L'Europe a fait un premier pas pour contraindre la SNCF à mieux rembourser le retard de ses trains

Train SNCF à quai gare Montparnasse à Paris, le 12 août 2018. Business Insider France/Elisabeth Hu

Si votre train a un retard, le barème de remboursement de la SNCF est clair à l’heure actuelle. Vous serez remboursé à hauteur de 25% du prix du billet entre trente minutes et deux heures de retard. À noter que si ce retard est de 30 minutes à une heure, ce remboursement est effectué en bon d’achat. Le remboursement monte à 50% entre deux et trois heures de retard et il faut compter minimum trois heures de retard pour être remboursé de 75%. Surtout, ce barème ne concerne que les TGV et les trains intercités, mais pas les TER. Mais tout cela pourrait bientôt changer.

⋙ Lire aussi Sièges payants, embarquement anticipé… Les pistes surprenantes de la SNCF pour Ouigo

Une clause rejetée par Bruxelles

C’est en tout cas la volonté du Parlement européen, qui a adopté un texte pour renforcer les droits des usagers du train. Cela passerait notamment par un meilleur remboursement en cas de retard. Le texte, adopté à une grande majorité par les eurodéputés selon le Monde, prévoit un remboursement de 50% du prix du billet en cas de retard compris entre une et deux heures. Le remboursement serait de 100% si le retard est supérieur à deux heures.

Bruxelles a rejeté au passage une clause de "circonstances exceptionnelles" qui aurait permis à la SNCF et aux autres compagnies ferroviaires européennes de s’exempter de cette obligation.

⋙ Lire aussi Pizzas, invitations au restaurant ou chèques cadeaux... Ces challenges de la SNCF qui révoltent les syndicats

Le texte prévoit également la mise en place d’une correspondance automatique et gratuite en cas de correspondance manquée à cause d’un retard, ou l’intégration de minimum huit places pour les vélos par train. Les personnes handicapées devront également être prises en charge automatiquement, sans avoir besoin de prévenir, dans les plus grandes gares accueillant plus de 10.000 passagers par jour.

Pas encore définitif

Ce texte pourrait être mis en œuvre d’ici 2020. Mais il reste encore à toutes les composantes à s’accorder sur sa version définitive. Le Conseil européen doit à son tour adopter ce texte ou y apporter des modifications. Puis ce sera aux représentants du Parlement européen, des États et de la Commission européenne d’adopter une version définitive dans la foulée. Ce qui pourrait prendre encore plusieurs mois.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : BlaBlaCar tente un coup de poker en s'alliant avec la SNCF — 4 défis attendent l'un des étendards de la French Tech

VIDEO: Pourquoi la vanille coûte si cher