Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Des autotests Covid-19 devraient être disponibles en vente libre dès cette semaine

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Des autotests Covid-19 devraient être disponibles en vente libre dès cette semaine
Des autotests Covid-19 devraient être mis en vente libre en France dans les jours qui viennent. © Getty Images/picture alliance

Jérôme Salomon, directeur général de la Santé, l'a affirmé dimanche 14 mars sur BFM TV : des autotests, pour vérifier chez soi si l'on est positif au Covid-19, seraient mis en vente "dès cette semaine". "Ce sera facile d'accès. Le principe de l'autotest, c'est justement que l'on puisse l'avoir en famille", précisait-il. Contactée par Business Insider France lundi matin, la Direction Générale de la Santé (DGS) a précisé que pour le moment ils attendaient l'avis de la Haute Autorité de Santé (HAS) pour confirmer cette mise en vente, mais que "tout devrait se débloquer dans la semaine".

Des autotests devaient donc être en vente libre dans les jours qui viennent en France. Mais où pourra-t-on les acheter ? "Probablement en officines dans un premier temps", c'est-à-dire en pharmacie, nous a confirmé la DGS ce matin, mais encore une fois sous réserve de l'avis de l'HAS. De son côté, Jérôme Salomon affirmait hier que "ce sera en supermarchés ou en officines en tout cas, si c'est plus facile, ça va être très facile à organiser". Outre la date de mise en vente et les lieux dans lesquels on pourra acheter ces autotests, reste également à savoir quelle sera la conduite à tenir en cas de résultat positif. La Haute Autorité de Santé doit également donner ses recommandations sur ce point pour notamment intégrer les autotests dans sa politique "Tester-alerter-protéger".

À lire aussi — L'UE autorise le vaccin contre le Covid-19 en une seule dose de Johnson & Johnson

Dernier problème potentiel soulevé, être sûr de la qualité de ces tests pour ne pas avoir de résultats faussés. "La vraie question pour moi, c'est l'évaluation scientifique. On ne peut pas autoriser des tests qui donneraient de faux négatifs, ou des faux positifs", expliquait Jérôme Salomon dimanche. "Il faut donc la certitude que ces tests sont fiables puis que les Français puissent avoir une confirmation du test."

Aldi et Lidl en rupture de stocks rapidement en Allemagne

En Allemagne, des tests antigéniques ont été mis en vente le samedi 6 mars dernier dans des supermarchés Aldi, mais aussi sur le site internet de l'enseigne de grande distribution Lidl. Les Allemands se sont rués dans les magasins et sur internet, et les stocks des deux distributeurs ont été épuisés en quelques heures à peine. Aldi proposait un lot de cinq tests antigéniques au prix de 24,99 euros, avec un résultat après prélèvement nasal en 15 minutes. De son côté, Lidl proposait le même type de produit, par paquet de cinq également, au prix de 21,99 euros.

Cette mise en vente avait fait polémique, certains se demandant pourquoi les supermarchés semblaient mieux préparés que les autorités locales. Depuis le 8 mars, chaque habitant d'Outre-Rhin a droit à un test antigénique gratuit par semaine, à réaliser par contre par des professionnels, soit en pharmacie, soit en centre agréé.

Les présidents de Leclerc et Système U s'interrogent

En France, si rien n'est encore décidé, certains acteurs de la grande distribution espèrent pouvoir mettre en vente dans leurs rayons des autotests, ou tests antigéniques, rapidement. Michel-Édouard Leclerc, président de l'enseigne éponyme, affirmait dimanche 14 mars dans un tweet que "le réseau E.Leclerc confirme être volontaire pour diffuser les tests antigéniques Covid-19, comme Aldi, Lidl et bientôt Rewe en Allemagne". Il précisait être "à disposition des pouvoirs publics...".

Même son de cloche du côté de Dominique Schelcher, président du groupe Système U. Interrogé mercredi 10 mars dernier sur BFM, il confirmait qu'il se posait "la question simplement aujourd'hui si cela va arriver en France pour éventuellement se préparer à ça, pour qu'il n'y ait pas de problèmes éventuels d'approvisionnement si les autorités décident de rendre cela disponible à la vente publique." Si pour le moment, la DGS semble plutôt privilégier la piste de la mise en vente en pharmacies, dans l'attente de la décision de la Haute Autorité de Santé, toutes les options sont encore sur la table.

À lire aussi — Livraisons, coiffure à domicile, dons... Ces 10 startup nous facilitent la vie à l'heure du Covid-19

Découvrir plus d'articles sur :