Des représentations des monnaies virtuelles Ripple, Bitcoin, Etherum et Litecoin. Thomson Reuters

  • 6,7 milliards de yens (60 millions de dollars) de crypto-monnaies ont été volés par des hackers sur une plateforme d'échange japonaise appelé Zaif.
  • Tech Bureau Corp, la société basée à Osaka qui détient la plateforme d'échange, a déclaré que les pirates y avaient eu accès pendant plus de deux heures le 14 septembre dernier et volé de l'argent du portefeuille de Zaif dans lequel le bitcoin et d'autres monnaies virtuelles étaient stockées, rapporte Reuters.
  • Des problèmes de serveur ont été détectés le 17 septembre et la société a alerté les autorités dès le lendemain. La plateforme a été mise hors ligne et des efforts ont été déployés pour la faire fonctionner à nouveau.

Des pirates informatiques ont volé 6,7 milliards de yens (60 millions de dollars) de bitcoins et de deux autres crypto-monnaies de la plateforme d'échange japonaise Zaif, propriété de la startup Tech Bureau Corp.

Dans un communiqué publié à la suite du piratage informatique, Tech Bureau a déclaré que  Zaif avait été piratée dans une fenêtre de deux heures le 14 septembre dernier. Ils ont détecté des problèmes sur le serveur le 17 septembre, confirmant de fait le piratage et alertant les autorités dès le lendemain, affirme Reuters.

Tech Bureau Corp a déclaré que les auteurs du vol ont eu accès à son "hot wallet" dans lequel les monnaies virtuelles étaient stockées. La plateforme a été mise hors ligne, mais elle a indiqué que des efforts étaient en cours pour la faire fonctionner à nouveau.

Le Japon a été un chef de file en matière de crypto-monnaies et a mis en place un système de licences avec le gouvernement pour réglementer le marché et protéger les consommateurs. Le système est conçu pour faire du Japon un leader mondial de la technologie financière.

Le bitcoin est une devise officielle au Japon depuis avril 2017, et certains commerçants du pays acceptent déjà les paiements avec cette monnaie virtuelle, a rapporté le Washington Post. Mais le piratage de jeudi et d'autres avant lui montrent que la technologie a encore des problèmes de jeunesse.

La plateforme d'échange Coincheck, basée à Tokyo, a indiqué que 58 milliards de yens (547 millions de dollars) de crypto-monnaies avaient disparu plus tôt dans l'année, dans ce qui aurait été un autre piratage informatique.

Coincheck demande une licence gouvernementale depuis 2012, mais ne l'avait toujours pas au moment du piratage, ce qui a déclenché un débat dans le secteur.

Zaif a été enregistré par le gouvernement l'année dernière. Jeudi, après le piratage, l'entreprise a annoncé avoir accepté un investissement de 5 milliards de yens (45 millions de dollars) de Fisco, entreprise basée à Tokyo, pour une participation majoritaire dans Tech Bureau.

Bitcoin et Manacoin faisaient parti des crypto-monnaies volées le 14 septembre. Tech Corp a déclaré que 2,2 milliards de yens (20 millions de dollars) de monnaies virtuelles volés lui appartenaient et le reste à des clients.

Version originale: Michael Selby-Green / Business Insider

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : GRAPHIQUE DU JOUR: Les Turcs sont beaucoup plus friands de crypto-monnaies que les Français

VIDEO: Se faire envelopper dans du chocolat peut être bon pour la peau — on l'a testé pour vous