui orbitent autour d'une étoile semblable au Soleil, la plupart sont beaucoup plus grosses que la Terre, généralement de la taille de Neptune (quatre fois la taille de la Terre). Ces grandes planètes ont tendance à piéger trop d'hydrogène dans leur atmosphère, et ces géantes gazeuses ne peuvent pas supporter l'eau liquide.

Cette nouvelle planète candidate est prometteuse

Représentation d'une exoplanète géante gazeuse et de son étoile.  OEN/NASA

Cette nouvelle découverte intervient après que les astronomes ont réexaminé les données archivées du télescope spatial Kepler, que la NASA a mis hors service en octobre 2018. Le télescope a passé le flambeau de la chasse aux exoplanètes au télescope satellite TESS, qui a commencé ses observations en août 2018. Comme KOI-456.04 fait moins du double de la taille de la Terre, cela pourrait signifier que ses conditions atmosphériques sont similaires aux nôtres. De plus, l'étoile autour de laquelle la planète candidate orbite fait environ 1,1 fois la taille du Soleil, avec une température de surface de 5 200 degrés Celsius (seulement 300 degrés de moins que le Soleil). L'étoile émet également de la lumière visible, comme le fait notre Soleil.

Si l'atmosphère de KOI-456.04 est comme celle de la Terre — c'est-à-dire qu'elle a un léger effet de serre —, alors sa température moyenne à la surface serait d'environ 5 degrés Celsius, contre 15 degrés Celsius en moyenne sur Terre, selon l'Institut Max Planck.

Une illustration montre deux exoplanètes en orbite autour de la jeune étoile PDS 70 J. Olmsted (STScI)

Le système se trouve à un peu plus de 3 000 années-lumière de notre Système solaire.

Les futurs télescopes spatiaux pourraient permettre d'approfondir les études sur la planète candidate. La NASA, l'Agence spatiale européenne (ESA) et l'Agence spatiale canadienne prévoient de lancer le télescope spatial James Webb en 2021, tandis que le télescope spatial PLATO de l'ESA, dont le lancement est prévu en 2026, se concentrera sur la recherche de planètes semblables à la Terre tournant autour d'étoiles semblables au Soleil.

Version originale : Holly Secon/Business Insider

Découvrir plus d'articles sur :