Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Des chefs d'entreprises licencient des employés qui ont pris d'assaut le Capitole

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Des chefs d'entreprises licencient des employés qui ont pris d'assaut le Capitole
Émeutes au Capitole américain. © Michael Nigro/Pacific Press:LightRocket/Getty

Des dirigeants d'entreprises américaines ont déclaré avoir licencié des employés qui avaient pris d'assaut le Capitole américain mercredi 6 janvier, après avoir vu des photos et des vidéos d'eux sur les réseaux sociaux. La foule pro-Trump a pénétré de force dans le bâtiment du Capitole lors d'une session conjointe du Congrès qui devait confirmer la victoire du président élu Joe Biden à l'élection présidentielle.

Des chefs d'entreprise se sont exprimés sur la violence à Washington, la qualifiant de "triste et honteuse". Et certains, qui ont vu leurs employés participer aux émeutes sur les réseaux sociaux, ont pris les choses en main : Goosehead Insurance a annoncé jeudi que Paul Davis, un avocat général associé, ne travaillait plus pour la compagnie basée au Texas. Paul Davis, portant une casquette rouge avec les mots "make America great again", avait posté sur Instagram qu'il manifestait pacifiquement à Washington et avait ensuite été gazé.

A lire aussi — Le récit de la folle journée qui a conduit les partisans de Donald Trump à envahir le Congrés

Dans un courriel adressé au personnel jeudi, vu par le Wall Street Journal, le PDG de Goosehead, Mark Jones, a déclaré que l'entreprise était "surprise et consternée d'apprendre que l'un de [ses] employés, à [son] insu et sans [son] soutien, avait participé hier à une violente manifestation dans la capitale de notre pays". Un porte-parole de Goosehead a déclaré au quotidien que l'entreprise avait engagé Paul Davis au milieu de l'année 2020.

Libby Andrews, une agente immobilière de Chicago, a posté sur Facebook des photos d'elle dans la foule pro-Trump, puis buvant un verre de champagne avec la légende : "Après avoir pris d'assaut le Capitole, il faut une bonne coupe de champagne !". Elle a ensuite été licenciée par son employeur, @properties, selon un message sur Facebook jeudi. "@properties met fin à l'emploi de cet agent, qui a reconnu sur les réseaux sociaux qu'elle avait participé à 'l'assaut du Capitole'. @properties ne tolère pas la violence, la destruction ou les activités illégales", a déclaré l'agence immobilière sur Facebook.

Dans une interview à Reuters, Libby Andrews a déclaré : "Je suis une femme de 56 ans, petite. Je n'étais pas là pour causer des problèmes. J'étais là pour soutenir mon président". La mère de trois enfants a déclaré qu'elle avait gravi les marches du Capitole sans bousculer les policiers, qu'elle avait posté des selfies sur Instagram, qu'elle avait chanté l'hymne national, puis qu'elle était passée à autre chose.

D'autres partisans de Trump qui ont été pris en flagrant délit ont décidé de remettre leur démission. Dont l'ancien Représentant républicain Rick Saccone, qui a travaillé comme professeur au Saint Vincent College de Pennsylvanie. "À la suite d'une enquête, l'individu a présenté sa démission et nous avons l'avons acceptée, avec effet immédiat, a déclaré le président de l'établissement. Cet individu ne sera plus associé au Saint Vincent College, à quelque titre que ce soit".

Dans un post sur Facebook, qui a depuis été supprimé, Rick Saccone avait écrit : "Nous prenons d'assaut le Capitole. Notre avant-garde a franchi les barricades. Nous allons sauver la nation. Etes-vous avec moi ?"

A lire aussi — Facebook a censuré les discussions de ses employés sur l'opportunité de bannir Donald Trump du réseau alors qu'il incitait à l'insurrection

Une société de marketing du Maryland a également déclaré avoir licencié un employé après avoir vu des photos de lui portant son badge de travail à l'intérieur du Capitole américain mercredi. Navistar Direct Marketing a déclaré que l'employé, qui n'a pas été nommé, a été "licencié pour faute" après que la société a vu des photos de lui portant une casquette et un sweat à capuche Trump, avec un drapeau qui disait "Trump est mon président", autour du bâtiment du Capitole.

Bradley F Rukstales, PDG de Cogensia, dans l'Illinois, a été arrêté et accusé d'entrée illégale dans le bâtiment du Capitole américain pendant le siège. Cogensia, une société de données marketing de l'Illinois, a placé Bradley F Rukstales en congé, a déclaré la société dans un tweet.

Le FBI a demandé l'aide du public pour identifier les insurgés qui ont participé à la violente émeute du Capitole. Les émeutiers retrouvés pourraient être accusés de crimes fédéraux.

Cinq personnes sont mortes dans les émeutes, dont un officier de police du Capitole qui a été blessé alors qu'il résistait à la foule pro-Trump. Les législateurs ont été contraints de quitter le Sénat car les policiers étaient débordés, mais quelques heures plus tard, ils ont repris le contrôle du bâtiment, et la victoire de Biden a été certifiée jeudi.

Version originale : Kate Duffy/Business Insider

A lire aussi — Donald Trump est plus désespéré que jamais et les Américains devraient être 'à la fois enragés et terrifiés', selon sa nièce

Découvrir plus d'articles sur :