Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Des chiens renifleurs détectent les cas de Covid-19 avec succès à l'aéroport d'Helsinki

Des chiens renifleurs détectent les cas de Covid-19 avec succès à l'aéroport d'Helsinki
Les chiens seraient capables de détecter la souche du SARS-CoV-2 avec un taux de précision proche de 100%. Ci-dessus, un berger allemand. © Vladan Rajkovic/Pixabay

Alors que la question des tests ne cesse de provoquer des remous dans l'Hexagone, la Finlande expérimente depuis mercredi 23 septembre une possible alternative aux cotons-tiges : les chiens renifleurs. Comme pour repérer des traces de drogue ou d'explosifs, ces animaux sont désormais utilisés à l'aéroport d'Helsinki pour détecter de potentiels cas de Covid-19. Et la méthode serait, à en croire ses superviseurs, très prometteuse. Les chiens seraient capables de détecter la souche du SARS-CoV-2 en moins de dix secondes et ce avec un taux de précision proche de 100%, selon l'Université d'Helsinki, en charge de l'étude.

Le processus apparaît pour le moins simple : avant de sortir de l'aéroport, les passagers sont invités à s'essuyer le cou avec une lingette. Celle-ci est ensuite placée à côté des boîtes contenant d'autres odeurs, puis reniflée par l'un des quatre chiens dressés pour l'expérience. Si l'animal pense avoir détecté le virus, il jappe ou se couche et la personne est alors soumise à un test PCR pour confirmation. Selon les chercheurs, l'acuité de leur odorat est telle que des résultats positifs auraient été obtenus plusieurs jours avant l'apparition des symptômes. À Helsinki, ils ont également été capables d'identifier des échantillons d'urines provenant de patients déjà testé positifs par d'autres moyens.

"Cette expérience a dépassé nos attentes", indique Anne Hielm-Bjoörkman, qui supervise l'étude, au site finlandais Yle. "Nous avons été contactés par des médecins et d'autres chercheurs, mais aussi par des ambassades, des agences douanières et de dresseurs de chiens de police." La Finlande est le premier pays européen à lancer cette expérience ; un programme similaire a été initié à l'aéroport de Dubaï au mois d'août.

A lire aussi — Moderna, Pfizer, Sanofi... Le point sur les vaccins contre le Covid-19 les plus prometteurs

Des chiens avaient déjà réussi à déceler des cancers et d'autres maladies, mais leur facilité à identifier des souches de coronavirus a surpris les chercheurs. Selon une étude française publiée en juin, la réponse se trouverait dans la différence d'odeur de la sueur sécrétée par une personne positive au Covid-19, en comparaison avec une personne saine. En outre, les chiens n'auraient besoin que d'une infime quantité de molécules — entre 10 et 100 — pour livrer leur verdict quand les équipements de laboratoires en nécessitent 18 millions.

Contrairement aux chats et à d'autres mammifères, les chiens semblent relativement épargnés par le Covid-19. D'après Anne Hielm-Bjoörkman, citée par la presse finlandaise, ils n'auraient pas les récepteurs nécessaires pour que le virus s'ancre dans leur organisme.

L'étude pilote, financée par l'Etat finlandais à hauteur de 300 000 euros, devrait durer quatre mois. Il faudra donc patienter pour savoir si les premiers résultats se confirment. Des expérimentations ont aussi été lancées dans une dizaine de pays, dont la France, le Royaume-Uni, l'Allemagne ou l'Australie.

À lire aussi — Un médicament du groupe japonais Fujifilm réduirait le temps de guérison du Covid-19

Découvrir plus d'articles sur :