Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Des écologistes manifestent contre le projet d'Elon Musk de défricher 300 hectares de forêt pour son usine Tesla en Allemagne

Des écologistes manifestent contre le projet d'Elon Musk de défricher 300 hectares de forêt pour son usine Tesla en Allemagne
© Reuters

En novembre dernier, Tesla a annoncé l'emplacement de sa quatrième Gigafactory. Elle se situera au sein d'un village de moins de 9 000 âmes, Grunheide, situé 37 km à l'est de Berlin. Celle-ci produira jusqu'à 500 000 voitures par an et emploiera jusqu'à 12 000 personnes. Pour bâtir son usine, le constructeur automobile devrait défricher 300 hectares de forêt. À lui seul, le terrain coûterait 40,7 millions d'euros, selon Reuters. Mais la future usine attire déjà de multiples investissement dans le village. D'après Bloomberg, certains promoteurs ont contacté les autorités locales avec des plans pour des immeubles d'appartements de 22 étages et d'importants centres commerciaux.

Mais les riverains ne l'entendent pas de la même oreille. Ce samedi 18 janvier, un groupe de quelque 250 manifestants s'est réuni à Grunheide pour exprimer clairement son opposition aux plans d'Elon Musk. "Nous sommes ici pour faire du bruit, parce que Tesla est en train de voler notre eau", scandaient les manifestants, selon Reuters. Les protestations ont été déclenchées suite à l'enquête d'une association de protection de l'eau représentant le Brandenberg, un État allemand de 2,5 millions d'habitants. Selon l'enquête, Tesla aurait besoin de plus de 300 mètres cubes d'eau par heure — ce qui épuiserait les réserves locales.

D'autres craignent que l'usine contamine l'eau potable locale, a rapporté Deutsche Welle. Ce qui a inspiré des panneaux tels que : "Pas d'usine dans la forêt" et "Tesla ou l'eau potable".

Tesla n'a pas répondu aux sollicitations de Business Insider US.

Espace forestier et faune protégée : la situation géographique du lieu pose problème

"Je ne suis pas contre Tesla", a pour sa part déclaré à Reuters la militante écologiste Anne Bach. "Mais c'est le site : il se trouve dans une zone forestière qui est une zone de faune protégée. Est-ce nécessaire ?"

Mais les critiques des Allemands concernant l'usine n'ont pas commencé le 18 janvier. Les "conversationnistes" ont étudié les risques potentiels de l'usine depuis l'annonce du site en novembre dernier. Friedhelm Schmitz-Jersch, le président de l'Association pour la protection de la nature (NABU) dans le Brandebourg, s'était au préalable entretenu avec Business Insider Deutschland, expliquant que l'usine pourrait menacer une espèce de chauve-souris. "Nous devons commencer à déterminer quelles espèces doivent être prises en compte ", avait-t-il déclaré.

À lire aussi —Les 17 pays qui ont fait le plus pour limiter le réchauffement climatique depuis 2017

Reuters

Une contre-manifestation a également été organisée — bien que beaucoup plus petite. Environ 30 personnes ont tenu des banderoles avec des messages tels que : "Construisez au lieu de frustrer" et "Elon, je veux une voiture de vous", a rapporté Deutsche Welle.

71% des Allemands se disent concernés par le changement climatique

Les Allemands, dans l'ensemble, sont plus inquiets que les Américains au sujet de l'environnement. Un sondage du Pew Research Center, datant de 2018, a révélé que 71 % des Allemands estiment que le changement climatique est une "menace majeure" pour leur pays, contre 59 % des Américains et 68 % de la moyenne des habitants de la planète.

Et les forêts sont un point d'ignition particulier pour les environnementalistes allemands. Un tiers de l'Allemagne est couvert de forêts — avec près de 90 milliards d'arbres. Et le pays investit sérieusement dans la lutte contre une recrudescence de sécheresses, de tempêtes et d'incendies qui menace ces forêts. "Dans un système écologique comme celui d'ici et avec en toile de fond le changement climatique, je ne comprends pas pourquoi un autre site n'a pas été choisi dès le départ", a déclaré à Reuters Frank Gersdorf, dont le groupe "Initiative citoyenne Gruenheide contre la Gigafactory" a organisé la manifestation.

Version originale : Rachel Premack / Business Insider US. Traduit de l'anglais par Mégan Bourdon

Business Insider
Découvrir plus d'articles sur :