Publicité

Des hackers réclament 70 M$ après une cyberattaque géante contre l'entreprise Kaseya

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Des hackers réclament 70 M$ après une cyberattaque géante contre l'entreprise Kaseya
© freestocks/Unsplash
Publicité

De nombreuses entreprises dans le monde restaient affectées lundi 5 juillet par une cyberattaque massive, frappant depuis le vendredi 2 juillet des clients de la société informatique américaine Kaseya et pour laquelle des hackers demandent une rançon de plusieurs millions de dollars.

La plupart des 800 magasins d'une des principales chaînes de supermarchés en Suède restaient ainsi fermés lundi 5 juillet, trois jours après avoir été touchés par cette attaque qui a bloqué le fonctionnement des caisses enregistreuses. "La majorité de nos magasins restent fermés", a fait savoir à l'AFP Kevin Bell, un porte-parole de Coop Suède, soulignant que la situation semblait "plus positive" que la veille en vue d'un retour à la normale.

À lire aussi — Des hackers russes auraient mené une nouvelle vaste cyberattaque contre les États-Unis selon Microsoft

Des hackers ont attaqué la société américaine Kaseya vendredi 2 juillet, juste avant un week-end prolongé aux États-Unis par la fête nationale, en exploitant une faille de son logiciel de gestion informatique, utilisé par de nombreuses entreprises clientes.

Un impact "difficile à quantifier"

Le cabinet spécialisé en cybersécurité Huntress Labs estime que le logiciel piraté a "été utilisé pour crypter plus de 1 000 entreprises" auxquelles les hackers réclament le paiement d'une rançon (attaque dite au rançongiciel ou "ransomware").

"C'est probablement la plus grande attaque au rançongiciel de tous les temps", a affirmé Ciaran Martin, professeur de cybersécurité à l'université d'Oxford. Si son impact reste "difficile à quantifier", les hackers affirment avoir atteint "un million d'appareils et de réseaux, ce qui est absolument gargantuesque", a-t-il ajouté.

Le FBI a ouvert une enquête et travaille avec l'Agence américaine de cybersécurité et de sécurité des infrastructures (CISA) et d'autres agences "pour comprendre l'ampleur de la menace", mais celle-ci est telle qu'il pourrait s'avérer impossible de répondre à toutes les victimes individuellement, a-t-il averti dimanche 4 juillet.

Selon plusieurs experts, l'attaque a été menée par un affilié au groupe de hackers russophones connu sous le nom de REvil. Une revendication publiée sur le blog du darknet "Happy Blog", associé dans le passé à REvil, réclame le paiement d'une rançon de 70 millions de dollars en bitcoins (près de 59 millions d'euros). Les hackers promettent en échange de diffuser "publiquement un décrypteur qui décrypte les fichiers de toutes les victimes, afin que tout le monde puisse se remettre de l'attaque en moins d'une heure" après paiement de la rançon.

Le président américain Joe Biden a indiqué samedi 3 juillet avoir ordonné une enquête, notamment pour déterminer si l'attaque venait ou non de Russie. Pour l'instant, "nous ne sommes pas encore sûrs", avait-il alors déclaré.

À lire aussi — Les 10 plus importantes cyberattaques depuis 15 ans

17 pays touchés

Basée à Miami, Kaseya vend des outils informatiques aux entreprises, dont le logiciel VSA, destiné à gérer des réseaux de serveurs, ordinateurs et imprimantes depuis une seule source. Elle revendique plus de 40.000 clients. Selon Kaseya, "seuls un très petit nombre de clients utilisant le logiciel sur leurs appareils" auraient été affectés. L'entreprise évaluait vendredi 2 juillet ce chiffre à moins de 40 clients. Mais certains d'entre eux ont eux-mêmes de nombreux clients et l'attaque s'est rapidement démultipliée.

L'entreprise a souligné qu'elle travaillait 24 heures sur 24, "dans toutes les zones géographiques", pour résoudre le problème et restaurer le service. Dans un nouveau message publié lundi 5 juillet sur son site internet, le groupe a indiqué que les utilisateurs du logiciel VSA devaient pour le moment le maintenir hors ligne, dans l'attente de la mise au point d'un correctif de sécurité.

Kaseya a par ailleurs enjoint ses clients à ne pas cliquer sur les liens envoyés par de potentiels pirates informatiques réclamant une rançon, pouvant être utilisés à des fins malveillantes. L'entreprise effectuera une nouvelle communication dans la soirée du lundi 5 juillet , a-t-elle affirmé.

Kaseya a embauché la firme spécialisée dans la cybersécurité FireEye Mandiant IR pour l'aider à gérer la crise. La société de sécurité informatique ESET Research avait, samedi 3 juillet, identifié des victimes dans 17 pays à travers le monde. L'assaut a débuté vendredi 2 juillet, "alors que de nombreuses entreprises avaient du personnel déjà en congé ou se préparant pour un long week-end", a souligné dans un message Sophos.

Les attaques par rançongiciel sont devenues fréquentes et les États-Unis ont été particulièrement frappés ces derniers mois par des assauts touchant aussi bien des grandes entreprises comme le géant de la viande JBS ou le gestionnaire d'oléoducs Colonial Pipeline, que des collectivités locales et des hôpitaux.

À lire aussi — Les 10 pays les plus touchés par les cyberattaques en 2020 selon le FBI

Découvrir plus d'articles sur :