Des images satellites révèlent l'étendue des feux de brousse en Australie

Les feux de brousse et les nuages de fumée australiens vus depuis le satellite Himawari-8, le 2 janvier. RAMMB/CIRA/CSU; Business Insider

Les feux de brousse qui font rage en Australie sont si importants que les satellites situés à des milliers de kilomètres au-dessus de la Terre peuvent facilement repérer leurs flammes et leur fumée depuis l'espace. L'origine des incendies semble naturelle, bien que les experts pensent que les perturbations climatiques causées par l'homme ont exacerbé les conditions chaudes et arides qui alimentent la croissance de ces feux. Les estimations actuelles suggèrent que les incendies dans l'est de l'Australie ont brûlé plus de 5,6 millions d'hectares de terre, entraînant la disparition d'environ un demi-milliard d'animaux et forçant des centaines de milliers de personnes à fuir.

La photo ci-dessus — qui montre des panaches de fumée d'une surface équivalente à la moitié de l'Europe obscurcissant le ciel jusqu'en Nouvelle-Zélande dans une brume jaune — a été prise le 2 janvier par le satellite Himawari-8 de l'Agence météorologique japonaise. Himawari-8 a été lancé en octobre 2014 et pèse environ autant qu'une camionnette Ford F-150. Il orbite maintenant au-dessus du même point à environ 36 000 kilomètres au-dessus de notre planète. À l'aide de capteurs embarqués, Himawari-8, le satellite météorologique Suomi de la NASA et d'autres satellite de la Terre renvoient des images saisissantes de la situation désastreuse vécue par l'Australie.

Voici quelques-unes des photos, animations et illustrations les plus révélatrices de cette crise vue depuis l'espace.

Himawari-8 surplombe l'hémisphère occidental et photographie cette face de la Terre toutes les 10 minutes. L'Australie, ses feux de brousse et ses panaches de fumée sont facilement visibles.

Une animation tirée du satellite Himawari-8, le 2 janvier. NICT Science Cloud/CEReS/Kpchi University/Nagoya Science Museum

Le satellite Suomi NPP de la NASA, qui orbite à environ 800 kilomètres d'altitude, offre une vue bien plus proche de la planète. Cette image dépeint l'intensification des feux de brousse australiens en novembre.

L'animation montre les feux de brousse observés à l'est de l'Australie depuis le satellite Himawari-8 l'est de l'Australie, entre le 6 et le 11 novembre 2019. RAMMB/CIRA/CSU

Les longueurs d'onde plus rouges et plus longues de la lumière, comme le proche infrarouge, peuvent distinguer des points chauds ardents au sol à travers la brume et la fumée.

Les feux de brousse faisant rage à l'est de l'Australie, vus depuis le satellite Himawari-8 le 7 novembre 2019.RAMMB/CIRA/CSU

Les braises des incendies qui ont débuté en septembre se sont facilement propagées du fait des sécheresses anormalement longues et étendues.

Les feux de brousse et les nuages de fumée australiens observés 2 janvier depuis Himawari-8. Melbourne est visible dans le coin inférieur gauche. RAMMB/CIRA/CSU

Cette animation met en évidence de multiples points chauds visibles grâce à la lumière infrarouge, entre le 1er et le 2 janvier 2020. Deux zones de feux de brousse particulièrement importantes (au sud-ouest du centre) s'étendent sur des dizaines de kilomètres de long.

Les incendies à l'est de l'Australie, observés depuis Himawari-8 du 1er au 2 janvier. RAMMB/CIRA/CSU

Les images du sol observé de jour par les satellites sont tout aussi saisissantes. Le satellite Sentinel-2 de l'Agence spatiale européenne (ESA) a capturé cette image des gigantesques feux de brousse alors qu'il passait au-dessus de Bateman Bay la veille du Nouvel An.

Le feu de brousse de Bateman Bay, en Australie, le 31 décembre 2019. Copernicus EMS; Sentinel 2/ESA

L'ampleur des incendies est difficile à imaginer. Rien qu'en Nouvelle-Galles du Sud, les incendies ont créé un front qui — s'ils étaient alignés — s'étendraient de Sydney jusqu'en Afghanistan, à travers l'océan Indien.

Vue satellite des incendies à l'est de l'Australie, le 2 janvier. Nasa Worldview

Le panache de fumée s'étend à lui seul sur 526 millions d'hectares, soit la moitié de la taille de l'Europe, et dérive sur plus de 1 600 kilomètres au-dessus de la Nouvelle-Zélande, où il jaunit le ciel dans une atmosphère étouffante.

Les incendies vus depuis Himawari-8, le 2 janvier. RAMMB/CIRA/CSU

Jusqu'à présent, les feux de brousse ont rongé une superficie deux fois supérieure à celle qui avait brûlé dans la forêt tropicale amazonienne en 2019.

Cette animation montre la vue des incendies et des panaches de fumée depuis Himawari-8, le 2 janvier. RAMMB/CIRA/CSU

Au moins 17 personnes sont portées disparues dans les incendies, huit sont mortes et des centaines de milliers ont été évacuées. Les pompiers volontaires travaillent jour et nuit pour limiter la catastrophe, mais les feux pourraient continuer à s'étendre avant l'arrivée de températures automnales plus fraîches dans l'hémisphère sud, dans plusieurs mois.

Des pompiers luttent contre les flammes près de la ville de Nowra, en Nouvelle-Galles du Sud, le 31 décembre. Saeed Khan/AFP via Getty Images

Version originale : Dave Mosher/Business Insider

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Des photos montrent un ciel rouge sang en Australie, où les feux de brousse font rage

VIDEO: On a testé la thérapie par flottaison — cette technique de méditation peut provoquer des effets hallucinatoires