Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Des employés de Pixar sont frustrés de voir leurs films aller directement sur Disney+

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Des employés de Pixar sont frustrés de voir leurs films aller directement sur Disney+
Des sources ont déclaré à Insider que la frustration montait chez Pixar, car des films comme "Soul" et "Luca" ne sortent pas en salle et finissent directement sur Disney+. © Pixar ; Marianne Ayala/Insider

Le Steve Jobs Theater sur le campus de Pixar Animation Studios à Emeryville, en Californie, est l'une des salles de cinéma les plus spéciales. Assis dans l'un des confortables sièges en velours rouge et jetant un coup d'œil aux lumières scintillantes du plafond qui se transforment en étoile filante lorsque les lumières de la salle s'éteignent, il est difficile de ne pas avoir le sourire aux lèvres avant de regarder la dernière création attendue du célèbre studio d'animation.

À moins de deux mois de la sortie de "Luca", la dernière production Pixar, qui met en scène deux garçons qui sont en réalité des monstres marins, le cinéma qui porte le nom du légendaire président du studio devrait être très utilisé. Enrico Casarosa, le réalisateur de "Luca", et le groupe d'experts de la société — composé de Pete Docter, directeur de la création, de Jim Morris, président, et d'autres cadres supérieurs — devraient y être constamment en train de regarder les derniers montages du film, alors qu'ils s'apprêtent à donner leur accord pour valider la sortie du long-métrage.

À lire aussi — Disney repousse encore 'Black Widow' et sortira le prochain Pixar directement sur Disney+

Mais rien de tout cela ne se produit en ce moment. La pandémie a vidé le campus habituellement si animé de Pixar. En fait, personne aux États-Unis n'a vu un nouveau film Pixar dans une salle depuis plus d'un an. Pendant des mois, les cinémas sont resté fermées, ce qui a conduit à une réalité auparavant impensable : les nouvelles sorties sont disponibles instantanément sur les services de streaming.

Toutefois, des signes de retour à la normale se profilent à l'horizon. Une véritable saison estivale de blockbusters pourrait avoir lieu, car de plus en plus de cinémas rouvrent leurs portes aux États-Unis. Des titres comme "Fast & Furious 9", "Black Widow" (qui sera également disponible sur Disney+ aux Etats-Unis), "Jungle Cruise" et "The Suicide Squad" (également disponible sur HBO Max) sont prévus ces prochains mois.

Mais, étonnamment, il n'y aura pas de films Pixar dans les salles de cinéma. Fin mars, Disney a annoncé que "Luca" serait diffusé uniquement sur Disney+. Cela fait suite à la sortie exclusive de "Soul", de Pete Docter, sur la plateforme en décembre dernier.

Plusieurs sources de Pixar ont déclaré à Insider que la frustration montait au sein du studio, car le personnel voit son travail apparaître uniquement sur Disney+. Elles ont accepté de parler sous le couvert de l'anonymat car elles ne sont pas autorisées à s'exprimer publiquement.

"'Luca' n'a même pas de prix premium à côté du titre", a récemment confié un employé à Insider, déconcerté, en référence au coût supplémentaire que les abonnés doivent payer pour voir certaines nouvelles sorties, comme "Mulan" et "Raya et le dernier dragon", sur Disney+. "Est-ce que cela le rend moins important ? C'est difficile à saisir."

Pete Docter présente "Soul" en 2019. Image Group LA/Getty

Le réalisateur de 'Soul', Pete Docter, était déçu que son film oscarisé n'ait pas été diffusé en salles

La stratégie de sortie de Pixar semble avoir changé pratiquement du jour au lendemain.

La plupart des cinémas ayant fermé leurs portes en raison de la pandémie au début du mois de mars 2020, le film "En Avant" s'est retrouvé dans les limbes, sans aucune possibilité de diffusion seulement deux semaines après sa sortie en salles. Le film, qui raconte l'histoire de deux frères elfes cherchant à ramener leur défunt père, a donc été l'un des premiers à briser la traditionnelle fenêtre de 90 jours d'exclusivité dont bénéficient les salles aux États-Unis, puisqu'il a été proposé en achat digital très rapidement. Peu après, il était disponible sur Disney Plus.

Un mois plus tard, Disney a annoncé qu'il déplaçait le prochain film Pixar, "Soul", du 19 juin au 20 novembre dans l'espoir que les cinémas rouvrent leurs portes à cette date. Mais en octobre, on a appris que la date de sortie avait encore été modifiée et que Disney n'allait pas sortir "Soul", centré sur un musicien de jazz en herbe dont la vie a été interrompue, dans les salles de cinéma. Il deviendrait le premier film Pixar en 26 ans d'histoire à ne pas sortir sur grand écran. Au lieu de cela, il a bénéficié d'une sortie exclusive sur Disney+ le jour de Noël.

"Soul". Disney/Pixar

La nouvelle a déçu Pete Docter, selon plusieurs sources ayant connaissance de la situation. Mais la frustration a été atténuée par le fait que Disney a été enthousiasmé par le succès du film sur Disney+. "C'est ce qui était si révélateur. Disney était aux anges devant les chiffres", a déclaré un membre du personnel bien renseigné.

Contactés par Insider, Pixar et Disney n'ont pas répondu à nos nombreuses demandes de commentaires.

La plupart des employés de Pixar ont compris qu'en raison de la pandémie, mettre "Soul" sur la plateforme était le bon choix. Mais l'espoir de la société, selon plusieurs sources, était que tout ceci n'était qu'une exception ; que le film, qui mettait en scène le tout premier personnage principal noir dans un film Pixar, serait la première et la dernière fois qu'un film du studio ne sortirait pas en salles.

Les films familiaux ont rencontré le succès en salles pendant la pandémie. Getty

Les cinémas à genoux ont besoin des films Pixar pour rester à flot

Alors que les États ont commencé à autoriser progressivement la réouverture des cinémas à la fin de l'année dernière avec des capacités limitées, ce sont les films familiaux qui ont incité les spectateurs à revenir.

"Les Croods 2" de DreamWorks, "Tom et Jerry" de Warner Bros. et "Raya et le dernier dragon" de Disney ont tous été en tête du box-office national lors de leurs week-ends de sortie, "Croods" et "Raya" conservant la première place pendant plusieurs week-ends.

Avec la réouverture d'un plus grand nombre de cinémas en raison de l'augmentation des vaccinations, les exploitants de salles étaient impatients à l'idée de mettre "Luca" à l'affiche, car les titres Pixar ont toujours attiré les familles et les adultes. La décision de sortir le film uniquement sur Disney+ a été un coup dur pour un secteur qui se bat pour rester à flot.

"Lorsque la nouvelle est tombée, avec le revirement de Disney sur la sortie de "Luca", cela a été très décevant et très décourageant", a déclaré à Insider Russell Vannorsdel, vice-président de Fridley Theatres, basé dans l'Iowa. "Il est assez clair que la situation est encore tendue que nous ne reviendrons pas à la normale, en particulier avec Disney."

Fridley Theatres, qui compte 18 établissements dans le Midwest, n'est qu'une des nombreuses chaînes du milieu du marché à travers le pays qui non seulement besoin désespérément de nouvelles sorties, mais aussi de titres de Disney et de Pixar, car le contenu familial est un gros pourvoyeur de revenus pour ces chaînes.

"L'absence de 'Soul' dans les salles de cinéma se justifiait à certains égards", a déclaré Russel Vannorsdel. "C'était Noël. Ils voulaient promouvoir Disney+. Les gens étaient encore très hésitants à aller dans les salles de cinéma."

"'Luca' était prévu pour l'été et aurait pu avoir un parcours incroyable en salles", a-t-il ajouté. "Celui-là est un casse-tête complet. Honnêtement, je ne sais pas si Disney a un plan directeur. Je crois qu'ils examinent chaque titre pour voir comment il peut leur être utile au lieu de travailler avec les cinémas."

"Luca". Disney/Pixar

'Nous ne voulons pas être juste un titre de plus sur Disney+' a déclaré un employé de Pixar à Insider

Des sources ont déclaré à Insider que lorsque la nouvelle de la sortie de "Luca" sur Disney+ est tombée, cela a été frustrant, surtout pour ceux qui aiment voir leur travail dans les salles de cinéma.

"Nous ne voulons pas être juste un titre de plus sur Disney+", a déclaré un employé de Pixar, qui travaille sur plusieurs des prochains longs métrages du studio. "Ces films sont conçus pour le grand écran. Nous voulons que vous regardiez ces films sans être distraits, sans regarder vos téléphones."

Il y a aussi la question de la durabilité : les titres Pixar surfent sur une vague de succès au box-office depuis des décennies. Ses films récents, comme "Les Indestructibles 2" en 2018 et "Toy Story 4" en 2019, ont tous deux rapporté plus d'un milliard de dollars au box-office mondial. Certains employés se demandent si le fait de ne pas aller chercher les dollars du box-office, même pendant une pandémie, sera nuisible à long terme.

Une publicité pour la sortie de "Soul" sur Disney+ AaronP/Bauer-Griffin/GC Images/Getty

"Si ces films ne rapportent pas un milliard de dollars, cela nuit-il à l'entreprise ? On se le demande", a déclaré un animateur.

Un employé expérimenté a exprimé l'anxiété collective de manière plus directe : "Tout le monde a peur de perdre son emploi si Disney ne considère pas nos films comme des succès financiers."

Dans le même temps, Russel Vannorsdel pense que le fait que Disney n'autorise pas les titres Pixar à être diffusés dans les cinémas pourrait avoir des ramifications pour les autres films du studio.

"Il y aura moins de cinémas où ils pourront diffuser leurs films Marvel à gros budget", prédit l'exploitant, qui rappelle la fermeture récente des cinémas Arclight et Pacific à Los Angeles.

Dan Rayburn, un analyste des médias en streaming, pense que le secteur étant actuellement très concurrentiel, Disney avait besoin que les titres Pixar soient diffusés exclusivement sur Disney+ pour faire face à la concurrence et augmenter le nombre d'abonnements. "Pixar vise un public spécifique et beaucoup d'abonnés de Disney+ sont des familles, il est donc logique que Disney cible davantage son service de streaming qui a ce type de membres intégrés", a-t-il déclaré à Insider. "Ils vont faire ce qui rapporte le plus d'argent".

L'atrium des studios Pixar Marcin Wichary

'Si je fais ça pour que mon nom soit sur le grand écran, je le fais pour les mauvaises raisons', a déclaré un artiste

Chez Pixar, tout le monde ne voit pas d'un mauvais œil le fait que les films du studio ne soient pas diffusés dans les salles de cinéma. "Pour moi, personnellement, si je fais cela pour que mon nom soit sur le grand écran, je le fais pour de mauvaises raisons", a déclaré un artiste.

Pour certains employés, la plus grande adaptation a été de travailler à domicile, le campus de Pixar étant vide depuis le début de la pandémie.

"Cela a ses avantages et ses inconvénients", a déclaré à Insider un animateur qui travaille à distance depuis plus d'un an. "Côté points négatifs, vous ne pouvez plus aller rebondir sur une idée avec un collègue et être inspiré. Côté positif, l'équilibre entre le travail et la vie privée est exponentiellement meilleur. Si vous êtes une personne de nuit, que vous faites une sieste pendant la journée, alors vous pouvez travailler la nuit."

Certains membres du personnel soulignent qu'avec le transfert récent de projets de Pixar sur Disney+, les possibilités de réaliser des histoires pour ceux qui gravissent les échelons de la société ont considérablement augmenté. Par exemple, il existe la série "SparkShorts", dans laquelle les employés de Pixar disposent de six mois et d'un petit budget pour créer des courts métrages qui seront directement diffusés sur la plateforme. La série a déjà produit deux courts métrages nommés aux Oscars : "Kitbull" en 2019 et "Burrow" en 2020.

Et la confiance est grande dans le fait que les longs métrages actuellement en préparation chez Pixar — comme le film dérivé de "Toy Story", "Lightyear" centré sur Buzz L'Eclair — seront diffusés dans les salles de cinéma.

Mais quel que soit l'endroit où ils sont diffusés, plusieurs membres du personnel de Pixar ont dit la même chose à Insider : la qualité de ce qui est produit n'est pas affectée. "Il n'y aura pas de changement sur la façon dont nous faisons les films", a déclaré un animateur. "C'est ce qui est important ; l'œuvre d'art. C'est ce qui compte."

Version originale : Jason Guerrasio/Insider

À lire aussi — Privé de salles, le prochain Disney sortira directement sur Disney+ en France

Découvrir plus d'articles sur :