Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Des employés de Facebook démissionnent ou demandent à changer de service pour des raisons éthiques

Des employés de Facebook démissionnent ou demandent à changer de service pour des raisons éthiques
© Toby Melville/Reuters
  • Des ingénieurs de Facebook démissionnent et demandent à rejoindre Instagram ou WhatsApp, d'après un récent article du New York Times.
  • Ce mécontentement de la part des employés de Facebook serait lié au récent scandale de Cambridge Analytica, dans lequel la firme d'analyse de données aurait utilisé les informations d'environ 87 millions de profils d'utilisateurs pour influer les électeurs durant la présidentielle américaine de 2016.
  • Beaucoup estiment que Facebook aurait dû et devrait faire plus pour gérer les données de ses utilisateurs de manière responsable et sont frustrés du fait que le PDG, Mark Zuckerberg, soit resté silencieux des jours après que l'affaire a fait surface.
  • Zuckerberg se prépare à témoigner devant le Congrès concernant le rôle de Facebook dans le scandale, ce mardi 10 avril.

Des ingénieurs mécontents de Facebook auraient demandé à changer de service pour travailler à Instagram ou Whatsapp, plutôt que de continuer à travailler sur la plateforme impliquée dans le scandale de Cambridge Analytica, d'après un récent article du New York Times.

En mars dernier, Christopher Wylie, le fondateur du cabinet d'analyses de données Cambridge Analytica a révélé que ce dernier avait utilisé les données de plus de 50 millions de profils Facebook pour influencer les électeurs, après avoir été recruté par l'équipe de campagne de Trump, peu avant l'élection de 2016. Facebook était au courant que Cambridge Analytica détenait ces informations, et a demandé à la société de les supprimer avant de changer ses règles publicitaires en 2015, mais n'a jamais rien fait pour s'assurer que cela avait été fait.

Certains estiment que Facebook aurait dû faire plus pour gérer ces données de manière responsable, et les événements qui ont suivi ont contribué à ternir l'image de Facebook, jusqu'au sein-même des employés de la plateforme.

Depuis que cette affaire a été révélée, le PDG, Mark Zuckerberg et la COO, Sheryl Sandberg, ont pris la parole dans les médias à quelques reprises, mais ce n'est que plusieurs jours après que la société s'est exprimé sur le scandale, qui aurait, selon les dernières estimations, touché 87 millions d'utilisateurs. Depuis, un memo a fuité dans lequel un vice-président de Facebook révèle une mentalité de "croissance à tout prix", qui rend Facebook responsable de la position dans laquelle il s'est placé lui-même.

Comme il est évident que le cœur de produit de Facebook est à blâmer, les ingénieurs travaillant dessus auraient trouvé de plus en plus difficile le fait de continuer à le concevoir.

Un ancien designer de produit de Facebook, Westin Lohne, a expliqué ce dilemme dans un tweet.

Lohne n'a pas choisi de rejoindre Instagram et WhatsApp et est actuellement au chômage, comme en témoigne le fil de ses tweets.

Zuckerberg va être auditionné par le Congrès américain ce mardi 10 avril, devant les législateurs pour évoquer le rôle de la société dans le scandale de Cambridge Analytica. L'issue de ce témoignage pourrait avoir un impact sur la décision des employés à rester à bord du navire ou non.

De son côté, Zuckerberg lui-même ne planifie pas de partir où que ce soit, comme il l'a récemment dit dans une interview accordée à Robinson Meyer de The Atlantic, alors qu'on lui demandait s'il comptait démissionner ou non. "Ce que je veux dire, c'est que ça a commencé dans une chambre universitaire, et maintenant, c'est une communauté dont l'envergure est sans précédent. Et je suis vraiment confiant quant au fait que nous serons capable d'aller au devant de ces problèmes", a déclaré Zuckerberg.

Version originale: Prachi Bhardwaj/Business Insider

Découvrir plus d'articles sur :