Des livreurs Deliveroo bloquent des restaurants en France et préparent une action nationale

Devant les cuisines de Deliveroo Editions à Saint-Ouen, en Seine-Saint-Denis. Business Insider France/Damien Choppin

Des livreurs Deliveroo en ont marre de leurs conditions de travail et veulent le faire savoir. A Nice, Toulouse, Besançon, Tours... ces travailleurs indépendants ont mené depuis le début de la semaine plusieurs actions de blocage de restaurants, empêchant les livreurs d'accéder à la commande et aux clients de la recevoir. Dans ce cas, Deliveroo doit rembourser le client et le restaurateur. La cause de cette colère? La nouvelle grille de tarification. Dans un email reçu lundi, que nous avons pu consulter, Deliveroo informe ses livreurs de la mise en place effective d'une "meilleure tarification, plus juste, qui prenne en compte votre expérience réelle".

La plateforme a notamment décidé de réduire la rémunération proposée — car le livreur n'est pas obligé d'accepter —  pour les courtes distances — et mieux rémunérer les moyennes et longues distances qui sont plus demandées. Résultat, les livreurs se voient proposer des petites courses à moins de 3 euros. Précédemment, il y avait un minimum garanti pour chaque course, de 4,50 euros. C'est contre cela que des coursiers protestent. Et ils estiment également que Deliveroo ne prend pas en compte le temps d'attente. '"Le prix calculé est très théorique. Il ne prend pas en compte le temps d'attente au restaurant, que la commande se prépare. On gagne de moins en moins donc on a plus rien à perdre", nous indique au téléphone un livreur à Paris.

A lire —Amazon investit dans Deliveroo à l'occasion d'une énorme levée de fonds de 575 M$

Deliveroo : "C'est une bonne nouvelle pour les livreurs, qui seront mieux payés dans la grande majorité des cas"

En France, il y aurait 25 000 livreurs de repas à domicile selon les estimations et différents chiffres des plateformes qui circulent (Uber Eats, Deliveroo, Just Eat, etc.). "La problématique était jusque-là assez locale, selon les spécificités de chaque ville. C'est désormais national. On travaille sur une action d'envergure en France, peut-être à Paris. On va essayer de trouver une date, sûrement après le 15 août", confie Jérôme Pimot, un ancien coursier (Deliveroo, Take Eat Easy), qui a fondé le Collectif des livreurs autonomes de Paris. 

Interrogé par Business Insider France, un porte-parole de Deliveroo indique que, officiellement, ce changement de tarifs "'est une bonne nouvelle pour les livreurs, qui seront mieux payés dans la grande majorité des cas, qui sont des livraisons de distance longue et intermédiaire. Avec cette évolution, les frais de livraison reflèteront davantage le temps nécessaire aux livreurs pour effectuer celles-ci. Ces améliorations ont été apportées en réponse aux nombreux retours de livreurs".

"Il faut voir de quelles commandes on parle : 400 mètres ou 4 kilomètres, ce n'est pas la même chose. Et Deliveroo prend bien en compte le temps d'attente estimé contrairement à ce que certains disent, selon les données sur l'historique des préparations de commandes. Ce mouvement est plutôt médiatique et est assez faible sur l'ensemble de la flotte. Les livreurs sont plutôt contents", assure une source en interne. 

Basé à Londres, Deliveroo travaillerait avec 60 000 coursiers pour livrer les repas de plus de 80 000 restaurants et points de vente à emporter dans 14 pays dont la France. Dans l'Hexagone, elle affronte Uber Eats, Just Eat mais aussi à un degré moindre Glovo et Frichti. 

A lire — Le patron de Deliveroo nous explique ce qu'il s'est passé en France depuis 20 ans pour que la startup arrive à s'y développer

L'entreprise a crû à une vitesse folle grâce à son application qui permet en quelques actions de commander de la nourriture de restaurants locaux. Mais l'entreprise a été vivement critiquée, à l'instar des autres startups du secteur, pour les conditions de travail et les revenus octroyés à des travailleurs indépendants qui ne bénéficient pas des avantages du statut de salarié, notamment en cas d'accident du travail.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Uber va licencier 400 employés

VIDEO: Voici à quoi ressemble un vol dans le nouveau jet privé de Honda à 4,9 millions de dollars