Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Des scientifiques australiens ont réussi à cultiver un échantillon de coronavirus de Wuhan

Des scientifiques australiens ont réussi à cultiver un échantillon de coronavirus de Wuhan
© ... e virale, une structure protéique protégeant l'acide nucléique viral. Ce virus a été isolé à partir des matières fécales d'un patient atteint de diarrhée. Microscopie électronique à transmission colorée X 95 000 BSIP/UIG via Getty Images

Des scientifiques de Melbourne, en Australie, ont réussi à cultiver le coronavirus de Wuhan à partir d'un échantillon prélevé sur un patient. Cette culture pourrait aider à fournir aux experts internationaux des informations cruciales pour vaincre le virus. C'est la première fois que le virus est cultivé dans une culture cellulaire en dehors de la Chine. Les scientifiques viennent de l'Institut Peter Doherty pour l'infection et l'immunité — une entreprise commune de l'hôpital royal de Melbourne et l'université de Melbourne. Le Dr Julian Druce, chef du laboratoire d'identification des virus à l'Institut Doherty, a déclaré que le coronavirus cultivé en laboratoire constitue une avancée majeure car il permet d'étudier et de diagnostiquer le virus avec précision dans le monde entier.

"Les autorités chinoises ont publié la séquence du génome de ce nouveau coronavirus, ce qui est utile pour le diagnostic. Cependant, le fait d'avoir en notre possession le vrai virus signifie que nous pouvons désormais valider et vérifier réellement toutes les méthodes de test. Nous pourrons également comparer leurs sensibilités et leurs spécificités. Cela va changer la donne pour le diagnostic", a déclaré le Dr Julian Druce, dans un communiqué. "Le virus sera utilisé comme matériel de contrôle positif pour le réseau australien de laboratoires de santé publique, et sera également envoyé à des laboratoires experts travaillant en étroite collaboration avec l'Organisation mondiale de la santé en Europe", a-t-il ajouté.

Vers la création d'un test d'anticorps

Le virus a été cultivé à partir d'un échantillon recueilli sur un patient arrivé vendredi au laboratoire de référence des maladies infectieuses du Royal Melbourne Hospital, à l'Institut Doherty. "Nous avions planifié un incident comme celui-ci depuis de nombreuses années et c'est vraiment la raison pour laquelle nous avons pu y réponse si rapidement", a déclaré le directeur adjoint de l'Institut Doherty, le Dr Mike Catton. L'échantillon devrait être utilisé pour créer un test d'anticorps. Celui-ci permettra de détecter le virus chez les patients qui n'ont pas encore montré de symptômes de coronavirus et qui ne se doutent pas en être porteur.

À lire aussi —Une personne porteuse du coronavirus de Chine pourrait être contagieuse même sans symptôme, selon le ministre de la Santé chinois

"Un test d'anticorps nous permettra de tester rétrospectivement les patients suspects afin que nous puissions nous faire une idée plus précise de l'étendue du virus, et par conséquent, entre autres, du taux de mortalité réel qu'il représente", a déclaré le Dr Mike Catton, ajoutant qu'il permettra également d'évaluer l'efficacité des vaccins à l'essai.

L'Institut a mis en ligne une vidéo montrant le virus cultivé en laboratoire :

La semaine dernière, l'Université du Queensland a été invitée par la Coalition for Epidemic Preparedness Innovations (CEPI) à développer un vaccin contre le coronavirus. "L'équipe espère développer un vaccin au cours des six prochains mois, qui pourrait être utilisé pour aider à contenir cette épidémie", avait alors déclaré le directeur de l'école de chimie et de biosciences moléculaires de l'université, le professeur Paul Young. "Le vaccin serait distribué aux premiers intervenants médicaux, ce qui contribuerait à contenir le virus et à l'empêcher de se propager dans le monde entier".

Plus de 6 057 personnes ont été infectées par le coronavirus et 132 personnes en sont mortes. En France, quatre cas sont avérés, trois d'entre eux sont des personnes récemment rentrés de Chine. Selon le directeur général de la santé, Jérôme Salomon, le quatrième cas est un touriste chinois. L'homme, d'un âge avancé, est originaire de la province de Hubei et se trouve actuellement en réanimation, a précisé le directeur général de la santé, ce mardi, lors d'une conférence de presse.

Article original : Sharon Masige / Business Insider Australie. Traduit de l'anglais par Mégan Bourdon.

Découvrir plus d'articles sur :