Située à seulement 31 années-lumière, l'une des exoplanètes les plus proches jamais détectées pourrait abriter de l'eau liquide sur sa surface. TESS pour "Transiting Exoplanet Survey Satellite" — un télescope spatial super-puissant de la NASA qui scrute le ciel pour trouver des mondes extraterrestres — a repéré une nouvelle planète orbitant une étoile proche dans la constellation de l'Hydre. Quand les astronomes ont fait des analyses plus poussées concernant l'étoile, ils ont découvert deux autres planètes en orbite autour.

L'une des planètes, appelée GJ 357 d, pourrait abriter de l'eau liquide si elle possède une atmosphère assez épaisse et si elle est rocheuse. Elle fait partie des 45 exoplanètes les plus proches confirmées à ce jour, sur un total de 4 025 planètes recensées jusqu'ici en dehors de notre Système solaire. Ce système de planètes est le troisième système le plus proche identifié par la méthode du "transit", selon laquelle les télescopes observent les petits creux dans la luminosité d'une étoile qui pourraient être causés par une planète passant devant elle. Le télescope Kepler a été le pionnier de cette technique, qui a été ensuite perfectionnée par le télescope TESS.

Des astronomes ont découvert une planète potentiellement habitable grâce au télescope TESS de la NASA

Une image réalisée par TESS lors de sa première récolte de données. TESS/NASA

Une planète où l'on pourrait trouver de l'eau liquide

La planète prometteuse se trouve dans la "zone habitable" de son étoile, à une distance où une planète rocheuse pourrait avoir la bonne température de surface pour que l'eau liquide puisse exister. "GJ 357 d est situé à l'intérieur du bord extérieur de la zone habitable de son étoile, où il reçoit à peu près la même quantité d'énergie stellaire de son étoile que Mars reçoit du Soleil", a déclaré Diana Kossakowski, membre de l'équipe qui a découvert la planète, dans un communiqué.

"Si la planète a une atmosphère dense — il faudra de nouvelles analyses pour le déterminer —, celle-ci pourrait piéger suffisamment de chaleur pour réchauffer la planète et permettre à l'eau liquide de s'écouler à sa surface", a dit Diana Kossakowski. Et d'ajouter : "si la planète n'a pas d'atmosphère, sa surface serait d'environ -17 degrés Celsius, bien en-dessous de la température de congélation de l'eau."

La masse de GJ 357 d est équivalente à au moins 6,1 fois celle de la Terre, et la planète gravite autour de sa minuscule étoile tous les 55,7 jours. Les scientifiques ne peuvent pas dire grand-chose d'autre à son sujet, sans une étude plus approfondie.

TESS n'est qu'à la moitié de sa mission

Schéma de disposition du Système stellaire GJ 357. La planète d'orbite à l'intérieur de la zone habitable de l'étoile, la région où l'eau liquide peut exister à la surface d'une planète rocheuse. NASA's Goddard Space Flight Center/Chris Smith

TESS, le télescope chercheur de nouvelles planètes le plus puissant de l'histoire de la NASA, observe des milliers d'étoiles en transit. Le télescope observe une partie du ciel pendant 27 jours de suite, avant de passer à un nouvel endroit. Il divise chaque moitié du ciel (la moitié Nord et la moitié Sud) en 13 plaques, comme le montre le graphique de la NASA ci-dessous. L'engin spatial a terminé la moitié Sud de son voyage ce mois-ci et s'est tourné vers le Nord. À la fin de sa mission, l'an prochain, à la même époque, TESS aura observé plus de 85% du ciel.

Jusqu'à présent, le télescope a trouvé plus de 850 nouvelles planètes potentielles. L'étape suivante consiste pour les télescopes terrestres à examiner les étoiles autour desquelles ces planètes pourraient orbiter et détecter si elles exercent effectivement une attraction gravitationnelle.

C'est ce processus qui a permis aux chercheurs de trouver la planète GJ 357 d. Alors qu'ils effectuaient ce travail de confirmation pour la première planète repérée par TESS, ils ont remarqué des tractions gravitationnelles de deux autres. TESS n'a pas pu repérer ces deux planètes parce que leurs orbites ne passent pas entre leur étoile et le télescope.

Jusqu'à présent, seules 24 des exoplanètes repérées par TESS ont été confirmées. Plus tôt cette semaine, des astronomes ont confirmé la présence de trois exoplanètes, dont une "super-Terre", bien qu'aucune ne soit considérée comme ayant de l'eau liquide.

Les scientifiques s'attendent à ce que le télescope identifie des milliers d'exoplanètes potentielles avant la fin de la mission. Certaines d'entre elles pourraient être habitables, y compris GJ 357 d.

"L'équipe se concentre actuellement sur la recherche des meilleurs candidats à confirmer par un suivi au sol", a déclaré Natalia Guerrero, qui dirige l'équipe du MIT qui identifie les exoplanètes potentielles, dans un communiqué de presse de la NASA diffusé la semaine dernière. "Mais il y a encore beaucoup d'autres exoplanètes potentielles dans les données à analyser, nous ne voyons que la partie émergée de l'iceberg ici."

Version originale : Morgan McFall-Johnsen/Business Insider

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : On connaît plus précisément l'âge de la Lune