Des employés de Grindr auraient pu consulter les données personnelles des utilisateurs

Unsplash

Huit anciens employés de Grindr ont déclaré à Reuters que les données des utilisateurs de l'application de rencontres gays avaient été accessibles aux développeurs basés à Pékin, et ce pendant plusieurs mois. L'application avait été rachetée en 2016 par Kunlun Tech, une entreprise chinoise. Suspectée d'avoir donné l'accès aux données des utilisateurs américains à ses ingénieurs chinois, Kunlun Tech va finalement revendre l'application d'ici 2020. Le comité sur les investissements étrangers aux États-Unis (CFIUS) avait tiré la sonnette d'alarme fin mars et demandé la revente de l'application, estimant qu'il est ici question de sécurité nationale. L'affaire est traitée avec la plus grande attention par l'Etat américain, notamment car ces données pourraient concerner des messages privés et le statut VIH des utilisateurs, Reuters précise de ne pas avoir trouvé de preuve qu'un mauvais usage a été fait des données.

Ce n'est pas la première fois que la Chine doit faire face à un tel désaccord concernant le rachat d'une entreprise étrangère. Les États-Unis avaient ainsi bloqué le rachat de MoneyGram, une application de transfert d'argent, comme le rappelle Numerama. La Chine est l'un des pays réglementés par ce que l'on appelle les "data localisation laws" (littéralement les lois sur la localisation des données), explique Slate. Elles obligent les entreprises chinoises à localiser leurs données sur le territoire national et qui donnent au gouvernement la possibilité de consulter les data centers.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : L'appli de rencontres Grindr a laissé des entreprises avoir accès au statut VIH de ses membres — mais nie une faille ressemblante à celle de Facebook

J'ai quitté les réseaux sociaux pendant un mois — et c'est la meilleure décision que j'ai pu prendre