Des scientifiques auraient enfin trouvé le cratère d'un des plus grands crashs de météorites de l'histoire de la Terre

Une illustration d'un astéroïde qui percute la Terre. Shutterstock

Il y a environ 800 000 ans, une roche spatiale gigantesque a frappé la Terre de façon brutale et rapide. L'impact de la météorite de 1,9 km de large a projeté des débris sur 10% de la surface de la planète. Les scientifiques ont trouvé ces anciens débris, principalement sous forme de blocs de verre appelés "tectites" en Asie, en Australie et en Antarctique. Mais jusqu'à présent, les chercheurs n'avaient jamais trouvé le site où la météorite s'était écrasée. Ils ont cherché ce lieu sans succès pendant plus d'un siècle.

Dans une nouvelle étude publiée dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences, les scientifiques décrivent l'endroit où ils pensent que cette roche massive s'est écrasée : un champ volcanique dans le sud-est du Laos. "Il y a eu beaucoup, beaucoup de tentatives pour trouver le site d'impact et beaucoup de suggestions, allant du nord du Cambodge, au centre du Laos, et même au sud de la Chine, et de l'est de la Thaïlande au large du Vietnam", a déclaré Kerry Sieh, l'auteur principal de l'étude, à CNN.

Les recherches de l'équipe de Kerry Sieh offrent des preuves solides que le cratère est enfoui sous terre — ce qui explique pourquoi les chercheurs n'ont pas pu le trouver auparavant.

L'hypothèse d'un cratère d'impact manquant

Un échantillon de deux tectites. Inaglorie de Brocken

Lorsqu'une météorite s'écrase, elle surchauffe les roches au point d'impact et les catapulte dans le ciel. Ces roches liquéfiées se refroidissent ensuite en tectites. En examinant où les tectites sont éparpillées, les scientifiques peuvent retracer l'origine de la météorite qui les a créées. Dans le cas de cette frappe, les tectites ont indiqué aux scientifiques qu'une météorite massive avait frappé la surface de la Terre il y a 800 000 ans, quelque part entre les trois continents où ils avaient trouvé les morceaux de verre. La plus grande densité de tectites a été trouvée en Indochine — la péninsule qui se compose du Cambodge, du Laos et du Vietnam — ce qui en fait l'endroit le plus logique pour chercher le cratère.

Mais une météorite de cette taille aurait dû laisser une cicatrice d'environ 1,6 km de large sur la Terre et créer un trou d'environ 91 mètres dans le sol, selon les auteurs de l'étude.

"C'est un trou de taille très difficile à faire disparaître", a déclaré au New York Times Aaron Cavosie, un planétologue australien qui n'a pas participé à l'étude. Les cratères d'impact peuvent cependant être enfouis sous des plaques tectoniques en mouvement ou raclés par l'érosion (bien que l'Indochine soit une partie relativement stable de notre planète).

La carte en haut à gauche montre à quelle distance les tectites d'un météore vieux de 800 000 ans se sont répandues. L'image principale montre le champ volcanique des Bolavens au Laos (encerclé en bleu). Sieh et al./PNAS 2019

Dans sa chasse au cratère, Kerry Sieh a d'abord examiné trois anciens sites d'impact au Cambodge, au centre du Laos et dans le sud de la Chine. Mais chaque cratère avait des dizaines de millions d'années de plus que le site d'impact recherché. Puis, dans une région du sud du Laos appelée le plateau des Bolavens, les chercheurs ont trouvé des coulées de lave qui correspondaient à la tranche d'âge : elles avaient entre 51 000 et 780 000 ans.

Les éruptions sur ce plateau de 5 957 kilomètres carrés avaient créé un lit de lave stratifiée de 305 mètres de profondeur — un champ volcanique assez grand pour cacher un cratère de météorite. "Cet épais amas de roches volcaniques cache en effet le site de l'impact", ont écrit Kerry Sieh et ses co-auteurs.

Toutes les preuves indiquent que c'est bien au Laos

Pour arriver à leur conclusion, l'équipe de Kerry Sieh a comparé la chimie des roches du champ volcanique à celle des tectites. Elles correspondaient.

Puis ils ont mesuré les champs gravitationnels autour du plateau des Bolovens. Bien sûr, les chercheurs ont trouvé une zone elliptique souterraine de 91 mètres d'épaisseur, 17,7 km de long, et 12,9 km de large où la gravité est devenue étrange. Comme les cratères sont remplis d'un matériau moins dense que la roche environnante, ils ont une attraction gravitationnelle légèrement plus faible. Les signaux gravitationnels dans le champ volcanique laotien indiquent la présence d'un cratère souterrain.

De plus, la lave au sommet du cratère d'impact potentiel avait moins de 800 000 ans.

La dernière preuve se trouvait à 15 km du sommet du champ volcanique : un morceau de grès semblait avoir été battu par des débris.

Les scientifiques pensent que les blocs de grès brisés dans le sud-est du Laos ont été touchés par des débris de météorite il y a 800 000 ans. Image avec l'aimable autorisation de Kerry Sieh

L'affleurement de grès contenait des grains de quartz fracturés, que les géologues pensent être des éjections proximales de la météorite — le terme désignant le matériau qui est poussé hors du site d'impact dans les roches voisines.

Un cristal de quartz que les scientifiques pensent avoir été déposé par une météorite de 800 000 ans au Laos. Image avec l'aimable autorisation de Dayana Schonwalder Angel

Selon Aaron Cavosie, la nouvelle étude ne détermine pas sans ambiguïté que le cratère d'impact est enterré au Laos. Mais il a déclaré au New York Times que "c'est une grande piste sur un nouveau site digne d'être étudié".

Les scientifiques devront forer plus profondément dans le lit de lave — probablement quelques centaines de mètres plus bas — pour trouver les preuves dont ils ont besoin pour mettre fin à ce mystère géologique.

Version originale : Aylin Woodward/Business Insider

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Les 17 programmes spatiaux sur lesquels l'Europe va travailler dans les 5 ans à venir

Voici pourquoi il est tout simplement impossible d'atterrir sur Jupiter