Actuellement, 196 pays ont pour objectif, sur le long terme, de limiter l'augmentation des températures moyennes mondiales à moins de 1,5 degré Celsius, selon l'Accord de Paris sur le climat. Un nombre d'études alarmantes suggèrent que les conséquences pour les écosystèmes à travers le monde seraient dévastatrices et que le temps est compté pour limiter l'impact du changement climatique. 

Alors que la pression sur les gouvernements s'est intensifiée ces dernières années, certains politiques, comme le président américain Donald Trump, semblent incapables de percevoir que le changement climatique se produit maintenant alors que d'autres sont bien trop lents à réagir. Aujourd'hui, le rythme auquel les émissions en dioxyde de carbone se réduisent n'est guère prometteur. 

Le Mercator Research Institute on Global Commons and Climate Change a estimé qu'il ne restait que huit ans et demi avant que nous franchissions le seuil des 1,5 degré Celsius d'augmentation des températures moyennes mondiales. Le dioxyde de carbone est au centre de l'attention lorsque nous pensons à la lutte contre le changement climatique, car il est souvent considéré comme le principal responsable de l'accélération de la hausse des températures.

Au lieu de continuer de se focaliser sur la réduction des niveaux de dioxyde de carbone, Rob Jackson de l'université de Stanford et son équipe de recherche travaillent sur une nouvelle manière de réduire l'effet de serre — et cela implique la production de davantage de dioxyde de carbone.

Des chercheurs veulent limiter le changement climatique en rejetant plus de CO2 dans l’atmosphère

Greta Thunberg. Getty Images

Le méthane est le deuxième gaz mis en cause dans le changement climatique après le dioxyde carbone. Le gaz est rejeté principalement par le secteur agricole, le bétail et des sites d'enfouissement, ainsi que par l'extraction et le transport des combustibles fossiles.

Alors que le niveau de méthane dans l'atmosphère est bien moins élevé que celui du dioxyde de carbone, le méthane est 82 fois plus dangereux pour le climat que le dioxyde de carbone au cours des vingt années suivant son rejet. 

Ainsi, la transformation de méthane en dioxyde de carbone pourrait, au moins temporairement, désamorcer la crise climatique. "Je suis enthousiasmé par ce projet parce que nous avons l'occasion de rendre l'atmosphère telle qu'elle était et de donner aux gens une raison d'espérer en l'avenir", a déclaré Rob Jackson dans une vidéo sur YouTube. 

Dans Nature Sustainability, Rob Jackson explique qu'en théorie, une sorte de grand ventilateur complexe pourrait être utilisé pour filtrer le méthane présent dans l'atmosphère. Ce méthane serait ensuite converti en dioxyde de carbone à l'aide d'un processus chimique nécessitant de la chaleur et des zéolithes microporeuses.

L'idée de Jackson, pour l'instant, est très théorique, mais une fois mise en pratique, la méthode pourrait apporter d'énormes améliorations en termes de changement climatique. Il est possible que la teneur en méthane de l'air soit réduite à des niveaux préindustriels, et seulement huit milliards de tonnes de dioxyde de carbone seraient libérées — n'oubliez pas que si cela semble beaucoup, les humains peuvent produire cette quantité en à peine quelques mois, et que le dioxyde de carbone libéré serait beaucoup moins nocif pour le climat.

"La conversion du méthane serait probablement plus coûteuse par tonne que des émissions négatives pour le dioxyde de carbone et son coût et sa rentabilité potentiels demeurent incertains, mais cela pourrait avoir une valeur économique et climatique supérieure parce que le méthane est un gaz à effet de serre qui a une grande importance", ont dit les chercheurs.

Version originale : Alexandra Hilpert/ Business Insider Deutschland

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Il existe une équation à résoudre qui vaut 1 M$ et dont la résolution peut aider les recherches sur le changement climatique