Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Des restaurants vont rouvrir pour les chauffeurs routiers

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Des restaurants vont rouvrir pour les chauffeurs routiers
Dès samedi, de 250 relais routiers devraient rouvrir, ont indiqué les organisations syndicales à l'issue d'une réunion téléphonique avec le ministre délégué aux Transports, Jean-Baptiste Djebbari. © Nigel Tadyanehondo/Unsplash

Les conditions de travail dégradées des routiers avaient été mises en lumière lors du premier confinement. Les infrastructures leur permettant de se restaurer, se laver et stationner dans de bonnes conditions avaient en effet fermé. Pour éviter que l'histoire se répète, les syndicats de routiers ont d'emblée exigé une dérogation pour réouverture des restaurants-relais, garantissant "la restauration, le stationnement pendant les périodes de repos, des sanitaires décents et une vie sociale". Et, mercredi 5 novembre, ils ont été entendus : dès samedi, 250 relais routiers devraient rouvrir, ont indiqué les organisations syndicales à l'issue d'une réunion téléphonique avec le ministre délégué aux Transports, Jean-Baptiste Djebbari.

"L’annonce de l’ouverture dans un premier temps, dès samedi, de 250 relais routiers par arrêtés préfectoraux de 18h à 10h, pour les conducteurs routiers, sur présentation de leur carte professionnelle (FCOS ou FIMO), a été accueillie comme une première victoire pour les conditions de travail et d’hygiène de ces héros, qui assurent la continuité de l’économie du pays", ont salué les syndicats dans un communiqué. "On pense que c'est déjà un bon début parce que il n'y avait que 50 relais routiers d'ouverts au premier confinement. On aura un interlocuteur en permanence pour ajuster les relais qui auront besoin d’être ouverts", a réagi auprès de l'AFP Thierry Douine, président CFTC Transports.

Les syndicats CFDT, CGT, FO, et CFTC des transports avaient entamé la protestation dès le week-end dernier contre la fermeture des relais routiers dans un courrier au ministre. Ils avaient dénoncé une "offense à la dignité" des conducteurs, alors que ces relais assurent "la restauration, le stationnement pendant les périodes de repos, des sanitaires décents et une vie sociale qu'ils qualifient eux-mêmes de seconde famille". "Ils n'ont pas pris la mesure du passé, cela donne l'impression qu'ils naviguent un peu à vue, qu'ils improvisent", ajoutait Thierry Douine, relayé par Le Figaro.

A lire aussi — Des chauffeurs routiers racontent les pires aspects de leur métier

Découvrir plus d'articles sur :