graphene

Mélange d'oxyde de graphène avec de l'eau et un film transparent conducteur. Centre de recherche Paul Pascal/CNRS

Des chercheurs du CNRS ont découvert qu'un matériau appelé graphène — dont l'empilement forme le graphite, l'un des composants des mines de crayon — était ultra flexible.

Ce matériau ondule comme un liquide, en plus d'être 100 fois plus résistant que l'acier. Il est aussi le meilleur conducteur connu à ce jour.

Cette combinaison de propriétés est prometteuse pour les secteurs de l'électronique, du photovoltaïque et de la santé.

Cette découverte scientifique majeure est presque due au hasard.

"Au départ, notre but était de mieux comprendre la viscosité de solutions de graphène. Pour cela, on voulait voir comment les feuillets de graphène se positionnaient dans un liquide comme l'eau par exemple", explique à Business Insider France Philippe Poulin, directeur de recherche CNRS au Centre de recherche Paul Pascal. "Leur orientation et l'écoulement de la solution sont en effet intimement liées."

Cette manipulation est simple. Et les résultats obtenus était ceux attendus par l'équipe du CNRS.

Mais les chercheurs remarquent "un signal bizarre", qu'ils cherchent à "comprendre pour écarter toute erreur". 

Ce signal bizarre, c'est en fait une valeur — censée rester constante selon leurs calculs — qui varie, et pas qu'un peu... Ces variations sont une conséquence des ondulations des feuillets de graphène.

graphène

En haut, les ondulations de feuillets de graphène au repos, puis l'aplatissement de ces dernières quand les feuillets se retrouvent dans un liquide qui coule. Centre de recherche Paul Pascal/CNRS

"On ne s'attendait pas à ça. On croyait que la graphène serait 100 fois plus rigide. On ne pensait même pas pouvoir mesurer la flexibilité d'un plan d'atomes en faisant ces tests", raconte Philippe Poulin.

Les scientifiques creusent cette piste et arrivent à la conclusion que le graphène est ultra flexible, tout en étant ultra résistant. Une avancée majeure, qui va sûrement leur permettre de "soumettre de nouveaux projets de recherche pour approfondir le sujet".

Car l'une des difficultés de la recherche, c'est bien sûr les financements, indique Philippe Poulin :

"Il existe une telle concurrence dans la recherche, tant de difficultés à avoir des financements. On n'aurait jamais pensé demander des financements pour mesurer la flexibilité du graphène par une telle approche, car c'est une recherche qui aurait été considérée comme beaucoup trop risquée, contrairement à la manipulation initiale qui consistait simplement à mesurer les orientations du graphène."

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Ces 15 pays investissent le plus dans leur R&D

VIDEO: Finir de se doucher à l'eau froide est très bon pour la santé — voici pourquoi