Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Des proches de Mohammed ben Salmane admettent avoir eu connaissance du projet de pirater le téléphone de Jeff Bezos

Des proches de Mohammed ben Salmane admettent avoir eu connaissance du projet de pirater le téléphone de Jeff Bezos
© Bandar Algaloud/Cour royale saoudienne

Des responsables saoudiens proches du prince héritier Mohammed ben Salmane, dit MBS, ont déclaré qu'ils étaient au courant des plans de piratage du téléphone de Jeff Bezos, selon le Wall Street Journal. L'affaire a été rendue publique par le Guardian, qui a révélé, mardi 21 janvier, une analyse confirmant que le téléphone portable du PDG d'Amazon avait été piraté après qu'un numéro appartenant à MBS lui ait envoyé une vidéo non sollicitée sur WhatsApp. Celle-ci contenait un fichier malveillant. Une source familière avec l'affaire a déclaré au Guardian que de grandes quantités de données avaient été extraites du téléphone de Jeff Bezos en quelques heures.

D'autres éléments ont été révélés par le Financial Times, citant une analyse menée par FTI Consulting, une société de conseil aux entreprises engagée par Jeff Bezos. La société a déclaré qu'une quantité "massive et non autorisée" de données a commencé à être extraite du téléphone du dirigeant d'Amazon, dans les heures qui ont suivi l'envoi du fichier à partir du numéro personnel du prince héritier, et ce, dans le cadre d'une campagne qui s'est intensifiée "pendant des mois".

Le piratage se serait produit après que Jeff Bezos et MBS aient échangé des messages amicaux sur WhatsApp le 1er mai 2018, des semaines après leur rencontre lors d'un dîner à Los Angeles alors que le prince était aux États-Unis pour des affaires officielles.

Le gouvernement saoudien a qualifié ces allégations d'"absurdes" et a demandé qu'une enquête soit menée.

Selon le Wall Street Journal, il semble cependant que les proches du prince aient été au courant du projet de voler les données de Jeff Bezos. De hauts fonctionnaires ont déclaré au journal qu'ils étaient "au courant" d'un plan pour pirater le téléphone du patron d'Amazon, mais pas de tentatives d'utilisation de ces informations à des fins de chantage.

Ils ont aussi déclaré que le conseiller principal du MBS, Saud al-Qahtani, était également impliqué dans ce piratage. Celui-ci s'inscrivant dans le cadre d'une campagne d'intimidation plus large contre Jamal Khashoggi, chroniqueur du Washington Post (le journal a été racheté par Jeff Bezos en 2013) et dissident saoudien, qui a été assassiné à l'ambassade saoudienne à Istanbul en octobre 2018 par des agents saoudiens.

Le prince héritier est largement considéré comme étant derrière ce meurtre, bien que la Cour royale ait imputé l'assassinat à des agents malhonnêtes. Le gouvernement saoudien n'a pas répondu immédiatement à la demande de commentaires de Business Insider US.

Le Washington Post serait la cause du ciblage de Jeff Bezos par MBS, selon des experts de l'ONU

L'équipe de Jeff Bezos a commencé à enquêter sur des activités suspectes sur son téléphone en janvier 2019 après que le National Enquirer (un tabloïd américain) ait publié un article sur sa liaison. Depuis, Jeff Bezos a accusé la société mère du tabloïd, American Media Inc, de le faire chanter en le menaçant de publier ses photos dénudées. Contacté par Business Insider US pour une demande d'interview, les représentants de Jeff Bezos n'ont pas répondu. L'avocat du milliardaire a déclaré au Guardian qu'il "coopère aux enquêtes" sur le piratage.

Ce mercredi 22 janvier, des experts de l'ONU ont publié un rapport sur les allégations de piratage à l'encontre de MBS, appelant à une "enquête immédiate par les États-Unis et les autres autorités compétentes" sur tout rôle que le prince héritier aurait pu jouer dans cette affaire. Ces experts ont suggéré que Jeff Bezos pourrait avoir été ciblé par le prince parce qu'il détient le Washington Post.

"Les informations que nous avons reçues suggèrent l'implication possible du prince héritier dans la surveillance de Jeff Bezos, dans un effort pour influencer, sinon faire taire, les reportages du Washington Post sur l'Arabie Saoudite", ont déclaré les experts de l'ONU Agnès Callamard et David Kaye.

Agnès Callamard a réitéré ses réflexions dans une interview accordée mercredi à PBS News Hour. Selon la correspondante aux affaires étrangères de News Hour, Ali Rogin, Agnès Callamard a déclaré dans l'interview qu'il n'y a pas d'autre hypothèse qui ait un sens que celle selon laquelle le prince héritier aurait piraté le téléphone de Bezos.

Le ministre saoudien des affaires étrangères, Faisal ben Farhan, a répondu à ces allégations dans une vidéo postée sur Twitter mercredi, qualifiant d'"absolument stupide" l'idée que le prince héritier ait piraté le téléphone de Bezos. Il a également critiqué le rapport de l'ONU, affirmant que ces allégations étaient basées sur des analyses ne contenant "aucune preuve solide".

Version originale : Rosie Perper / Business Insider US. Traduit de l'anglais par Mégan Bourdon.

Business Insider
Découvrir plus d'articles sur :